Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Figaro.fr

 

Le Qatar prévoit d'investir

10 milliards d'euros en France

Le richissime émirat compte quasiment doubler sa présence dans l'Hexagone.



Tout est une question de proportions. Quand François Hollande espère de sa visite au Qatar une «normalisation» des liens entre l'Hexagone et le petit émirat richissime, côté qatarien, on attend rien de moins qu'un «saut quantique». Qui se traduira par de gros chèques: le Qatar prévoit en effet d'investir 10 milliards d'euros en France, annonce l'ambassadeur du Qatar en France dans un long entretien au quotidien Qatar Tribune . Mohamed Jaham al Kuwari précise que ces investissements massifs concerneraient des «institutions françaises majeures», sans livrer davantage de précisions ni d'échéance particulière.

À l'heure actuelle, le Qatar a déjà investi de manière directe ou indirecte quelque 12 milliards d'euros ces cinq dernières années, selon les calculs de l'Élysée. Immobilier, médias, sport, fleurons de la cote parisienne... l'émir du Qatar - qui a tissé une toile d'investissements dans une quarantaine de pays à travers le monde pour mieux préparer son pays à l'ère de l'après-pétrole - a su tirer parti des relations amicales avec l'ancien président Nicolas Sarkozy. Le Qatar possède notamment l'immeuble du Printemps, les hôtels Concorde Lafayette à Paris et Martinez à Cannes, mais aussi des parts dans des entreprises du CAC 40, comme LagardèreEADSVinciVeoliaTotalVivendi et LVMH. Propriétaire du PSG et recruteur de grandes stars du football -comme Zlatan Ibrahimovic et David Bekham-, tout en lançant deux chaînes sportives payantes (BeIn Sport 1 et BeIn Sport 2 venant concurrencer Canal +) -, le Qatar s'est en particulier offert une réputation internationale dans le monde du ballon rond. Prochainement, la chaîne d'information qatarienne Al Jazeera disposera d'une version française.

Un fonds souverain estimé à 90 milliards d'euros

La France et le Qatar doivent officialiser ce week end le lancement d'un fonds franco-qatari de 300 millions d'euros destiné aux PME (Petites et moyennes entreprises). Une goutte d'eau à côté des 10 milliards d'euros que le Qatar propose de mettre sur la table. À titre de comparaison, cette manne 10 milliards d'euros représente plus que les recettes qui doivent être trouvées à court terme pour sauver les régimes de retraites (7 milliards), d'après les calculs du rapport Moreau. Mais pour le Qatar, 10 milliards d'euros sont un peu plus d'un dixième des actifs du fonds souverain qatarien - leQatar Investment Authority (QIA) - évalué à 90 milliards d'euros par le Sovereign Wealth Fund Institute.

Reste donc à savoir plus précisément dans quelles «institutions françaises majeures» le Qatar entend se positionner, à quel rythme il va opérer et de quelle manière. Pour les analystes financiers, la dimension pacifique de la stratégie du QIA incite à ne pas s'inquiéter de la présence croissante du Qatar en France. Pour autant, à chaque nouvelle acquisition d'un hôtel de luxe, ou de montée au capital d'un poids lourd coté en Bourse, le débat sur l'éventuel danger de la mainmise d'un pays du Golfe en Occident refait surface. Et prend une tournure politique.

Quand on connaît le rôle joué par le Qatar en Syrie où il soutient militairement les "rebelles" (dont Al-qaida), on comprend le marchandage guerrier de François Hollande... 

Premier fournisseur des forces armées du Qatar, la France espère aujourd'hui décrocher un contrat pour équiper l'armée de l'air du pays de l'avion de chasse Rafale, construit par Dassault. Premier fournisseur des forces armées du Qatar, la France espère aujourd'hui décrocher un contrat pour équiper l'armée de l'air du pays de l'avion de chasse Rafale, construit par Dassault. | AFP/BERTRAND LANGLOIS
...Hollande veut accueillir les investissements du Qatar
en France "sous certaines conditions"

Le Monde.fr avec AFP et Reuters 

François Hollande, en visite officielle au Qatar, a affirmé, dimanche 23 juin à Doha, que la France ne refusait pas les investissements qataris, soulignant toutefois qu'il y avait "des conditions" et "des règles à respecter""La France a intérêt à être présente ici dans cette région et à faire comprendre qu'elle peut accueillir des investissements mais à certaines conditions", a déclaré le président français à la presse en marge d'une visite d'un important chantier de Bouygues à Doha.

Le Qatar a investi en cinq ans quelque 12 milliards d'euros dans l'Hexagone, en particulier dans l'immobilier de prestige, l'hôtellerie de prestige avec également des participations dans des grandes entreprises. Ces investissements ont régulièrement soulevé des polémiques en France.

François Hollande a particulièrement évoqué le fond d'investissements de 50 millions d'euros pour les banlieues que le Qatar voulait lancer en 2011. "C'est ce qui avait été annoncé avant mon élection. J'ai dit que le mieux c'était de créer un fonds commun d'investissement avec des capitaux" à la fois français et qataris, a-t-il souligné. Ce fonds de 300 millions d'euros en partenariat entre la caisse des dépôts et consignations et le fonds souverain qatari (QIA), est destiné à aider les PME Françaises, y compris pour les entreprises "dans nos quartiers", a indiqué M. Hollande

RENFORCER LA COOPÉRATION DE DÉFENSE

Dans une interview à l'agence QNA (Qatar news agency) et au quotidien Al Raya, publiée dimanche, François Hollande a aussi affirmé vouloir donner "de nouvelles perspectives au partenariat" entre la France et ce richissime émirat. "Le Qatar est un pays avec lequel la France est prête à renforcer sa coopération dans tous les domaines, qu'il s'agisse de notre dialogue politique, de nos relations économiques ou de notre coopération de défense", déclare-t-il.

Premier fournisseur des forces armées du Qatar, la France espère aujourd'hui décrocher un contrat pour équiper l'armée de l'air du pays de l'avion de chasse Rafale, construit par Dassault. "J'ai fait de nouvelles propositions en matière de défense aérienne, terrestre et navale", a déclaré le président français, ajoutant :"J'ai toute confiance que nous avancerons dans chacun de ces domaines."

L'entourage de François Hollande avait indiqué lors de son départ pour Doha que la question du Rafale serait abordée pendant son déplacement. L'armée de l'air du Qatar a déjà effectué des essais techniques de l'avion français, des tests concluants par rapport à ses concurrents, dit-on de source française, mais l'armée de l'air qatarie a aussi testé des avions de combat américains l'été dernier.

Outre Dassault, de nombreuses entreprises françaises comme le constructeur naval DCNS ou l'équipementier Thales sont en lice pour remporter des contrats d'armement avec le Qatar.

Arrivé samedi dans la capitale qatarie, François Hollande doit participer à un forum économique franco-qatari. Le chef de l'Etat aura ensuite un entretien avec l'émir du Qatar, et assistera à une cérémonie de signatures de contrats avant de s'envoler pour la Jordanie, où il doit s'entretenir avec le roi Abdallah de la question des réfugiés syriens et de la situation humanitaire.

Tag(s) : #Contre l'impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :