Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Ouest France

L'école dès 2 ans
a du plomb dans l'aile
jeudi 03 juin 2010
Repères

 

Menace sur la maternelle ?

 

En France, depuis la loi Jules-Ferry du 28 mars 1882, l'école n'est obligatoire qu'à partir de 6 ans. Pour faire des économies, le ministère de l'Éducation a, ces dernières années, supprimé massivement des postes d'enseignants.

Dans une note interne qu'il vient d'adresser aux recteurs, il leur demande « de mesurer les gains en emplois » qui peuvent être générés par une baisse du nombre d'enfants scolarisés dès l'âge de 2 ans. Les effectifs seraient de 27 élèves dans les classes de maternelle relevant de l'éducation prioritaire, 32 dans les autres. Pour mémoire, des chercheurs ont constaté qu'une scolarisation précoce était surtout bénéfique aux enfants de familles défavorisées.

 

Des effectifs en chute libre

 

Moins d'enseignants, donc moins d'élèves : 15,2 % des enfants âgés de 2 ans sont scolarisés, contre 35 % en moyenne en 2000. Toutes les régions ne sont pas logées à la même enseigne. La scolarisation des tout-petits est traditionnellement forte dans l'Ouest, le Nord et le Massif Central. Elle reste faible en Ile-de-France, en Alsace et dans le Sud-Est. Un exemple : elle est de près de 2 % en Savoie et de 43 % dans le Finistère.

 

5 000 euros par élève

 

Les enfants de moins de 3 ans ne sont plus pris en compte pour calculer le nombre de postes dans l'Éducation nationale. Les raisons sont budgétaires. Pourtant, le coût d'une scolarité en maternelle est de 5 000 € par enfant et par an, alors qu'il est près du double dans les jardins d'éveil ou les crèches (respectivement 7 500 € et 14 000 €). La différence, c'est qu'en jardins et en crèches, il y a davantage d'encadrants. De plus, ces structures ne sont plus uniquement financées par l'État. Les collectivités locales, les parents et les caisses d'allocations familiales doivent payer.

 

Des jardins d'éveil payants

 

Fin 2008, un rapport du Sénat intitulé « Accueil des jeunes enfants : pour un nouveau service public » est publié. Monique Papon et Pierre Martin, sénateurs UMP, lancent l'idée de "jardins d'éveil". Dédiés aux 2-3 ans, ils sont à mi-chemin entre la crèche et les petites sections de maternelle. Ces structures, qui emploient des éducateurs spécialisés, sont payantes, contrairement à l'école. Le taux d'encadrement est d'un adulte pour 8 à 12 enfants (il est de 1 pour 8 à la crèche et de 1 pour 15 en maternelle).

Pour le Snuipp-FSU, principal syndicat du primaire, le gouvernement souhaite substituer à l'école maternelle « une garderie plus coûteuse pour les familles ». Des villes du réseau « Villes éducatrices » ont signé, en 2008, un texte défendant la scolarisation des enfants de 2 ans.

 

Classes passerelles

 

Un autre dispositif est testé, celui des classes passerelles. Elles sont nées dans les années 1990, pour mieux accompagner la séparation entre la mère et l'enfant. Elles sont cofinancées par l'Éducation nationale, les municipalités et les caisses d'allocations familiales. La plupart sont situées en zone prioritaire.

 

Lucile VANWEYDEVELDT.
Tag(s) : #Education nationale
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :