Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Italie :

Exigeons la liberté      

d’association chez Fiat

 

La plus grande multinationale italienne, FIAT, a exclu de tout le groupe

(80 000 salariés), le plus grand syndicat italien d’ouvriers métallurgistes, Fiom-Cgil, en raison de son refus de signer un accord qui aggrave les conditions de travail, viole les droits des travailleurs (y compris le droit de grève), et annule tous les accords d'entreprise existants ainsi que l'accord national métallurgie.

A partir du 1er Janvier 2012, les travailleurs ne seront plus autorisés à inscrire leur appartenance syndicale à la FIOM au sein du groupe, l'entreprise refusant de reverser leurs cotisations à la Fiom (valeur : 1,5 millions d'euros).
 
Ils ne seront plus autorisés à élire des représentants affiliés à cette organisation. Les adhérents à la Fiom subissent une discrimination et, dans certains cas, sont poussés à démissionner afin de garder leurs emplois.
 
 
Les ouvriers chez Fiat ont toujours manifesté et fait grève pour défendre leurs droits et la liberté d'association: ils demandent la solidarité nationale et internationale.

 
Commentaire de Vladimir Nieddu (CEF)
 

Cette décision du 13 décembre du PDG au nom de la Famille Agnelli présage une offensive beaucoup plus large du patronat mondial.
 

En effet cette famille est au coeur d'un dispositif international du patronat et notamment  la Table ronde des industriels européens qui bénéficie de la force de frappe mondiale de groupes occultes tels (Groupe de Bilderberg, commission trilatérale).
 
 La Famille Agnelli a mis en place Mario Monti à la Présidence du Conseil Italien ou il cumule aussi le rôle de ministre des finances. (Mario Monti était l'ex-administrateur de Fiat).

unionbusters.jpg

 

Les unes du magazine « TIME » :


Sergio Marchionne patron de Fiat.

 

Recep Erdogan premier ministre turc.

 

Ces deux personnes sont élues personnalités de l’année 2011.

 

La décision de la Famille Agnelli est donc une attaque des milieux patronaux et financiers internationaux contre la  FIOM (Fédération des Industries Métallurgiques http://www.fiom.cgil.it/), une des plus puissantes fédération syndicale du monde, par ailleurs critique au sein de la CGIL le plus grand syndicat Italien.

C'est un test international pour casser la résistance ouvrière.

 
 
Résister à la troïka, aux plans d'austérité, c'est aussi résister à la répression dans le cadre de la solidarité internationale.

 

 

401684_119139761537318_100003238857127_98961_2139338688_n.jpg


 Participez à la campagne ci dessous:
  
 
La « Une » du magazine Time de la semaine dernière montrait le patron de Fiat, Sergio Marchionne, qui, selon Time, serait « l'homme qui a sauvé le secteur automobile ».


Deux semaines plus tôt, la couverture du même magazine célébrait le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, qui a été porté, une semaine plus tard en-tête du sondage « Personnalité de l’année 2011 » du magazine « Time ».


Comme nous l'avons appris cette semaine, Sergio Marchionne tente d'écraser le syndicat des ouvriers du groupe Fiat et le gouvernement de M. Erdogan vient d'envoyer 25 enseignants syndicalistes en prison sur de fausses accusations de « terrorisme ».
 

Nous avons été invités par le syndicat FIOM-CGIL et par l'Internationale de l’Education à lancer des campagnes en ligne en faveur de ces travailleurs italiens et turcs.
 

J’espère que vous vous joindrez à nous, dès aujourd'hui, en envoyant des messages de protestation dans le cadre des ces deux campagnes :

Métallurgistes chez Fiat, Italie

Enseignants, Turquie

La fin de l'année approche et ce sont probablement nos dernières campagnes en ligne pour 2011. Ne laissons pas Fiat et le gouvernement turc s'en tirer avec ces violations flagrantes des droits des travailleurs.
Passons le mot dans nos syndicats – et, en particulier, quand nos syndicats sont ceux de l’automobile ou de l’éducation.
Merci de transmettre ce message à vos collègues et à vos camarades (sur leurs boîtes personnelles, bien entendu).
 
Eric Lee pour :
ActNOW : A LabourStart campaign.
Tag(s) : #Libertés
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :