Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Cosatu et le SACP haussent le ton
 
       Après avoir aidé Jacob Zuma à éliminer Thabo Mbeki pour se hisser au pouvoir, ses alliés de gauche veulent qu le nouveau président tienne ses engagements..

Lors de son dixième congrès, la semaine passée, le Congress of South African Trade Union(Cosatu), où l'influence du South African Communist Party (SACP) est grande, a mis la pression sur le président Jacob Zuma. Des résolutions radicales ont été adoptées pour réclamer la nationalisation de la South African Reserve Bank (SARB), la création d'une banque des travailleurs et le renforcement de la législation du travail afin de mieux protéger les salariés. De quoi prendre à contre-pied la politique économique de Zuma qui a récemment reçu l'aval du Fonds monétaire international (FMI).

La principale cible des syndicalistes est Trevor Manuel, le ministre du plan à la présidence, qu'ils accusent d'être un survivant au sein du gouvernement de la "clique" de l'ex-président Thabo Mbeki. Le problème est que Zuma a besoin de Manuel pour rassurer les milieux d'affaires sud-africains et les bailleurs de fonds internationaux. Ceci permet en retour à Manuel d'imposer son pouvoir à de nombreux ministres et d'empiéter sur les compétences du nouveau ministre du développement économique, Ebrahim Patel. Autre point d'achoppement : le droit des militaires à une organisation syndicale. Le SACP et la Cosatu sont farouchement pour, tandis que le gouvernement veut l'interdire.

Dans un contexte économique où les marges de manœuvre du capital,  sont limitées, la pression syndicale se développe. Dans cette situation, un candidat potentiel à la succession de Zuma, est en train de s'affirmer : le secrétaire général du Cosatu et leader du SACPZwelinzima Vavi.
Ce dernier avait intelligemment refusé d'entrer au gouvernement de Zuma en récompense de l'aide qu'il lui avait apportée pour évincer Mbeki. Mais Vavi a maintenant l'intention de ne pas se faire réélire à la tête du Cosatu en 2012 afin d'avoir les coudées plus franches pour briguer une place au sein du leadership de l'ANC (parti gouvernemental).
De là, vise-t-il  le poste de vice-président de l'ANC et du pays afin d'être le candidat d'une véritable alternance de gauche, à la fin du mandat de Zuma, l'avenir - et les luttes sociales - nous le diront.

Tag(s) : #Lutte de Classe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :