Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Portugal : aujourd'hui, le peuple déferle dans les rues, rassemblé derrière la phrase :
« C’est le peuple qui commande », extraite de la chanson « Grandola », hymne de la Révolution des œillets 
Une manifestation de la CGTP le 16 février 2013 à Lisbonne.
A Lisbonne  plus de 800.000 personnes 
Par RFI

 

Des manifestations sont organisées à Lisbonne et dans le reste du Portugal, ce samedi 2 mars, à l’appel d’un mouvement de la société civile, contre l’austérité et la politique du gouvernement. Alors que les effets de cette politique se font attendre, la contestation grandit dans le pays.

Avec notre correspondante à Lisbonne, Marie-Line Darcy

Le mouvement « Que la troïka aille se faire voir (QSLT) » a organisé ce samedi des manifestations de masse qui ont rassemblé  plus de 800.000 personnes rien qu'à Lisbonne, et aussi dans 40 autres villes du pays.

Si les organisateurs se sont servis des réseaux sociaux pour mobiliser, ils refusent de se prononcer sur le niveau d’adhésion. En revanche des secteurs professionnels et la CGTP la grande centrale syndicale qui était dans les rues il y a 15 jours ont décidé de se joindre au défilé.

« C'est le peuple qui commande »

 Les organisateurs de la QSLT n’ont pas l’intention d’imposer de mots d’ordre, mais veulent rassembler derrière la phrase : « C’est le peuple qui commande », extraite de la chanson « Grandola », hymne de la Révolution des œillets en 1974.

 "Grandola" est remise au goût du jour comme symbole d’une contestation grandissante, prenant la forme d’interventions ponctuelles et de désobéissance civile. Grandola devrait retentir ce samedi soir en fin de cortège pour dire « non » à l’austérité, et « non » aux politiques de redressement de l’économie imposée par la troïka de l’aide internationale.

"Seul le peuple ordonne

 
 Des citoyens chantent Grândola, villa morena
 au parlement,
  
Version imprimable
 
 
25avril.gif
 

En 1974, c'est une chanson de J. Afonso qui donna le signal de la Révolution des oeillets au Portugal. Une révolution qui, sans verser le sang, mit fin à une dictature de soixante ans. Une chanson, des oeillets, une révolution pacifique: drôle de pays.

GRANDOLA ville brune
 

                                       Terre de la fraternité
                                            Le peuple est celui qui commande le plus
                                            A l'intérieur de toi ville
                                            A l'intérieur de toi ville
                                            Le peuple est celui qui commande le plus
                                            Terre de la fraternité
                                            GRANDOLA ville brune
                                            Dans chaque coin un ami
                                            Dans chaque visage un ami aussi
                                            GRANDOLA ville brune
                                            Terre de la fraternité
                                            Terre de la fraternité
                                            GRANDOLA ville brune
                                            Dans chaque visage un ami aussi
                                            Le peuple est celui qui commande le plus
                                            A l'ombre d'un chêne
                                            Dont je ne savais pas l'âge
                                            
Je t'ai juré comme compagne
                                            GRANDOLA à  ta volonté
                                            GRANDOLA à ta volonté

                                            Je t'ai juré comme compagne
                                            A l'ombre d'un chêne

                                            Dont je ne savais pas l'âge.  

Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :