Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

REPRIS DU SITE
Changement de société

Qui a le goût de l’absolu renonce par là au bonheur

Chine : Les conflits salariaux
             gagnent en violence



S’il existe en Chine une censure y compris sur internet concernant les actes gouvernementaux, les relations avec l’étranger, et plus généralement la pornographie, en revanche la presse relate les problèmes sociaux, ce qui fait que l’on peut effectivement à travers cette presse avoir un aussi bon si ce n’est meilleur baromètre qu’en occident sur ces questions. Mais c’est sur internet que l’on trouve à profusion ces exemples d’exploitation et de protestation . Il faut noter encore que si la Chine a connu une spectaculaire évolution salariale et du revenu, le sort des travailleurs migrants continue à cumuler les injustices.

Ces dénonciations interviennent dans le contexte d’autres qui se multiplient et concernent « la nouvelle bourgeoisie ». 


Le Quotidien du peuple chinois a dénoncé la dérive criminelle de la nouvelle bourgeoisie dans un article en ligne du 7 janvier (1)en déclarant que la nouvelle bourgeoisie chinoise est en train de prendre le chemin de la criminalité dans le but d’accumuler des richesses. L’article cite l’avocat Wang Rongli, qui exerce à  Shenzen et est specialisé dans les enquêtes d’entrepreneurs corrompus. Cet avocat dit que la criminalité économique allait croissante dans les dernières années. Il a enqueté sur les entreprises privées et les chefs des entreprises publiques. L’avocat a signalé que les entreprises privées commettaient des frraudes de tout type et commettaient également des crimes violents.

C’est dans un tel contexte que l’on voit se multiplier les revendications et les luttes des travailleurs migrants et une large publicité leur est faite. L’avocat  a signalé que les entreprises privées et les chefs d’entreprises publiques sont châtiées avec une extrême rigueur. Et l’article cite, par exemple le membre suppléant du CC  Cheng Tonghai qui a été condamné à mort avec un moratoire de deux ans. Il signale également que certains entrepreneurs privés corrompus sont membres des assemblées populaires.


Cet article témoigne de la volonté du Parti, de l’Etat et du Peuple non seulement de châtier sans pitié les activités criminelles de la nouvelle bourgeoisie et des traîtres mais surtout de se donner les moyens nécessaires pour éviter que cette nouvelle bourgeoisie ne songe à prendre le pouvoir en disputant celui du Parti et en restaurant le capitalisme. Il semble que la volonté de développement sur le « enrichissez vous » ait eu des effets plus que pervers et on assiste aujourd’hui, en Chine à la volonté de les dominer. Ils correspondent d’ailleurs à des phénomènes économiques préoccupants comme les bulles spéculatives sur l’immobilier, la difficulté accru de se loger, les malversations et à terme des risques comparables à ceux de la crise des subprimes aux Etats-Unis.

On ne comprend rien à la position de la Chine si l’on ne mesure pas l’ampleur des défis auxquels son développement l’a confronté, défis environnementaux mais aussi  défis économiques et sociaux immenses, démesurés. Comment conserver le dynamisme d’une économie qui est désormais la deuxième du monde en essayant dans le même temps de trouver une « harmonie sociale » mise à mal. Le leadership du parti sur la société depend de sa capacité à gérer les contradictions qui vont de la naissance d’une nouvelle bourgeoisie tentée par les choix capitalistes et les problèmes de chômage et de salaire d’une grande part de la population. Et quand le gouvernement chinois explique qu’il n’a aucune volonté de partager un G2 avec les Etats-Unis, si certains y voient simplement l’attente d’un moment où la Chine aura le G1, il est plus raisonnable de croire ce que dit le même gouvernement : à savoir que comme pour la crise résoudre les problèmes d’un quart de l’humanité est bien suffisant.

Pour brosser le contexte de l’aiguisement des conflits salariaux et de la publicité qui leur est faite, il faut encore souligner la nécessité dans laquelle se trouve désormais la Chine de transformer une grande part de sa législation et de ce qu’on appellerait ici le service public. C’est un immense chantier.


Si la Chine parait avoir résisté à la crise et joue même actuellement un rôle positif pour le monde dans l’attenuation de ses effets, il ne faut pas non plus sousestimer le choc que ce pays a du affronter, un pays où tout est démesuré. Ainsi en 2009, quelque 20 millions de travailleurs migrants en Chine sont rentrés dans leurs campagnes parce qu’ils avaient perdu leur emploi ou n’arrivaient pas à en trouver, dans le contexte actuel de crise économique, avait  annoncé  le gouvernement à la fin 2009.
 
« Selon nos calculs, 15,3% des quelque 130 millions de ruraux qui migrent pour travailler, ont perdu leur emploi ou n’en ont pas trouvé », a affirmé Chen Xiwen, un responsable gouvernemental lors d’une conférence de presse. En conséquence, « quelque 20 millions de travailleurs ruraux migrants ont soit perdu leur emploi, soit n’en ont pas encore trouvé, et sont rentrés chez eux, à cause de la crise », a-t-il ajouté.

Ces statistiques sont nettement plus alarmantes que celles publiées il y a une dizaine de jours par le gouvernement. Le Bureau National des Statistiques (BNS) avait estimé juste avant les vacances du Nouvel an chinois qu’environ six millions de personnes étaient rentrées chez elles après avoir perdu leur emploi en ville à cause de la crise financière internationale. Le BNS n’avait pas cité précisément ce chiffre mais estimé la population privée d’emploi chez les migrants à « 20% des quelque trente de millions de personnes retournées dans leurs régions d’origine ».

Pékin s’est à plusieurs reprises alarmé ces dernières semaines de la situation de l’emploi, notamment celle des travailleurs les plus vulnérables, les ruraux ayant quitté leurs campagnes pour s’employer dans les régions industrialisées.

Ces inquiétudes avaient avivées par la brusque décélération de l’économie, qui avait progressé de 9,0% sur un an en 2008 – mais de seulement 6,8% au dernier trimestre de la même année - selon les statitisques du BNS.
Les analystes estiment que le produit intérieur brut doit au moins croître de 8% par an pour garder le taux d’emploi à un niveau acceptable. Depuis grâce aux mesures de stimulation de l’économie et du marché intérieur, selon un schéma  keynesien des plus classiques, la croissance a retrouvé un rythme satisfaisant, mais cela a accru d’autres phénomènes comme celui déjà noté de « bulle possible sur l’immobilier » et les phénomènes de corruption.


La violence faite aux travailleurs migrants par les entrepreneurs


Voici le genre de nouvelle qui fait grand bruit dans la presse et sur internet. Un travailleur migrant, originaire de la province du Hebei, a été poignardé le 9 janvier dernier à Beijing, après avoir réclamé des arriérés de salaire auprès d’un sous-traitant ; l’homme a perdu un rein, précise l’article paru dans le journal Yangchen Evening News.

L’événement a été surnommé l’affaire “ Salaire réclamé, rein perdu ” par les médias chinois.

Selon le Yangcheng Evening News, Gao Zhiqiang, un père de trois enfants âgé de 28 ans, a subi l’ablation de son rein droit après avoir reçu des coups de couteaux commandités par le sous-traitant auquel il avait demandé 70 yuans (7 euros) d’arriérés de salaire. Un médecin a évalué les frais médicaux de Gao à près de 50 000 yuans (5 107 euros).

Le cas de Gao n’est en aucune manière un incident isolé. En novembre 2009, “ le passage à tabac et l’humiliation ” de Wang Hongli pousse à faire le lien entre le fait de réclamer un arriéré de salaire et être agressé. Selon le site internet Shanxi News Network [en chinois comme tous les liens du billet], Wang Hongli et son mari Hao Shi furent battus et humiliés par l’employeur de Wang et trois autres hommes à Hangzhou, dans la province du Zhejiang, après avoir fait une demande de rappel de salaire.

Ces drames attirent l’attention sur un problème, plus large et très répandu, relatif aux salaires illégalement retenus des travailleurs migrants de l’intérieur. Des expressions telles que “ quémander sa paye ” ou “ la retenue malintentionnée de salaire ” sont devenues monnaie courante dans les médias chinois.

Dans un article paru sur le blog Jingchu Net, Wei Bin décrit les épreuves souvent rencontrées par les travailleurs venu de la campagne pour réclamer leurs payes,  justement gagnées, et les implications sociales de tels dilemmes.

近年来关于农民工采取诸如静坐、示威、游行、跳楼等极端方式讨薪的报道不断见诸于报端、网络。选择这些极端的利益表达方式,背后隐藏着无尽的辛酸与无奈,同时也反映出现存的维权渠道成本过高,成为农民工“无法负担之重”。

Ces dernières années, Internet et les journaux se sont constamment fait l’écho de toute une variété de moyens utilisés par les “ travailleurs migrantspour réclamer leurs salaires, parmi lesquels l’organisation de sit-in, de manifestations, de marches, mais aussi le fait de se jeter du haut d’un immeuble.
Le choix de ces  modes d’expression extrêmes est révélateur d’une infinie souffrance et d’une impuissance sous-jacentes, ils témoignent que le prix de la défense de leurs droits est trop élevé. Celui-ci est devenu un fardeau trop lourd à porter pour les travailleurs migrants.
La récente agression à l’arme blanche est évoquée sur le blog Worker’s Daily dans un billet – parlant d’un arriéré de paiement de 140 yuans (environ 14 euros) – qui rappelle aux lecteurs qu’alors que nombreux sont ceux qui conseillent aux travailleurs migrants de porter leur affaire devant le ministère du Travail, une grande partie de cette population n’a pas de contrat de travail et  aucun moyen de se faire représenter légalement.

L’article s’interroge plutôt sur le fait que de tels événements soient devenus communs en Chine, et se demande si le statut social du travailleur migrant s’est, oui ou non, dégradé.

与提醒农民工法律维权、组织维权相比,我们更该反思的恐怕是,为什么包工头的恶意欠薪行为没有收敛,为什么包工头有如此胆量叫嚣“谁要钱,捅死谁”?包工头的淡薄法律意识,是不是就在于恶意欠薪没什么大不了,捅农民工一刀也有可能没什么大不了?

Au lieu de rappeler aux travailleurs migrants comment défendre légalement, et par le biais d’organismes, leurs droits, j’ai peur qu’il faille plutôt se demander pourquoi les retenues malintentionnées de salaires par des sous-traitants n’ont pas été réprimées, ou pourquoi des sous-traitants clament-ils si ouvertement : “ Nous poignarderons à mort ceux qui réclament leur argent. ” Sont-ce les vagues notions juridiques que possède le sous-traitant qui lui laissent penser que la retenue malintentionnée de salaire n’est pas bien grave ? Ou que le fait de poignarder un travailleur migrant n’est pas bien grave non plus ?
Selon l’article 50 de la Loi sur le Travail en République populaire de Chine:

第五十条 工资应当以货币形式按月支付给劳动者本人。不得克扣或者无故拖欠劳动者的工资。

Le salaire doit être versé mensuellement et en espèces à l’ouvrier. Le salaire de l’ouvrier ne saurait subir ni diminution ni retard.

Chen Bulei, chercheur à l’Institut d’étude des Relations au travail de l’université du Peuple, a déclaré, lors d’un entretien accordé au site Shanxi News Network, que cette loi manquait de précision et de clarté,  toutes deux nécessaires à la mise en place d’un système de paiement efficace pour les travailleurs migrants.

缺乏一个很刚性的、明确的工资支付制度,在很大程度上依赖于用人单位的守法意识或者道德状况,依赖于雇主一些内在的约束,而法律给予的外在制度约束是不够的。


Il manque [dans la loi chinoise sur le travail] un système de paiement des salaires clair et rigoureux. Le tout est largement subordonné  au respect des lois, au niveau de connaissance et aux principes moraux en vigueur dans un lieu de travail donné. Tout dépend des engagements que l’employeur prend avec lui-même ; les obligations inhérentes au système, telles qu’elles sont édictées par la loi, ne sont pas suffisantes.
Les sites d’information The Chaozhou Daily et Yangzhou News se font tous deux l’écho d’une recrudescence des cas de retenue de payes à l’encontre de travailleurs migrants à l’approche du Nouvel An chinois. Selon The Chaozhou Daily, le nombre de ce genre de cas s’élèverait à entre dix et vingt par jour pour la ville de Chaozhou, dans la province du Fujian, alors que les ouvriers se préparent à rentrer chez eux pour les fêtes du Nouvel An chinois.(3)

Ainsi comme l’explique un récent article de Chine Aujourd’hui, Pékin s’apprête à remplacer le système controversé du permis de résidence temporaire par un nouveau système afin de mieux gérer et maîtriser le flot de sa population de migrants.
 
Les migrants travaillant à Pékin seront sommés d’ici la fin de l’année prochaine de fournir aux autorités municipales des informations telles que leur lieu de résidence ou le nom de leur employeur afin de souscrire à un nouveau système de permis de résidence.

Actuellement, plus de 8 millions de personnes sont titulaires d’un permis de résidence temporaire, un chiffre bien inférieur au nombre de migrants réellement présents dans la capitale. C’est précisément pour remédier à cet écart que les autorités ont élaboré un nouveau système.


Contrôler les flux de migrations internes


Le permis de résidence temporaire a fait son apparition au début des années 1980 dans un but bien précis : contrôler les flux de migrations internes et obtenir une image précise de cette population « flottante ».

La possession de ce document est en principe obligatoire pour les travailleurs migrants, au risque d’être placés en détention et rapatriés dans leurs provinces d’origine. Les autorités ont cependant dû faire preuve de souplesse après une affaire peu glorieuse, rappelle le South China Morning Post : Sun Zhigang, un travailleur migrant originaire de Canton, avait été battu à mort en 2003 après avoir été jeté en prison faute d’être en possession d’un permis de résidence temporaire.
Résultat, cette règle est presque devenue obsolète et ceux qui ne possèdent pas ce permis aujourd’hui ne s’en formalisent pas outre mesure.

Un laxisme censé disparaître avec le nouveau système. A première vue, la disparition de la mention « temporaire » sur le nouveau titre de résidence le rend plus avenant. Les détails que livre le Beijing Youth Daily permettent toutefois d’en douter. Parmi les nouveautés, le permis contiendra une puce électronique sur laquelle seront stockées des informations comme le nom, l’âge et la ville d’origine de son détenteur. Et pour inciter les migrants à s’enregistrer, les autorités ont associé à ce nouveau permis des avantages sociaux. Reste à en préciser le contenu. « Le gouvernement est toujours en train d’y réflechir », a affirmé au quotidien Miao Lin, directeur du bureau local de l’administration urbaine.


Le tout-puissant hukou

Ces avantages sociaux permettront-ils de remédier aux discriminations liées au fameux « hukou », comme le laissent entendre les autorités ? Peu probable, selon les experts. « Le changement ne résout aucun des problèmes sous-jacents », avance Shen Mengpei, membre du Congrès populaire, dans le China Daily.

Héritage des années Mao, ce livret de résidence est attribué à chaque citoyen dès la naissance. Destiné à contrôler les flux migratoires, il continue de diviser la population entre ruraux et urbains. L’accès aux logements sociaux, école, santé, transports nécessite d’avoir le bon hukou, ce qui n’est pas le cas des millions de migrants de la capitale et des autres grandes villes.

« Le problème crucial du système du hukou est que les migrants n’ont pas des droits égaux dans une ville. Changer le permis de résidence temporaire en un nouveau système de permis ne peut certainement pas faire disparaître la discrimination liée aux origines », rappelle Shen. « Le gouvernement devra tôt ou tard mettre fin au système du hukou », conclut l’expert.
Certaines villes comme Shanghai s’y sont déjà attelées.(4)


Sans conclusion, suivre le processus…


Quand Ivy Wallerstein dans un article publié ici même s’interroge sur le fait qu’aujourd’hui nous sommes incapables d’avoir une opinion tranchée sur le système social chinois, sur sa volonté impérialiste ou non certains attribuent cette ambiguité à un stéréotype sur la mentalité chinoise, d’autres y voient non sans raison le fruit d’une demesure de l’espace et du temps chinois, une accélération de l’Histoire sans précédent dans un espace dix huit fois  plus grand que la France. Ce qui est sûr est qu’il souvent tranché sur le cas chinois avec une totale méconnaissance des enjeux et des dispositions qui sont à l’essai ici ou là, parce qu’une autre caractéristique de la politique chinoise est le pragmatisme, les tentatives avant de figer une situation.

Personnellement il me semble qu’outre cette démesure et cette hétéréogénéité de l’espace et du temps de développement de la Chine, il faudrait y ajouter la pression sociale(5) et les débats et lutte de tendance tant au niveau local qu’au niveau national au sein du parti dirigeant, le parti communiste.


Articles collectés et commentés par Danielle Bleitrach


(1) article complet
http://french.people.com.cn/VieSociale/6862199.html

le blog civilizacionsocialista.blogspot.com dont un des rédacteurs a vécu il y a peu quelques années en Chine  a relevé cet exemple sur lequel nous avions nous même écrit un article, plus généralement le rédacteur en question table sur un véritable virage à gauche du gouvernement chinois.

(2) (4)20 millions de travailleurs migrants sans emploi en Chine
le 2/2/2009  par AFP

(3)2010-01-19 @ 19:25 EST · Billet publié par Don Weinland
Traduit par Samantha Deman · Voir le billet en anglais

(4) Pékin veut adapter le permis de résidence temporaire de ses migrants
le 5/12/2009 à 14h02  par Mathilde Bonnassieux (Aujourd’hui la Chine)

(5) pour les amateurs de « Chine éternelle » et qui voient dans le parti le digne sucesseur de l’Empire chinois, je signale le bien connu des sinologues (voir Marcel Granet) mandat céleste et le droit à l’insurrection populaire qui en découle quand l’empereur n’a visiblement plus le mandat celeste, c’est quelque chose qui se rapproche assez de nos droits de l’hommes révolutionnaires de 1792 à l’insurrection populaire.

Tag(s) : #Lutte de Classe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :