Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


De Villepin:
comment va-t-il gérer
l'après-Clearstream?

  © Reuters

Dominique de Villepin

© Reuters


A l’UMP, les déçus du sarkozysme sont légion. Dans les rangs de la majorité, beaucoup n’osaient pas jusque là afficher publiquement leur soutien à Dominique de Villepin, par peur de représailles. Mais, dans la journée qui suivait sa relaxe, toute une partie de la droite s’est littéralement décomplexée.

Les chiraquiens d’abord: Jacques Chirac et Alain Juppé sont très vite rentrés en contact avec l’ancien Premier Ministre pour le féliciter. Un François Baroin qui s’était jusqu’alors toujours montré assez distant s’est même permis de défendre ce dernier publiquement.
Bruno Le Maire a lui aussi
rompu le silence, en regrettant que cet appel l’empêche de revoir "son ami", rendu inaccessible par le contrôle judiciaire. Le ministre de l’Agriculture a affirmé à plusieurs reprises qu’il "eût été bon de tourner la page".


Nicolas Dupont-Aignan
, co-président du parti  les EUDemocrats, s’est quant à lui permis de frapper encore plus fort, en affirmant que cet appel est un "abus de l’appareil d’État, une instrumentalisation 'décomplexée' de la Justice, jamais vue sous la 5ème République, [qui] sont indignes de notre pays et s’apparentent à une conception bananière de la pratique du pouvoir."

Il poursuit en tendant implicitement la main à Dominique de Villepin en vue d’un rassemblement gaulliste :
"Que ceux qui doutaient à un moment de mon choix de quitter l’UMP il y a deux ans et de bâtir une vraie force politique indépendante, gaulliste, sociale et républicaine, ouvrent enfin les yeux: tout compromis avec ce régime, qui entraîne la majorité à sa perte, est impossible. Il faut faire allégeance au pouvoir, au clan, à la famille, ou essuyer ses foudres impitoyables."

La preuve que la droite gaulliste et chiraquienne n’attend plus qu’une étincelle pour s’embraser. Si Dominique de Villepin parvient à faire oublier ce procès en étant une force de propositions jusqu’en 2011, puis s’il réussit lors de cette nouvelle épreuve judiciaire à se poser une nouvelle fois en victime d’un abus de pouvoir présidentiel, il en sortira renforcé. Le second procès Clearstream devra être un catalyseur, et sa candidature un aboutissement logique de son combat.
N’a-t-il pas déclaré cette semaine que "lorsqu’au sommet de l’État, l’exemple fait défaut, il faut que d’autres hommes se mettent à porter le fardeau du pouvoir" ?

Tag(s) : #Politique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :