Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INFO REPRISE SUR
LE BLOG DE JACQUES TOURTAUX 

 

Roissy, le 27 juin 2012 ‐ 21h30

 

   Syndicat CGT AIR FRANCE 

Communiqué de Presse
du mercredi 27 juin 2012


Lors de sa conférence de presse du mercredi 27 juin 2012, la CGT Air France a annoncé son refus de valider le plan TRANSFORM’2015 tel qu’il a été présenté par l’entreprise.

Ce plan ne représente pas un projet d’avenir pour la pérennité de notre entreprise et ne permettra pas de répondre aux défis qui sont et qui vont être posés à Air France.

En effet, notre direction n’a de cesse de comparer Air France à Lufthansa et IAG (British Airways/Iberia) pour imposer un modèle de régression sociale sans précédent.

Ces trois compagnies majeures européennes sont toutes déficitaires. Leur principale menace vient des low‐cost sur le court et moyen courrier ainsi que des compagnies du Golfe sur le long courrier.

Les low‐cost, principalement Ryanair, vivent de subventions publiques déguisées (795 millions d’euros en 2011) et les compagnies du Golfe sont des compagnies aériennes nationales subventionnées par des Emirats financièrement surpuissants.

Le plan TRANSFORM’2015 ne fait que repousser l’échéance de 36 mois d’une probable nouvelle saignée dans les effectifs.

Le chantage ignoble à l’emploi opéré par le PDG de l’entreprise envers les Organisations Syndicales, en pleines « négociations », n’est pas acceptable.

Lorsqu’on est sûr de son plan, on n’a pas besoin de menacer pour qu’il soit ratifié.

La CGT interpelle le Gouvernement afin qu’il organise des assises du Transport Aérien, avec tous les acteurs nationaux, afin de répondre aux questions suivantes :

‐ Quel avenir voulons‐nous pour le transport aérien français ?

‐ L’Etat compte‐t‐il rester les bras croisés face à des entreprises low‐cost qui créent des distorsions sociales avec de l’argent public ?

‐ L’Etat, acteur incontournable en sa qualité de 1er actionnaire d’Air France, compte‐t‐il laisser partir l’activité d’Air France sur des critères purement financiers au détriment de l’emploi et
du social ?

‐ La maintenance Air France, en partance vers l’étranger, ne devrait‐elle pas être au centre du projet industriel, garant de nos emplois et de la sécurité de nos passagers ?

Ces questions primordiales doivent trouver des réponses, y compris politiques.

Le SCARA, organisation patronale du Transport Aérien, effectue la même demande.

La CGT Air France, en lien étroit avec la Confédération CGT, souhaite que ces questions soient portées à l’ordre du jour de la Conférence Sociale qui se tiendra les 9 et 10 juillet 2012.

De plus, ce plan de rigueur aura à coup sûr des répercussions énormes sur l’ensemble de l’économie du transport aérien français, ainsi que sur l’économie française.

D’après les propres chiffres de la direction, Air France représente 5,8 % du PIB de la région Ile‐de‐France ainsi que 8,5 % de l’emploi francilien. Les achats d’Air France au niveau national (hors carburant) représentent 2,1 milliards d’euros.

La CGT Air France s’oppose fermement à la low‐costisation de l’entreprise. La multiplication des intervenants autour de l’avion (la sous‐traitance) fragilise les normes de sécurité et de sûreté d’un secteur qui requiert une tolérance zéro dans ces domaines.

Les facteurs humains, destinés à protéger la chaîne de sécurité, ne sont plus pris en compte.

Aujourd’hui, les appels d’offres ont ouvert la voie aux compagnies d’assistance en escales qui érigent en norme la précarité, le sous‐effectif et le moins‐disant social puisque le coût du travail est devenu la seule variable d’ajustement économique.

La CGT Air France, première organisation syndicale, présentée à tort comme un syndicat jusqu’auboutiste, tient à démentir très fermement cette accusation destinée à la discréditer auprès des salariés de l’entreprise. Elle tient à réaffirmer haut et fort son attachement profond à la compagnie Air France, fleuron de l’industrie aéronautique française, ainsi qu’à ses salariés.

Notre opposition au plan TRANSFORM’ 2015 puise ses racines dans cette volonté de sauvegarder ce patrimoine français ainsi que le savoir‐faire reconnu des salariés Air France.

Pour la CGT, l’avenir d’Air France passe par une reconnaissance de la technicité et des qualifications de ses personnels.

La sécurité a un prix, la direction d’Air France ne veut visiblement plus le payer…


Nous appelons l’ensemble des Organisations Syndicales dAir France à refuser le chantage à l’emploi du PDG. L’organisation d’un référendum ne doit pas être à la main de la direction d’Air France, comme demandée par certains. Si la question était posée aux salariés, celle‐ci devrait obtenir la validation de
l’ensemble des Organisations Syndicales.

La CGT Air France organise dans tous les secteurs de l’entreprise des heures d’informations syndicales afin d’échanger avec les salariés sur le contenu de ce plan et sur les perspectives à mettre en oeuvre pour s’opposer au plan TRANSFORM’2015.
Tag(s) : #Politique française
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :