Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INFO REPRISE SUR
LE BLOG DE JACQUES TOURTAUX

samedi 30 juin 2012

Le Mercosur suspend le Paraguay 
et intègre le Venezuela

 

Les dirigeants du Mercosur à Mendoza, en Argentine, le 29 juin 2012.
Les dirigeants du Mercosur à Mendoza, en Argentine, le 29 juin 2012.
REUTERS/Enrique Marcarian

Par RFI

L'Unasur et le Mercosur, les deux principaux blocs d'Amérique du Sud, réunis séparemment en sommet vendredi en Argentine, ont décidé de suspendre le Paraguay après la destitution du président Fernando Lugo, ont annoncé les autorités argentines. Une exclusion dont a profité de manière inattendue le Venezuela d’Hugo Chavez.

Avec notre envoyé spécial à Mendoza, 

Jean-Louis Buchet

 

La mise en quarantaine du Paraguay était attendue. Pas question d’admettre des gouvernements non démocratiques au sein du Mercosur et de l’Unasur, deux entités où se retrouvent des présidents souvent opposés politiquement mais unis sur ce point.

 

Cette double exclusion sera levée quand des élections transparentes auront lieu au Paraguay. En principe, ce sera en avril 2013. En attendant, le Venezuela a, en quelque sorte, pris la place de l’exclu au sein du Mercosur.

 

Son adhésion, acquise depuis 2006, mais soumise à la ratification des Parlements des pays membres, était bloquée précisément par le Sénat paraguayen.

La destitution de Lugo aura ainsi permis de lever le dernier obstacle à l’entrée du Venezuela, plus aucun pays membre ne s’y opposant désormais, comme l’a expliqué le ministre argentin des Affaires étrangères, Hector Timerman.

 

Juridiquement, l’argument est faible, puisque le Paraguay, exclu temporairement, pourrait à nouveau ne pas la ratifier.

 

À l’évidence, la décision a été avant tout politique, et elle a été saluée comme un succès personnel par un Hugo Chavez qui, malade, et en campagne électorale, n’avait pas fait le déplacement.

Tag(s) : #Contre l'impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :