Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INFO REPRISE SUR
LE BLOG DE DIABLO

MUNICIPALES 2014 - second tour -

VILLEJUIF( Val-de-Marne):

La droite et le FN ne passeront pas !

cordillot-villejuif.jpg

info-leparisien

A VILLEJUIF, bloc « gauche-droite » contre la maire communiste. C'est un accord inédit qui a été conclu lundi 24 mars 2014. Pour faire tomber Claudine Cordillot, maire PCF de Villejuif (Val-de-Marne), UMP, UDI, dissident socialiste et écologistes, se rassemblent pour le second tour. Les quatre candidats de cette liste bleue-rose-verte dénommée«entente citoyenne pour un renouveau à Villejuif» ont totalisé au premier tour54,03% des suffrages.

 

Lundi après-midi, le bureau exécutif d'Europe écologie-Les Verts, opposé à tout accord avec l'UMP, a suspendu la candidate écolo Natalie Gandais ainsi que ses colistiers, dont Alain Lipietz, ex-député européen.

*****

Déclaration de Jeanine Rollin-Coutant !

Je me suis engagée auprès de Philippe Vidal pour faire entendre à la majorité sortante mes attentes en matière d’urbanisme, de sécurité publique et de propreté. 
Cependant, je ne peux cautionner l’alliance contre nature entre des personnalités se réclamant de la gauche et des écologistes avec les représentants locaux de l’UMP et de l’UDI.
C’est pourquoi j’ai décidé, fidèle à mes idées et à mes valeurs, de voter et d’appeler à voter pour la liste de gauche présente au deuxième tour de l’élection municipale, conduite par Claudine Cordillot.

Jeanine Rollin-Coutant
Ancienne tête de liste Les Verts-Villejuif Autrement en 2008
Co-listière de Philippe Vidal
Gauche citoyenne

*****

 

Soutien d’EELV à la liste de Claudine Cordillot

Villejuif doit se mobiliser pour battre le candidat de la droite, c’est pourquoi j’apporte le soutien d’Europe Ecologie – Les Verts à la liste conduite par Claudine Cordillot.


Et j’appelle tous les villejuifois attachés à l’écologie à voter massivement en sa faveur dimanche prochain.

Le 25 mars 2014
Emmanuelle Cosse
Secrétaire nationale d’Europe Écologie Les Verts

 

*****

Depuis le début de la campagne des municipales je m’étais tenu à l’écart des engagements du groupe EELV de Villejuif tant il m’était apparu que certaines des positions qu’il défendait s’avéraient être loin de ma vision de l’écologie politique.

Dans un souci électoraliste, Natalie Gandais et Alain Lipietz se sont peu à peu mis à la remorque de toutes les protestations générées par les mutations – certes parfois brutales – de la ville. Petit à petit ils en sont venus à s’opposer à la densification urbaine alors que celle-ci, si elle est bien menée, est autant un moyen de lutter contre la crise du logement que de limiter la production de gaz à effet de serre. Ils ont cherché des arguments improbables pour coller aux revendications de certains habitants pour s’opposer à la construction de la mosquée sur la N7. Ils ont freiné des quatre fers le projet Campus Grand Parc. Comble pour des écologistes, ils ont pu sembler voir dans les projets de constructions de nouvelles lignes de métro d’avantage une source de nuisance pour les riverains du chantier qu’une avancée majeure dans la lutte contre le « tout-voiture » en Île-de-France.

Tout doucement l’écologie que défendent Gandais et Lipietz est devenue une écologie des riches qui s’inquiètent de voir leur petit coin de verdure et de tranquillité grignoté par de nouveaux arrivants. À cet égard leur opposition farouche à l’objectif des 40% de logements sociaux affiché par la liste d’union de la gauche est significatif. Cette vision étriquée d’une écologie pavillonnaire est à la fois socialement injuste et globalement inefficace.

Il est donc plus triste qu’étonnant que, sur la base de ces convergences et d’une hystérie anticommuniste, les responsables de la liste « L’avenir à Villejuif » aient choisi, après avoir refusé
depuis des mois toute discussion avec la gauche, de s’allier avec la droite. Faut-il le rappeler une fois de plus, l’écologie, qui défend la solidarité des hommes et des femmes entre eux et avec leur
environnement n’est pas compatible avec la droite, le libéralisme sauvage et individualiste.

Précisons au passage que ni l’UMP de Villejuif, ni Jean-François Harel n’ont montré par le passé, sans leur déclaration ou leurs actes, un quelconque intérêt pour l’écologie.

Le bilan de la municipalité sortante est loin d’être irréprochable. Mais il n’est pas à ce point scandaleux qu’il justifie de se ranger derrière l’UMP. Il est consternant de voir comment la détestation de l’équipe en place et l’ambition personnelle peuvent tenir lieu de boussole politique à des gens qui pourtant ne sont pas des novices en la matière. La fusion de ces quatre liste n’a rien d’un sursaut citoyen et ressemble plutôt à un petit arrangement entre amis.

Dès lors, Natalie Gandais et Alain Lipietz ne laissent pas d’autres choix aux écologistes de Villejuif que de voter pour la seule liste qui rende possible la démocratie, l’écologie et la solidarité, celle que conduit Claudine Cordillot.

François Labat
Ancien président du groupe « Les Verts-Villejuif Autrement » au Conseil municipal de Villejuif
Ancien candidat EELV / PS aux élections cantonales de 2011
Ancien secrétaire Départemental EELV 94

*****

Lettre de Dominique Guibert

J'ai été pendant un certain nombre d'années président de l'association « Villejuif Autrement ». A ce titre j'étais sur la liste des candidats à trois élections municipales précédentes sur les listes du même nom. 

Au lendemain des résultats du 23 mars, je me sens obligé de sortir d'un devoir de réserve que je m'étais donné, compte tenu d'une part de mes autres engagements et de l'autre parce que je juge ne pas avoir la légitimité suffisante pour intervenir publiquement dans la politique de la ville. 


Mais je viens d'apprendre que les listes Gandais, Vidal, Le Bohellec et Harel avaient décidé de fusionner pour le suffrage de dimanche prochain. Je veux exprimer publiquement mon total refus d'une pratique que je juge en dehors des principes politiques qui sont les miens. J'ai décidé non seulement de ne pas voter pour cette liste qui n'est qu'un assemblage composite mais aussi de dire que j'apporte ma voix à la liste conduite par Claudine Cordillot compte-tenu de la configuration dangereuse dans laquelle la fusion des quatre met la ville de Villejuif. 

Voici les quatre raisons qui m'ont amené à prendre cette décision.

 

- La fusion de quatre listes aussi différentes ne peut se conclure qu'en mettant de côté tous les principes politiques qui ont pu amener les uns et les autres à s'engager d'un côté ou d'un autre. On peut faire de la politique sans principe, mais ce n'est pas de la bonne.

 

- L'idée que la ville de Villejuif pourrait être dirigée par un maire UMP alors que la liste qu'il dirige serait « citoyenne » m'apparaît comme une utilisation frauduleuse du langage, et comme le masque de l'absence de toute cohérence réelle de programmes et de stratégies.

 

L'alliance réalisée n'a qu'un seul ciment : l'opposition à l'équipe sortante ; et un seul moteur, l'anti-communisme. Il s'agit bien d'avoir la peau du PCF. Cette réduction de la politique à ce seul objectif n'est en rien responsable puisqu'elle a fait passer ses promoteurs du compromis à la compromission.

 

- S'il était parfaitement démocratique d'interpeller la municipalité sortante sur sa gestion, sur sa politique, sur ses orientations en toute matière, s'il était justifié de la critiquer comme je l'ai souvent fait dans quelques tribunes, c'est une toute autre affaire de considérer qu'elle est le seul ennemi à abattre.

Le 26 mars 2014

en-avant-villejuif1.jpg

en-avant-villejuif2.jpg

cliquez pour agrandir

*****

Communiqué du bureau d'ATTAC

Chère Amie, Cher Ami d’ATTAC,

 

Notre Association n’a en aucun cas vocation à soutenir un parti politique ; nous savons tous combien il nous en couterait car notre diversité est notre richesse, notre raison d’être. A maints égards, l’expérience du referendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen, où nous nous engageâmes en faveur du NON fut pour nous un traumatisme, essentiellement parce que la ligne de fracture entre les partisans du OUI et du NON traversait plusieurs organisations et partis de la gauche. Les lézardes furent longues et douloureuses à cicatriser. Depuis, ATTAC a pris coutume de garder le silence lors des élections institutionnelles et de prendre distance avec le débat partisan, sans pour autant renoncer au débat et au combat politique au sens large du terme.

 

Cependant, notre Groupe Local ne saurait demeurer silencieux face à l’épreuve qu’affronte notre ville, Villejuif, dans l’actuel scrutin municipal.

En effet, pour la première fois dans son histoire politique contemporaine, Villejuif, la belle, la rebelle, notre chère ville à laquelle nous sommes tant attachés et au sein de laquelle nombre d’entre nous avons grandi, peut basculer à droite. La liste de gauche rassemblée « En avant Villejuif, l’Humain au cœur » conduite par Mme Cordillot est fortement menacée par une coalition composée de deux listes de droite, à savoir l’UMP et l’UDI, mais aussi de deux se proclamant de gauche (EELV et DVG) ; toutes quatre proposent un contenu similaire, reposant essentiellement sur la diminution du parc de logement social, et la baisse des impôts.

La Direction nationale d’EELV et des militants historiques de cette organisation ont publiquement dénoncé cet accord et suspendu leurs instigateurs, aussi peut-on dire qu’EELV, à titre officiel, soutient aujourd’hui la liste de gauche : PCF, PS, MRC, PG et donc EELV. Quant à la liste DVG, elle a revendiqué avec fierté au premier tour n’être affiliée à aucun parti, mais n’a pas hésité à se rallier à l’UMP, ce qui est finalement logique considérant la très grande proximité de leurs programmes respectifs. 

 

Dans ces conditions, le second tour de l’élection municipale consistera en un match droite / gauche. A l’heure où le Grand Paris naissant risque de provoquer une inflation des prix de l’immobilier sans précédent sur nos territoires, et en corollaire de poser des défis sociologiques d’envergure aux collectivités de la couronne soucieuses de la mixité sociale –dont Villejuif fait évidemment partie– l’enjeu est crucial ! Il rejoint totalement les préoccupations de notre Association ATTAC, où les thèmes du logement social, de l’impôt local, de la métropolisation et de la main-mise de la finance sur nos vies occupent une bonne place dans nos réunions, site web et autres blogs.

 

Par ailleurs, faut-il rappeler que Villejuif est « ville d’ATTAC » depuis 1999 ? Adhérente à notre association en qualité de personne morale, Villejuif nous accompagne dans nombre de nos initiatives. Combien de fois avons-nous résisté ensemble, contre les accords de l’AGCS, la directive Bolkestein, animé le débat sur l’eau, milité pour les sans-papiers, pour la commémoration des crimes du 17 octobre 1961,… ? En cas de victoire de l’UMP, cela sera-t-il encore possible ?

Voilà pourquoi, Chers Amis, finalement, le Groupe Local ATTAC Villejuif considère avoir son mot à dire dans cette élection où les choses sont de facto clarifiées. Elle apporte par conséquent son total soutien à la liste « En avant Villejuif, l’Humain au cœur » conduite par Mme Cordillot, et appelle à se mobiliser sans réserves contre la liste conduite par l’UMP et M. Le Bohellec.

Fraternellement, le Bureau 

Tag(s) : #Politique française
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :