Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Mumia au centre d’une campagne haineuse
contre la nomination par Obama
d’un nouveau procureur général adjoint
Avec un poème de Jean Métellus
dimanche 2 février 2014 
par  auteurs à lire 


 

 

 

 

 

 

 

Debo Adegbile, directeur de la plus illustre des organisations antiraciste américaine (NAACP), vient d’être nommé Procureur général adjoint pour les droits civils par le Président Obama. Autrement dit, il s’agit d’un poste de vice-ministre de la justice.

Retenons que cette éminente personnalité afro-américaine a décidé de s’engager pour - selon ses déclarations - mettre en œuvre la promesse présidentielle de l’égalité réelle des droits entre tous les citoyens.

Retenons également que la NAACP qu’il dirigeait a pris en main la défense de Mumia pour le sortir du couloir de la mort.

Insupportable pour le syndicat raciste de la police (FOP) qui dénonce cette nomination du défenseur de « tueur de flic » et les médias qui relaient la haine raciale, notamment la chaîne de télévision FOX qui a poussé la provocation jusqu’à inviter la porte-parole de Mumia (Johanna Fernandez), mais pour finalement l’empêcher de répondre aux questions accusatrices de son animateur vedette.

Cliquez sur ce lien et vous constaterez, sans même comprendre l’anglais, l’arrogance du journaliste : 

http://www.youtube.com/watch?v=09FG...

Cet acharnement est une nouvelle fois caractéristique de l’enjeu que représente le combat pour la libération de Mumia et d’une autre politique de justice aux États-Unis. Raison de plus pour faire de l’anniversaire de Mumia (60 ans le 24 avril prochain) un évènement incontournable et mettre le gouvernement Obama devant ses responsabilités.

La peine de mort aux États-Unis

Selon le rapport annuel (2013) du Death Penalty Information Center, le nombre de peines de mort prononcées aux États-Unis reste proche des niveaux les plus bas, un nouvel État a aboli la peine capitale et son soutien dans l’opinion est au plus bas depuis 40 ans. Pour en savoir plus :http://www.worldcoalition.org/fr/us...

Interview de Mumia à France-Antilles Martinique

En ce début d’année 2014, la rédaction de France-Antilles Martinique a eu le privilège de pouvoir s’entretenir avec Mumia Abu-Jamal. Une contribution à la campagne internationale "Bring Mumia Home" en faveur de son "retour à la maison". Cliquez sur ce lien pour prendre connaissance de cette interview :http://www.guadeloupe.franceantille...

JPEG - 100.3 ko

Le poète rend hommage à Mumia

La mort très récente de Jean Métellus, neurolinguiste et poète, donne l’occasion de revenir sur l’engagement de ce combattant sans relâche pour l’émancipation humaine. Exilé mais amoureux d’Haïti, il est l’auteur d’une trentaine de livres. Il a notamment écrit une ode à Mumia Abu-Jamal que le magazine l’Humanité Dimanche a reproduit dans son édition de cette semaine. Nous vous invitons à lire ou à relire ce poème :

Guerrier souverain éperonné par les passions
Marqué par la tourmente et la tragédie
Mumia l’homme qui donne la parole aux sans-voix
Subit dans son coeur et sa chair les effets de l’arrogance des Blancs
Inscrit dans la lignée des grands nègres marrons
De ces grands Haïtiens valeureux
De Mackandal et de Romaine la Prophétesse
De Biassou et de Jean-François
De Boukman et de Boisrond Tonnerre
De Toussaint Louverture et de Dessalines
Il dénonce cette civilisation du lucre et de l’argent
Qui fourvoie les esprits et les corps
Malgré le cauchemar carcéral Mumia reste lucide
Donnant raison à Henry David Thoreau
Pour qui sous un gouvernement capable d’emprisonner injustement
La vraie place pour un juste est aussi une prison
Oh ! Le silence parcouru de frémissements figés sur ses lèvres serrées
En dépit du règlement
Mumia avait écrit des reportages sur la vie des prisonniers
« Nombreux sont ceux parmi nous qui ne manqueront pas d’être pris à la toile de ce livre »
Nous ne pourrons plus dire que nous ne savions pas
Depuis le couloir de la mort
Ce journaliste engagé crie son innocence
Porte-parole des démunis
Il dénonce le viol des droits civiques
Chassé de toutes les stations de radio et de télé
Acculé à devenir chauffeur de taxi
Il veut défendre son frère, chauffeur de taxi comme lui
Aux prises avec la police
Grièvement blessé lors de cette échauffourée
Au sortir du coma
Il est arrêté pour homicide sur un policier
Par un juge qui ne lui pardonne pas d’être encore en vie
Mais Mumia usant de son droit d’écrire et d’étudier en prison
Tient à se représenter lui-même à son propre procès
Revendique son statut de prisonnier politique
Porteur dès 1972 du béret des Black Panthers
Barré de la mention lapidaire : mort
Il doit être condamné à mort
Ce n’est pas un prisonnier politique
Mais un homme à liquider
Voilà ce que déclarent sous serment
Des témoins grassement soudoyés
Qui reviennent sur leurs déclarations quelques années plus tard
À Philadelphie dans le couloir de la mort on compte neuf
Noirs pour un Blanc
Il clame son refus d’une mort injuste
Proteste contre le déni de droit qui frappe tous les nègres
Il veut exorciser le temps du KKK
Ce temps où des nègres aux corps mutilés
Pendus sans procès ou traînés par des voitures bourrées de sudistes blancs
Pourrissaient dans les miasmes et dans l’indifférence
Dans toutes ces villes au cœur surgelé
Aux artères et aux veines exsangues
Il faut faire lire le témoignage de Mumia
Sur ces corridors étincelants
Sur ces carrelages brillants
Sur ces murs blanc cassé
Sur ces chaînes, ces fenêtres et ces rampes bleu acier
Sur ces effluves de cire, de détergents fleuris Et de parfums artificiels
Qui conduisent à la mort instrumentalisée, médicalisée
Toutes ces dalles aseptisées
Décorées comme des catacombes
Plantent un décor factice et lugubre
Pour faire oublier l’homme dans sa chaleur et son intégrité
Poussons donc le grand cri nègre des marrons d’Haïti
La liberté ou la mort (...)
Le collectif français "Libérons Mumia",

qui rassemble une centaine d’organisations et de collectivités publiques

Tag(s) : #Internationalisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :