Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RADICAL AMERICA : Vient de paraître

by entreleslignesentrelesmots

 

Des États-Unis, on ne connaît bien souvent que l'endroit, l'histoire officielle d'une nation de pionniers devenu première puissance ­mondiale ou l'histoire critique d'un État impérialiste. La collection «Radical America» entend s'intéresser à son envers, aux luttes, noires, latinos, ouvrières, féministes, de la jeunesse, contre un système répressif omniprésent, ainsi qu'aux constructions politiques, sociales et culturelles originales qui ont travaillé ce pays de l'intérieur, déplaçant ses lignes de fracture, rongeant ses entrailles.

Il s'agit de raviver leur mémoire et de faire réfléchir à ces expériences menées dans un territoire où la domination raciale et la domination de classe, mais aussi et surtout les résistances qu'elles ont produites, ont atteint des dimensions extrêmes. Cette intensité de la domination et des luttes pour l'émancipation ont fait des États-Unis un laboratoire et en tout cas une source d'inspiration pour les combats à mener.

Tel est le sens de la contre-histoire, des contre-discours, des contre-sociétés, des contre-cultures que cette collection entend contribuer à révéler. 

Editions Syllepse - Radical America

Vient de paraître :

LE JOUR OÙ J’ÉTAIS PERDU... 
La vie de Malcolm X : un scénario de James Baldwin : 

2

La vie de Malcolm X par un grand écrivain noir américain.

« Ce n’est pas tout ce que vous avez pu me faire qui vous menace. C’est tout ce que vous avez fait à vous-même qui vous menace », James Baldwin.

Après l’avoir relégué à la périphérie de l’histoire noire moderne pendant des années, les historiens commencent désormais à le considérer comme une figure centrale. Il est devenu une partie intégrante de l’échafaudage qui soutient l’identité afro-américaine contemporaine. L’œuvre de James Baldwin, tant littéraire que politique, est désormais largement reconnue, lue et discutée en France. Si son essai La prochaine fois le feu constitue sa contribution la plus connue aux discussions sur le mouvement noir américain, son œuvre littéraire est elle aussi fondamentalement politique. Il en va ainsi de Le jour où j’étais perdu..., un scénario rédigé d’après l’Autobiographie de Malcolm X, corédigée avec Alex Haley.

Peu après la publication de l’Autobiographie, James Baldwin, à la demande d’un producteur hollywoodien, s’attelle à la rédaction de ce texte en vue de la réalisation d’un film sur la vie de Malcolm X. Jugé trop politique, pas assez « hollywoodien », son scénario sera écarté jusqu’à sa reprise par Spike Lee qui le modifiera considérablement pour réaliser son film en 1992. Ce texte, finalement publié en 1971 (il paraît à Paris chez Stock en 1973), plus qu’une œuvre littéraire est la rencontre entre deux figures, différentes sur bien des plans, qui ont profondément marqué la culture et la politique noire américaine.

Puissante évocation de la trajectoire humaine et politique de Malcolm X par un des grands écrivains noirs américains, ce livre est une formidable introduction à la vie torturée, contradictoire et tragique d’une des principales figures de la lutte contre l’Amérique blanche et pour l’autodétermination des Afro-Américains. Avant la prochaine publication de l’imposante biographie de Malcolm X par l’historien afro-américain Manning Marable (à paraître chez Syllepse dans la collection «Radical America» ), le livre de James Baldwin apporte un éclairage particulier à la compréhension de la vie et de la pensée d’un militant dont la célébrité étouffe trop souvent la compréhension et la connaissance.

La vie de Malcolm X que nous livre James Baldwin n’est pas celle de cette trajectoire linéaire. Au contraire, il nous livre et nous dévoile les déchirements, les tensions, les contradictions de la vie de Malcolm X ainsi que les facettes diverses qui coexistent chez lui. Les «flashbacks» de la narration de Baldwin traduisent l’enchevêtrement des influences et des positions, parfois contradictoires, de Malcolm X. C’est un Malcolm travaillé par ses haines, ses amours et ses espoirs, un Malcolm de chair que dépeint Baldwin.

Dans la même collection : 

Pour accéder à la note de lecture, cliquez sur la couverture

5

4

entreleslignesentrelesmots |

21 septembre 2013 à 8 h 21 min |

Catégories: EN VRAC | URL:http://wp.me/pRE4U-35D

Tag(s) : #Pages d"écriture
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :