Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FAUT-IL AIDER "L'HUMA" ?

 

L'OPINION DE NOTRE AMI,

Canaille le rouge

 

 

 

Comme beaucoup, je suis tombé sur l'appel à soutenir financièrement L'Humanité.

Son directeur annonce la sollicitation prochaine de nombreuses personnalités.

 

La canaille ne prétend pas à ce statut, pour autant, il a des choses à dire.

 

La situation de la presse d'opinion est grave. Les gouvernements successifs et le capital n'ont jamais admis avoir une presse en face d'eux pour dénoncer dérives et agissement et encore moins pour combattre le système qui les nourrit.

Sous Fa# cela ne pouvait qu'empirer.

Les grands groupes industriels ont simultanément pris en tenaille les journaux, tous, d'opinion comme "d'information générale". Ils quadrillent l'espace éditorial, la pub dans les perfusions. Ps de pub, si pas assez de lecteurs, tu meurs.

 

Ils y sont présents plus ou moins fortement, dès fois quasi totalement, pour d'autre suffisamment pour rappeler leur affectueuse présence derrière les rédactions. En France, historiquement, les marchands de canons et systèmes les animant ou les téléportant sont friand de papier, d'encre et surtout des idées qu'ils véhiculent. De Dassault à Lagardère en passant par tous les autres nous les retrouvons dans le tour de table des actionnaires de la PQN et de la PQR.

 

L'Humanité avait réussi à y échapper. La voie tracée par Jaurès, suivi par Vaillant Couturier et Cachin à tenu bon jusqu'à la liquidation du PCF par la camarilla de la "Hue-connexion" qui a rompu le lien entre le PCF et son organe central.

 

Un choix qui n'a pas été débattu avec ceux qui portaient le titre et sa diffusion à bout de bras, souvent au prix de répressions et sanctions dans les entreprises ou d'agression sur les marchés, devant les gares ou au bouches de métro. Les marchand de canons sont entrés dans le capital de L'Huma : les loups sont entrés dans la ville.

 

Coïncidence avec ce qui précède ? Singularité de l'Humanité, le journal à totalement décroché dans les milieux populaires et universitaire qui faisait le socle de son lectorat. Au nom de la diversité d'opinions, les articles qui faisait l'ancrage du lectorat sont en recul généralisés et font que cet ancrage est devenu plus que ténu.

La "globalisation" du terme de "gauche" permet de mettre dans le même sac ceux qui ont besoin de changement et ceux qui ne veulent pas qu'il soit réel. Ceux là pèsent pour limiter le débat sur les options : nationalisations, droits des salariés, réorientations des budgets mais aussi sortie de l'UE et de l'euro qui sont objet de moments éditoriaux mais ne sont pas dans l'accompagnement quotidien du débat…ce que ceux qui luttent contre le capital (dont les marchands de canons actionnaires) ont justement besoin.

 

La liquidation des CDH singulièrement d'entreprises a eu des effets dévastateurs pour l'HD et a rompu avec le mot d'ordre du "journal de vos luttes". Cela a sorti l'HQ des boites, au plus grand plaisir du patronat qui en rêvait, sans que la direction du titre n'ait jamais mis cette question en débat. Et la perte d'un lecteur c'est environ 300€ de recettes qui manqueront et une diminution de la surface publicitaire déjà pénalisée par l'histoire glorieuse du titre face aux annonceurs qui sont aussi le cœur de cible ou du moins devraient l'être pour un journal d'orientation communiste. Aujourd'hui moins de lecteur, pas de pub, perdu sur les deux tableaux.

 

Maintenant posons la question de cette campagne.

Pourquoi la Canaille mettrait –il un euro dans l'escarcelle d'un journal qui n'a de cesse de censurer l'avis de certain de ses lecteurs alors que des pages entières de commentaires parfois racistes ou limite négationnistes ne sont pas aussi systématiquement traqués.

Journal de débat quand il faut approuver, organe centrale de la ligne officielle quand il faut censurer.

 

L'expérience de la Canaille porte sur plus de cinq ans. Un des premiers à avoir ouvert un compte sur le net, une ou deux interventions par mois parfois plus. Sur les cinq dernières années, neuf fois sur dix ses propos n'ont jamais eu la durée de vie de l'article, seul le week end lui donne un peu de marge preuve que ce n'est pas un acte issu de l'informatique.

Plusieurs fois l'article en question a été retiré éventuellement réécrit pour éliminer les commentaires antérieurs (à chaque fois il y a avait eu en réponse au moins une approbation de ce que La Canaille avançait) Au point que de colère il aura été fait des copies d'écran pour appuyer ces dires.

 

Enfin et dernier point qui n'est pas des moindre à chaque fois que la Canaille a adressé un avis ou un commentaire sous forme de correspondant anonyme, le message est resté au moins deux fois plus longtemps voire a été jusqu'au bout de la durée de vie de l'article.

 

Ces faits démontrent une sélectivité de la critique d'autant plus étonnantes que reste en ligne des commentaires agressifs contre les travailleurs en luttes (même si l'article s'y rapportant ne l'est pas) et d'autres parfois injurieux sans réaction significative d'ex gardes rouges devenus rose pâle campés autour du serveur. Cela démontre que la censure ne porte même pas sur le contenu pourtant jamais injurieux mais toujours, interpellant sur des faits vérifiables, sur la signature.

 

Dans ces conditions, et sauf explication publique du journal sur cette dernière partie, avec engagement de faire cesser ces errements, pour la première fois depuis 1968 La Canaille ne mettra pas un liard dans le soutien à un contenu qui s'abrite derrière la gloire de son titre pour diffuser ou laisser passer des idées parfois frelatées.

 

Cela dit et pour qu'on ne puisse pas dire que la Canaille reste indifférent à la survie de l'Huma, il y a une piste à explorer :

Amis lecteurs, quand vous le croiserez, allez demander à Robert Hue de transfuser à l'Huma une partie conséquente des fonds que Raffarin lui a permis de mobiliser pour créer sa fondation.

Ce serait au moins une façon efficace de porter la mémoire de Gabriel Péri qui, à propos de l'Huma, savait ce qu'était un journal communiste et l'a démontré, avec quel courage.

 


Tag(s) : #Lutte de Classe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :