Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Le prix Nobel de la Paix décerné à Barak 0bama a produit l’effet… de bombes, une  sur l’Irak et une autre sur l’Afghanistan.

Pour l’attribution d’un tel prix, personne n’aurait parié, même un dollar - c’est dire – sur le président des Etats-Unis. Vous auriez mis en avant le nom d’un terroriste tchétchène ou d’un dissident chinois, vous auriez rempli d’aise les élites de Bruxelles, Le Monde et Bernard Guetta.

Mais Obama ?

Qui aurait pu croire à un tel choix, alors que le Pentagone exige l’envoi de 40.000 hommes supplémentaires à Kaboul ?

Les USA ont deux guerres sur les bras. Le fait de n’avoir pas – encore - envoyé de missiles sur les sites nucléaires d’Iran, suffit-il à délivrer un rameau d’olivier au président américain ?

Mais, nous dit-on, il est le premier citoyen « noir » à accéder aux plus hautes charges de l’Etat. Dans ce cas, le prix aurait dû être décerné au peuple étasunien, ou du moins aux électeurs d’Obama.

Mais revenons à la Paix.  Sur cette valeur, pas un des hôtes de la Maison Blanche qui n’ait, joyeusement, fait une petite guéguerre, d’abord contre les Indiens, puis contre les pays proches, tels le Mexique et Cuba, et jusqu’au bout du monde, au Viet Nam, par exemple.

Combien de Présidents auraient-ils ainsi mérité le prix Nobel de la Paix ?

Certains esprits complaisants envisagent l’idée que Barak Obama, tellement confus d’un tel honneur, ne pourrait plus faire autrement qu’enterrer la hache de guerre.

 

Allons donc !

A-t-on jamais vu un aigle métamorphosé en colombe ?

Et Nobel en dynamite.

 

Tag(s) : #Contre l'impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :