Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

http://histoireetsociete.wordpress.com/

 

Depuis le triomphe de EuroMaïdan,

le Parti Communiste d’Ukraine (KPU)

se renforce massivement

Mercredi 26 Février 2014

Le communisme dans les pays de l’ex-URSS

Ukr_elections_2012_

Voici les scores du parti communiste d’Ukraine suivant les circonscriptions. On remarquera qu’elles sont totalement opposées à celle du parti ultranationaliste Svoboda, ce qui explique que le Parti communiste puisse être traqué et devoir passer à la clandestinité alors qu’il se renforce dans d’autres zones où il a déjà une forte implantation ou même là où il a réussi à construire des Fronts antifascistes.

C’est en fait la troisième force du pays dont il n’est jamais question dans nos médias. Il est vrai que hier soir, la 2 française a réussi l’exploit à faire un portrait de Poutine et des trucages électoraux à travers lesquels il se maintient au pouvoir en ignorant complétement les communistes, alors que ceux-ci avaient effectivement gagné les élections (pas les dernières que Poutine a remporté avec un score moindre que celui publié mais l’a emporté, les précédentes locales en particulier).

France 2 a réussi l’exploit de faire tout un documentaire où il n’a jamais été question des communistes qui sont pourtant la principale force de Russie derrière celle de Poutine et ils ont réussi à présenter comme des opposants importants des gens qui ne représentent que 2% de l’électorat. Ce n’est plus de l’antiscommunise c’est du bourrage de crâne. (danielle bleitrach)

Bernard henry Levy 2

Implantation des nationaux socialistes de Svoboda.

Le coup d’état de EuroMaïdan, l’explosion de la violence dans le pays, les bandes de néonazis qui sévissent partout, la trahison de Ianoukovitch et du Parti des régions, l’hystérie anticommuniste et les menaces d’interdiction du Parti Communiste d’Ukraine, n’empêche pas ce dernier de connaitre un vague massive d’adhésion – article et traduction Nicolas Maury

Les Comités régionaux du KPU submergés par les demandes d’adhésions

En Ukraine, le seul parti avec une idéologie est le Parti communiste, il est présent dans la totalité du pays, persécuté à l’ouest mais présent, il est puissant dans les régions industrielles et minières du Donbass.

Bien que le Parti communiste soit interdit dans 3 oblasts du pays, et que sous la pression des néonazis il a aussi été interdit dans l’oblast de Rivne (Ouest) mardi dernier, les actions concrète des communistes paient.

237 nouveaux adhérents dans la seule journée d’hier et pour la seule ville de Lugansk

Le Premier secrétaire du Comité régional de Lougansk (oblast de l’Est – frontalier avec la Russie) et député à la Rada, Spyridon Kilinkarov avoue que la situation tendue du pays et les menaces contre les communistes empêche pas le développement du Parti. "Beaucoup d’habitants veulent rejoindre les rangs de Parti communiste d’Ukraine ."

Spyridon Kilinkarov annonce que pour la journée de mardi, pour la seule ville de Lugansk, 237 personnes ont demandé a adhérer au Parti communiste. "C’est la réaction du peuple aux événements qui se déroulent dans le pays" commente Kilinkarov. Il note que "pour la population de ces secteurs, le réflexe est l’adhésion en masse au Parti communiste ces deux derniers jours."

L’interdiction du KPU, une posture politicienne

"C’est une tentative pour éliminer les seuls parlementaires de la plus grande force de gauche présente sur le terrain. Il s’agit d’une manœuvre politique pour résoudre des problèmes tactiques" déclare le politologue ukrainien, Andrei Zolotarev.

"Tout d’abord, cette action peut s’avérer rentable partie de l’opposition, notamment pour tenter un retour dans le centre du pays. Ils veulent liquider certains concurrents potentiels à gauche. Cette interdiction peut également être un avantage pour "Svoboda".

Zolotarev souligne que l’interdiction du Parti communiste ne fonctionnera pas. "Nous devons garder à l’esprit qu’il y a des principes de base pour obtenir l’interdiction des partis politiques , ces principes doivent être conforme à la Commission de Venise, qui en 1999 a déclarée que l’interdiction du PCUS en 1991 était illégale".

Selon Petro Simonenko, les communistes militent aujourd’hui pour "expliquer aux électeurs que ce qui se passe dans le pays et dénoncer la répression politique."

Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :