Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PRIME A LA CASSE :

 

 

NICOLAS SARKOZY VA-T-IL TOUCHER LE GROS LOT ?

 

 

par Jean LEVY

 

Le président de la République ne l’a pas caché : son objectif est de casser.

Il l’a encore confirmé lors de ses vœux aux Français.

C’est ce qu’il nomme « réformer ».

 

Au-delà des autos qui pouvaient encore rouler, c’est l’école, l’hôpital, la poste, qui sont aujourd’hui en premier, visés.

Et d’annoncer que, désormais, l’Etat va payer les « casseurs » au volume des destructions programmées. Ainsi, les recteurs d’académie vont toucher des primes au nombre de postes d’enseignants supprimés. De même, dans la santé, les fonctionnaires d’autorité seront d’autant plus choyés qu’ils auront fermé le plus grand nombre d’hôpitaux de proximité.

Monsieur Bailly, le PDG de la Poste va pouvoir se régaler avec la suppression des bureaux de bourgs et de quartiers.

 

Casser, saccager, vendre au privé jusqu’aux Universités, les trains et le courrier, c’est l’objectif de l’hôte de l’Elysée. Le Code du Travail  transformé en nouveau Code Noir de l’esclavage social : le Maître, à l’atelier ou au bureau, c’est le patron. Telles sont les prophéties de Nicolas Sarkozy

Les citoyens doivent, pour lui, se faire une raison : manants ou vilains, ils retourneront à leurs anciennes conditions

 

Et, en 2011, la cadence va s’accélérer, la casse va se généraliser.

C’est la République, c’est la Nation, c’est la France, dans leur souveraineté, qui sont promis à la démolition. Tous les acquis populaires, qu’ils soient sociaux ou politiques, gagnés par les luttes depuis la grande Révolution jusqu’aux avancées sociales de la Résistance, sont dans le collimateur du CAC 40, des agioteurs de la Bourseet des marchés. C’est Denis Kessler qui en a donné l’Assurance : « Le CNR et son programme, c’est terminé ». Et Nicolas Sarkozy d’appliquer à la lettre ce vœu patronal réitéré.

Au soir de 31 décembre, le président nous l’a confirmé : la Francedoit devenir une simple province de l’Europe, davantage intégrée. Notre budget sera d’abord adoubé à Bruxelles, avant d’être présenté à nos députés. Adieu, notre souveraineté !

 

Telles sont les « joyeusetés » promises à l’aube de la nouvelle année !

Mais les vœux du Président peuvent et doivent être contrecarrés.

Louis XVI aussi croyait à l’éternité.

Mais un jour,le 14 juillet,le peuple a pris la Bastille.

Et le trône a été renversé.

Les manants et les vilains, avec leurs piques, sont devenus citoyens.

Et ils ont triomphé à Valmy de l’Europe des rois, coalisée.

 

Que cette période redevienne d’actualité, c’est le vœu le plus cher

que prononce

« canempechepasnicolas »,

en souhaitant à tous ses lecteurs qu’à nouveau « le bonheur soit une idée neuve en Europe, et à ses peuples enfin libérés ».