Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Droite et Parti Socialiste,

main dans la main,

assassinent l’hôpital public

L’adoption de la loi du 25 juin dite : « loi hôpital, patients, santé, territoire » se met en œuvre en particulier avec la mise en place des vingt-six agences régionales de santé.

 

Si l’on doit cette loi à l’UMP, le PS participe directement à sa mise en œuvre. Ainsi pour la région Ile-de-France, c’est Claude Evin, ancien ministre socialiste de la santé, qui a été nommé en conseil des ministres le 30 septembre 2009. Dans ces déclarations, il se présente comme un chaud partisan de la réforme.

 

Pour lui comme la Ministre Bachelot, il n’y a pas de manque de moyens ni de personnel dans les hôpitaux, il y a seulement des problèmes d’organisation qui vont se résoudre grâce à la mise en œuvre de la loi.

Par exemple en Ile-de-France, sur 54 blocs opératoires, seuls 7 (hors Paris) seraient de service de nuit ! On mesure les dégâts potentiels d’une telle mesure surtout sur des territoires aussi étendus que les Yvelines ou la Seine-et-Marne.

 

Cette organisation des territoires de santé est  incompatible avec l’accès au soin de tous dans des conditions de sécurité optimales. S’y ajoute la liquidation programmée de l’hôpital public et de milliers d’emplois.

Ainsi, de plus en plus de personnels hospitaliers sont embauchés sur des contrats à durée déterminée y compris les médecins. De nombreux services sont externalisés et confiés au privé.

Une telle situation devient intenable et suscite des mouvements importants parmi le personnel. Ainsi le 3 octobre quarante-quatre établissements étaient-ils en grève en Ile-de-France.

À l’hôpital Tenon à Paris l’action dure déjà depuis deux semaines.

Le privé se frotte les mains, la manne des soins devrait rentrer dans son escarcelle avec plus de vigueur. En effet, dans le cadre de « partenariat public privé » coexisteront sur une même lieu des hôpitaux public et privé. Le privé d’ailleurs par la voie de son organisation patronale réclame la gestion de la sécurité sociale. Vous pourrez rentrer aux urgences du service public et vous retrouver dans la clinique privée.

Bien entendu, ce sont les patients qui seront rackettés.

 

Quand la région Ile-de-France dirigée par une coalition PS, Verts et Front de gauche met en avant dans son orientation budgétaire 2011 les partenariats public privé comme solution au financement, elle participe à sa façon à la liquidation de la protection sociale voulue par le patronat et le pouvoir.

 

Unissons-nous pour empêcher la liquidation de l’hôpital public et de la sécurité sociale.

 

source : « site communistes »

E

reproduit par

El diablo

Tag(s) : #Economie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :