Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

École morte, hier à Wazemmes, contre la carte scolaire :

« Plus de 25 élèves par classe, ça va être impossible »

 

  Les écoles Ampère-Boucher de Perthes et André craignent deux fermetures en septembre prochain.

Les parents d'élèves des écoles Ampère-Boucher de Pertheset André, à Wazemmes,ont organisé, hier, une journée « école morte ». Ils exprimaient une inquiétude : celle de voir deux classes fermer en septembre prochain.

 

 

 

PAR STÉPHANIE FASQUELLE

lille@lavoixdunord.fr

 

Hier matin, tous les écoliers ont repris le chemin de la classe.

Tous ?

Pas ceux de l'école élémentaire Ampère-Boucher de Perthes et de la maternelle André.

À l'appel des parents d'élèves, dès la veille des vacances, il avait été décidé que cette rentrée des classes serait à Wazemmes une journée « école morte ». Hier matin, de nombreux parents ont joué le jeu... les enseignants aussi. Aucune classe n'a été ouverte, ni en élémentaire ni en maternelle. Une quinzaine d'enfants sont restés dans la cour toute la journée, avec un groupe de mamans, derrière les grilles couvertes d'une banderole...

"On risque de voir fermer deux classes en septembre", explique Christelle Salperwyck, représentante des parents d'élèves. D'après ce que l'on sait par les conseils de classes et de parents, il faudrait 207 élèves pour ne pas fermer, mais on en a pour l'instant que 201."

 

Côté maternelle, « c'est la même équation », avec un effectif prévisible de 180 élèves.

« On ne comprend pas pourquoi, poursuit Alexandra Ghalmi, une autre maman. Dans ce quartier, il y a trois immeubles en construction, on sait qu'il y a un potentiel de nouveaux élèves. » Les parents en colère ne veulent pas que leurs enfants soient victimes de la règle à calcul de l'inspection académique. « Nous sommes classés RAR (Réseau ambition réussite). À plus de 25 élèves par classe, ça va être impossible. »

Une maman mentionne les troubles psychologiques et orthographiques de son enfant :

« On a pu les détecter tôt, grâce aux enseignants, mais aussi grâce à des classes pas trop surchargées. » Une autre : « Ma fille est en CM1 et malgré sa dysphasie, elle grimpe ! ». Une autre : « La mienne est au collège avec 15 de moyenne, le tableau d'honneur. Je suis fière de dire qu'elle vient d'ici. »

À l'heure où les tests d'évaluation des CM2 n'ont jamais été aussi bons dans cette école, les parents s'interrogent.

La visite, hier, de M. Lagache, inspecteur de l'Éducation nationale, ne les a pas rassurés. Des mères en colère d'un côté, un homme sans réponses de l'autre. L'échange était tout sauf cordial. « Comment pouvez-vous dire que je ne fais rien pour l'école ? C'est ici que je mets le plus de moyens, pour elle que je me bats le plus..., s'est-il défendu. Croyez-moi, rien n'est décidé. On fait en sorte de fermer le moins de classes possible quand on est en RAR, mais si on tombe à 18 élèves par classe, ça va devenir difficile... »

La commission paritaire se réunira le 28 mars pour en décider.

Après cette date, les mamans promettent de bloquer à nouveau l'école si la menace de fermeture n'est pas levée. •

 

Tag(s) : #Education nationale
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :