Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CHINE

 

INFORMATIONS

IL Y A 50 ANS, LE GENERAL DE GAULLE


RECONNAISSAIT LA CHINE ROUGE 

 

Lancement du 50ème anniversaire

de l'établissement des relations diplomatiques

entre la France et la Chine

50 ans France-Chine

© Communiqué de Presse

le 21/01/2014 03:31 

 

50ème anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la République populaire de Chine (27 janvier 1964-27 janvier 2014).

DE PRÉSENTATION Commentée par le général de Gaulle lors de sa célèbre conférence de presse du 31 janvier 1964, l'annonce de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la République populaire de Chine fut un « véritable coup de tonnerre » dans le ciel diplomatique de l'époque.

Cet acte visionnaire mérite, cinquante ans plus tard, qu'une attention particulière lui soit accordée, eu égard à la place qu'occupe désormais la Chine dans le monde. Aussi la Fondation Charles de Gaulle, compte tenu des relations privilégiées qu'elle a su bâtir avec la Chine depuis 2004, et notamment avec l'Institut des Affaires étrangères du Peuple chinois, a naturellement proposé un projet de commémorations aux pouvoirs publics de nos deux pays.

Placé sous le haut patronage du président de la République, le programme de la Fondation Charles de Gaulle comporte un volet scientifique, un volet économique et un volet culturel, grâce notamment au concours de l'Orchestre symphonique de la Garde républicaine qui participera à l'événement.

Ce programme se déroulera les 26 et 27 janvier 2014 à Pékin, et le mardi 28 à Shanghai. L'aspect scientifique sera développé le 27 janvier à l'Institut chinois des Etudes internationales lors du colloque « France-Chine : 50 ans ».

Ce colloque, qui sera présidé par le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, abordera les prémices de la relation franco-chinoise comme son développement lors de ces cinquante dernières années. Il permettra également d'ouvrir des perspectives sur l'avenir des relations franco-chinoises.

La séquence majeure de la journée anniversaire se déroulera l'après-midi du 27 janvier 2014 au Musée national de Chine, place Tian'anmen, où sera inaugurée l'exposition de 800 m² réalisée par la Fondation Charles de Gaulle.

Elle présentera au grand public les moments essentiels de ces cinquante ans de relation et les projets communs en cours d'exécution ou d'élaboration dans les domaines politiques, économiques et culturels. Un grand concert lyrique et symphonique donné par l'Orchestre de la Garde républicaine clôturera, également dans l'auditorium du Musée national de Chine, cette journée inaugurale. Le lendemain 28 janvier 2014, un programme sensiblement analogue se déroulera dans l'après-midi autour d'un autre format d'exposition (200 m2) à l'opéra de Shanghai.

Ce spectacle reviendra sur les raisons qui ont conduit le général de Gaulle à reconnaître la Chine huit années avant les autres puissances occidentales. Ces journées inaugurales n'auraient pu voir le jour sans l'apport généreux de partenaires de la Fondation, qui assumeront l'essentiel des frais générés par cet anniversaire.

Le 26 janvier 2014, un dîner de gala offert par la Fondation se déroulera à Yishu 8, siège de l'ancienne université franco-chinoise de Pékin fondée par le docteur Sun Yatsen et leur permettra de rencontrer leurs homologues chinois. Mais l'événement sera aussi créé par la venue d'une délégation de deux cents personnes conduite par la Fondation Charles de Gaulle et au sein de laquelle se trouveront de nombreux acteurs de la relation France-Chine, hommes politiques, anciens diplomates en poste en Chine, membres de la famille du Général, partenaires économiques, membres de la Fondation etc.

Tout au long de l'année 2014, les différents formats de l'exposition réalisée par la Fondation Charles de Gaulle circuleront à travers la Chine à la demande de nos partenaires économiques qui créeront, à cette occasion, autant d'évènements destinés à faire vivre l'année du cinquantenaire.

LE PROGRAMME DU 50ème ANNIVERSAIRE

La légitimité et le savoir-faire acquis par plus de dix années de commémorations mémorielles au service des intérêts français permettent à la Fondation Charles de Gaulle de se poser en acteur de la célébration du 50ème anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la République populaire de Chine (27 janvier 1964-27 janvier 2014).

Placée sous le haut patronage du président de la République, cette commémoration a pour objet de rappeler l'antériorité de la démarche diplomatique française en Chine populaire par rapport à celle de l'ensemble du monde occidental.

La Fondation Charles de Gaulle a largement contribué à la célébration du 40ème anniversaire en accueillant à son siège, rue de Solférino, le président HU Jintao le 28 janvier 2004, et en présentant en Chine, à Pékin, Shanghai, Wuhan et Chengdu en 2004-2005 une exposition intitulée « De Gaulle : l'Homme des Tempêtes » qui a été vue par plus de 350 000 visiteurs chinois. Elle a ainsi acquis en dix ans une légitimité incontestée, tant vis-à-vis de l'Etat que des autorités chinoises avec lesquelles elle entretient des relations privilégiées et suivies.

La commémoration de cet événement s'inscrit ainsi dans la durée.

Le 50ème anniversaire devrait ainsi être célébré autour de deux temps forts :

1- l'ouverture de la saison mémorielle le 27 janvier 2014 par l'inauguration d'une grande exposition consacrée aux « 50 ans de relations France-Chine» au Musée national de Chine à Pékin, et la venue d'une importante délégation officielle conduite par la Fondation Charles de Gaulle ; une exposition identique, mais de taille plus modeste, sera également présentée à l'opéra de Shanghai le 28 janvier 2014 ;

*2- la visite du président XI Jinping au siège de la Fondation à l'occasion de sa visite d'Etat au printemps 2014, à l'instar de la visite qu'y effectua le président HU Jintao en janvier 2004. Voyage commémoratif

La délégation de la Fondation Charles de Gaulle se rendant en Chine en janvier 2014 sera composée de personnalités de la Fondation (membres de la famille du général de Gaulle, d'anciens ministres, d'anciens ambassadeurs de France en Chine, etc…) ou invitées par la Fondation.

Elle sera accompagnée de l'orchestre symphonique de la Garde républicaine, soit un total de l'ordre de 200 personnes. La délégation se rendra tout d'abord à Pékin où sera organisé le 27 janvier 2014 un colloque avec le « China Institute for international Studies » portant sur les 50 dernières années de relations France-Chine et leur avenir.

Puis, la grande exposition conçue par la Fondation Charles de Gaulle, avec le concours de l'Institut des Affaires étrangères du Peuple chinois, sera inaugurée au Musée national de Chine, avant qu'y soit donné un concert symphonique.

La même opération, mais dans une forme plus modeste, se déroulera le lendemain à l'Opéra de Shanghai.

TROIS EXPOSITIONS POUR LE 50ème ANNIVERSAIRE

La Fondation Charles de Gaulle et l'Institut des Affaires étrangères du Peuple chinois ont conçu trois expositions à destination des publics français et chinois.

Ces expositions mettent en valeur une histoire franco-chinoise : Les différentes périodes évoquées par les expositions (lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Guerre froide, reconnaissance de 1964, ouverture de la Chine aux échanges internationaux…) sont abordées de façon à permettre un « jeu de regards » entre les perceptions occidentales et chinoises.

Les expositions proposées permettent aussi de célébrer la symbolique du geste du général de Gaulle : l'établissement des relations diplomatiques avec la France constitue une étape décisive, pour la Chine populaire, vers une pleine reconnaissance internationale. comprendre l'histoire et les enjeux de 50 ans de relations bilatérales : les relations franco-chinoises restent, aujourd'hui, marquées par l'empreinte gaullienne et le caractère visionnaire de la décision de 1964 ; mais le développement exceptionnel de la Chine depuis le début des années 1980 conduit à une nécessaire évolution des échanges entre la France et la Chine.

Contenu des expositions

 I. Le contexte avant 1964

1- La France et la Chine au lendemain de la 2ème Guerre mondiale

2- De Gaulle : combattre pour la liberté et l'indépendance

3- La Chine et la France dans la Guerre froide

4- Des contacts politiques officiels… et officieux

5- Quand la Chine fascinait (déjà) les Français II. 27 janvier 1964 : l'établissement des relations diplomatiques

6- Le retour du général de Gaulle au pouvoir

7- De Gaulle et sa vision des relations internationales

8- L'acte fondateur du 27 janvier 1964

9- Les répercussions internationales de la décision franco-chinoise

10- Le regard des Français sur la décision du 27 janvier 1964

11- Les hommes de la reconnaissance III. Les relations franco-chinoises de 1964 à nos jours

12- Une fascination française pour la Chine

13- Les voyages des hommes d'Etat français en Chine

14- Les voyages des hommes d'Etat chinois en France

15- Un partenariat global entre la France et la Chine

16- Les années croisées (2004-2005)

17- La Fondation Charles de Gaulle et la Chine

18- La France et le géant chinois

19- La Chine nouvelle se révèle au monde IV. La Chine et la France aujourd'hui

20- Une relation singulière entre la France et la Chine

21- Les investissements croisés

22- Des relations commerciales très denses

23- Mieux connaître l'Autre : les échanges touristiques

24- Apprendre la langue de l'Autre

25- Des arts de vivre qui se ressemblent ?

RAPPEL HISTORIQUE

Le 27 janvier 1964, « coup de tonnerre dans le ciel diplomatique » 

Le 27 janvier 1964, un bref communiqué était publié simultanément à Paris et à Pékin :

« Le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République populaire de Chine ont décidé, d'un commun accord, d'établir des relations diplomatiques. Ils sont convenus à cet effet de désigner des ambassadeurs dans un délai de trois mois ».

Quarante ans plus tard, la sobriété de l'annonce tranche avec l'audace d'une telle décision, dans un monde alors divisé en deux blocs inconciliables et marqué par l'aggravation des tensions militaires en Asie du Sud-Est.

Si sept États occidentaux avaient maintenu leurs relations avec le nouveau régime communiste au pouvoir à Pékin, aucun échange d'ambassadeurs ne pourra se faire avant 1972.

Aux États-Unis, la décision du général de Gaulle fait scandale. L'administration Johnson n'a pas su percevoir le bien-fondé des avertissements du président français ce qui conduira le Général à d'autres gestes significatifs : en 1966, la France quitte l'organisation militaire intégrée de l'OTAN ; une politique de détente, d'entente et de coopération est promue avec l'URSS ; surtout, l'erreur de l'engagement américain dans la guerre au Vietnam est dénoncée par le général de Gaulle lors d'un discours retentissant prononcé à Phnom-Penh en 1966.

Il faudra attendre l'élection, en 1968, de Richard Nixon, admirateur des idées et de l'oeuvre du général de Gaulle, pour que la diplomatie des États-Unis chemine vers la négociation au Vietnam et la reconnaissance de la Chine populaire. De Gaulle-Mao, la rencontre qui n'a pas eu lieu

Pourtant, si l'acte du 27 janvier 1964 frappe par son audace et son caractère visionnaire dans le contexte international des années 60, le destin n'a pas voulu que cette décision historique se prolonge par un voyage du général de Gaulle en Chine.

Souhaité de part et d'autre, certains le croyaient proche en novembre 1970, quand éclate, le 10 novembre, la nouvelle de sa mort.

Ce jour-là à Pékin, le drapeau est mis en berne à l'entrée de la Cité Interdite, une première pour un chef d'État étranger.

Le 11, Mao Tsé-Toung fait parvenir un télégramme de condoléances à Madame de Gaulle et, dans le cimetière de Colombey sont déposées deux couronnes barrées de deux rubans au nom de Mao Tsé-Toung et de Chou Enlai.

Cinquante ans après, si le souvenir de l'homme et de son action continue à incarner pour les Chinois l'indépendance de la France et s'il reste la référence tutélaire des relations franco-chinoises contemporaines, c'est qu'il dépasse le simple cadre diplomatique.

La reconnaissance de la Chine populaire par le général de Gaulle garde une charge symbolique forte parce qu'elle participait d'une vision planétaire, soucieuse d'indépendance nationale.

L'hommage du Président HU Jintao au général de Gaulle (2004)

Le 28 janvier 2004, le président Hu Jintao a rendu hommage au général de Gaulle et à sa décision fondatrice de 1964, en visitant la Fondation Charles de Gaulle à Paris, en présence d'Yves Guéna et de l'Amiral de Gaulle. Il a ainsi déclaré lors de sa visite : « Si nous respectons Charles de Gaulle, c'est parce qu'il est d'une part le héros national de la France et a contribué à la victoire de la lutte contre le fascisme pendant la Seconde Guerre mondiale, et que d'autre part il est le fondateur des relations sino-françaises ».

Un hommage renforcé par la signature, dans le bureau du Général, du Livre d'or de la Fondation, sur lequel la phrase suivante est désormais inscrite en idéogrammes chinois :

« Perpétuons l'esprit d'un grand homme, pérennisons l'amitié franco-chinoise ». Le Président Hu Jintao a achevé sa visite en inaugurant officiellement la version chinoise du site Internet de la Fondation, www.charles-de-gaulle.org/cn qui permet à un large public sinisant d'accéder à une connaissance approfondie de la vie et de l'oeuvre du général de Gaulle.

Pour la Fondation Charles de Gaulle, cet événement exceptionnel s'inscrivait dans sa mission de transmission de la mémoire du général de Gaulle en France et à l'étranger.

C'est dans son prolongement qu'elle a présenté à Pékin en ouverture de l'année de la France en Chine à l'automne 2004 et au printemps 2005, une exposition en chinois intitulée « Charles de Gaulle, l'Homme des tempêtes » qui s'est poursuivie à Shanghai, Wuhan et Chengdu. 

Tag(s) : #Contre l'impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :