Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LE DEBAT OUVERT 
par
canempechepasnicolas
SE POURSUIT :
nous donnons la parole à
Regroupement Communiste
 

Bulletin de l'Association des Amis du Manifeste
BP 60005 / 17101 Saintes cédex 
email :
communiste17@free.fr 

Mercredi 7 octobre 2009


Notre bulletin « RCns » centre, depuis quelques mois, ses articles sur les questions du travail dans le système capitaliste. Paradoxalement, la plupart des organisations se réclamant du communisme, éludent ces questions. Ce qui est un comble pour des communistes dont le combat principal est justement d’appuyer les luttes ouvrières pour changer le travail et les rapports sociaux qui en découlent.

Mais cela s’explique par la domination idéologique très forte de la bourgeoisie qui, dans nos pays avancés, mène tout droit au consensus et à la collaboration de classe.

L’AAM s’appuie sur les découvertes et les analyses de Marx et d’Engels qui ont mis au jour les mécanismes de l’exploitation.


Notre association n’est véritablement révolutionnaire que si elle devient une œuvre commune, le fruit de la réflexion de ses adhérents.

Ce sont eux seuls qui portent la responsabilité d’y développer les idées communistes.

La nécessité du combat de classe, surtout en période de crise, pousse à l’analyse, à la compréhension de ce qui doit être modifié dans le travail (il serait prématuré d’élaborer un programme communiste alors que le prolétariat ne s’est pas encore constitué en force politique opposée à la bourgeoisie).

Le document qui vient d'être publié et qui constitue une synthèse de l’enquête menée auprès des adhérents, permet d’y voir plus clair au cours de cette crise que nous traversons.

Ce qu’elle développe sous la forme du chômage, de la misère, des conflits, des krachs, des famines et maintenant des pandémies, est aussi pour le prolétariat, un formidable potentiel de libération, à condition qu’il parvienne à renverser la situation : moins de travail et non pas plus.


Ce formidable potentiel n’a jamais existé dans les révolutions précédentes (Russie, Chine), qui ont eu à se consacrer aux tâches de «
 produire du pain », dans des sociétés qui n’avaient pas atteint un niveau de développement historique suffisant pour se libérer des journées de travail de 8h à 10 h par jour dans des conditions archaïques et aliénantes.

Lénine disait que les révolutions étaient plus faciles dans les pays arriérés (parce que les masses plus révoltées, moins dominées) mais la construction du socialisme beaucoup plus difficile qu’elle ne le serait dans les pays développés (parce que « l’abondance » n’y existe pas, qui est une base nécessaire pour libérer l’homme).

En fait, plus le capitalisme est avancé, plus le prolétariat est aliéné, dépossédé, dominé car plus l’écart est grand entre lui et le pôle des « puissances intellectuelles ».

Plus la révolution est dans un certain sens difficile, mais aussi plus le potentiel de libération est immense, du fait du temps libre dont il pourra s’emparer pour transformer rapidement la société.
Lutter pour travailler moins, tous et autrement, c’est avoir conscience de cet immense potentiel et que ce que l’on peut construire est à la mesure des efforts pour y parvenir.

Par
Association des Amis du Manifeste
-

Publié dans :
Regroupement Communiste

Tag(s) : #Politique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :