Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PSA détourne la plus value

produite par le travail

des salariés

psa-copie-1.jpg

 

Grâce au travail des dizaines de milliers d’ouvriers et de cadres, aujourdhui "remerciés",  PSA a pu accumuler un capital lui permettant de se lancer dans la finance.

Les usines d’assemblage d’automobiles ne sont qu’une partie du groupe fondé par Peugeot. Au sein de cette structure, la banque PSA a rapporté 40% des bénéfices pour seulement 3% du chiffre d’affaires. Voilà qui illustre le glissement du capital européen de l’industrie vers la finance.

Dans l’histoire de ces 30 dernières années, La Réunion a vu disparaître ses derniers usiniers. Les groupes réunionnais qui dominaient la société de plantation se sont reconvertis dans d’autres secteurs sans doute plus productifs de leur point de vue. C’est ainsi que l’usinier est passé de l’industrie sucrière à la grande distribution avant de poser le pied dans le cœur même du capitalisme : la finance. Dans cette industrie, il n’y a pas de grèves, pas de jours fériés, et beaucoup moins de risque que de planter de la canne ou produire du sucre, car l’argent est là, et il s’agit d’en tirer des bénéfices. Les taux de productivité sont donc considérables, surtout lorsque l’on constate que c’est la finance qui est la première bénéficiaire des aides versées par les États depuis le début de la crise économique.

Des forges à la finance

Dans l’économie mondialisée, force est de constater que les Occidentaux ont lancé depuis déjà de nombreuses années la délocalisation de leurs industries vers d’autres pays, où le coût de production est beaucoup moins élevé. Mais à l’image des usiniers réunionnais, le capital de ces groupes industriels ne s’est pas volatilisé, il est parti vers l’industrie de la finance.

Les Réunionnais ont déjà entendu parler du Groupe Marine-Wendel. Cette société financière était un important actionnaire d’AOM-Air Liberté avant sa faillite. À l’origine de cette société financière, il y avait Wendel, un groupe industriel spécialisé dans la sidérurgie qui a migré vers la finance. Et aujourd’hui, les Forges de Wendel ne produisent plus d’acier.

 Recul de l’industrie automobile en Europe

La semaine dernière, le groupe PSA a annoncé la suppression de 8.000 emplois dans sa filière industrielle. La lecture de ses comptes montre que la crise touche de plein fouet son cœur de métier, la construction de véhicules.

Par contre, dans ses filiales transport et accessoires (FAURECIA), les bénéfices augmentent. 

À elle seule, la banque PSA, avec 3% du chiffre d’affaires, réalise 40% du résultat opérationnel.

Tout cela permet au groupe d’obtenir un résultat net de 2,64 euros par action.

Dans ses perspectives, PSA prévoyait pour 2012 une baisse de 5% de la vente d’automobiles en Europe, et de 10% en France tandis que la progression se ferait en Chine, en Amérique latine et en Russie.

La semaine dernière, PSA a annoncé la suppression de 8.000 emplois et la fermeture de l’usine d’Aulnay-sous-Bois. Ces résultats ne sont pourtant pas catastrophiques, car le groupe a dégagé plus d’un milliard de profits l’an passé.

Ces fermetures vont encore accroître la part de la finance dans les bénéfices avec comme perspective la majorité des profits effectués par la division bancaire du groupe.

Ce glissement progressif se fait au détriment de l’emploi en Europe, alors que c’est justement grâce au travail de ces dizaines de milliers d’ouvriers et de cadres que PSA a pu accumuler un capital lui permettant de se lancer dans la finance.

Les travailleurs ne laisseront pas faire cette injustice, mais dans quelle mesure le pouvoir politique soutiendra-t-il cette lutte ?

M.M.

Témoignage.re 

http://www.mleray.info/article-psa-detourne-la-plus-value-produite-par-le-travail-des-salaries-108271666.html

 

Tag(s) : #Economie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :