Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

commun-affiche2

David-Cameron1.jpg

Dimanche 11 janvier 2014 , le premier ministre britannique David Cameron participe à Paris à la « marche républicaine ». La veille, à Londres, il menace de réduire le droit de grève dans le secteur public en Grande-Bretagne s’il est réélu le 7 mai prochain.

 

Parmi les mesures, celle d’imposer que 40% des syndiqués se déclarent favorables à la grève pour la rendre effective. David Cameron souhaite également pouvoir remplacer les grévistes, ce qui est interdit actuellement, et imposer un délai d’au minimum trois mois entre chaque grève.

 

La Secrétaire générale du Trade Union Congress (TUC), Frances O’Grady, a déclaré à la BBC : «nous avons déjà l’une des législations les plus dures du monde pour les syndicats. Aucune démocratie n’a mis en place ce genre de restriction ». Pour Dave Prentis du syndicat Unison (syndicat du secteur public) ces mesures auraient pour conséquence de « rendre impossible toute grève dans le secteur public ».

 

Depuis un an des grèves importantes se produisent dans les services publics pour protester, en particulier, contre le gel des salaires. Wayne King, représentant du syndicat Unison à Londres a déclaré pour sa part que les travailleurs du transport: "en ont assez de l’inégalité salariale et les disparités salariales déloyales" .

 

Si la règle des 40 % était en vigueur certaines de ces grèves n’auraient pas pu avoir lieu selon le Parti conservateur. Ainsi la grève dans les transports de Londres prévue pour ce mardi 13 janvier aurait été illégale pour le ministre des Transports, Patrick McLoughlin, qui affirme qu’elle n’a été votée que par 16 % du personnel.

 

source: POI

Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :