Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le marché de la molécule

moins sûr que celui des véhicules?

L'année 2011 va voir arriver sur le marché les voitures tout électriques destinées à une vente de masse.

Imaginez que le constructeur vous dise "nous avons vérifié et homologué la vitesse et l'autonomie pour avoir l'autorisation de mise sur le marché mais pas la tenue de route et les freins, on verra à l'usage".

Pas possible ? Improbable ? Fable ?

Concernant les voitures, peut-être. Concernant les médicaments c'est moins assuré :

"La dangerosité en elle-même ne se teste pas. Ce qu'on teste, c'est l'efficacité, et en la testant on observe des effets secondaires indésirables éventuels". (Thierry Vial, directeur du centre régional de pharmacovigilance de Lyon et vice-président de la commission de pharmacovigilance de l'Affsaps).

traduction polie :

"on tient une statistique des tués et blessés avec notre modèle pour limiter les dégâts technique et pour ajuster le marketing"

Mais les pouvoir publics, alors que font-ils ?

Ils doivent bien pouvoir intervenir ?

"C'est sur la foi d'études cliniques exclusivement menées et financées par les firmes que s'évaluent aujourd'hui les traitements. Avec tous les biais que l'on peut craindre et que l'on a constatés a posteriori dans l'affaire du Vioxx par exemple : résultats négatifs occultés, pistes de recherche volontairement non explorées", dénonce sur son site Philippe Foucras, médecin et président de Pour une information médicale indépendante (Formindep).

 

Si on suit à la lettre ce que disent ces éminents spécialistes, il y a plus de sécurité sur un manège de fête foraine que dans les gondoles des labos pharmaceutiques. C'est rassurant pour les fêtes foraines, beaucoup moins pour la santé publique.

 

Sont-ce les travaux des chercheurs qui sont en cause ?

Non ce sont les conditions de distribution du médicament, fruit des recherches et sa mercantilisassions, et son lien avec les profits colossaux des labos conditionnés par un agrément public.


Le perdre fait baisser les profits …et comme de toute façon, comme on doit tous mourir un jour …Pourquoi chercher des poux dans la tête des patrons de labos d'autant surtout quand ils sont membre du cercle des suzerains d'un prince obligé.

 

TEXTE REPRIS

sur

canaille le rouge -

Tag(s) : #Social
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :