Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


DEMANDEZ LE PROGRAMME !

 

A la gare des bus, au château de Vincennes, on me distribue un papier.

Publicité ? Propagande ?

C’est en effet une brochure de huit pages couleurs éditée par le Front de Gauche (Ile-de-France), en vue des élections régionales de mars.

 

En ces temps de luttes sociales qui se développent contre la dictature des marchés européens,  - appelés pompeusement « Union européenne » - et la misère qui s’ensuit, on s’attendrait de la part de « la bonne gauche » (c’est l’expression employée en première page),à une mise en cause radicale de cette Europe Business.

Celle-ci, par le truchement des politiciens à son service – de droite comme de « gauche » - est en effet responsable du chômage de masse, de la destruction de tous les acquis sociaux (fruits des combats ouvriers), de la vie chère liée à l’Euro, de la mise en cause de la Nation et des conquêtes démocratiques, issues de la Révolution française…

 

Que nenni !

Pas un mot sur « l’Europe », pas la moindre allusion aux responsables de Bruxelles et de la Commission, rien sur les grèves des travailleurs de Grèce et d’Espagne, rien sur celles des salariés d’Ikéa et des raffineries, des aiguilleurs du ciel et des transports corses ou des Contis.

Un seul mot d’ordre : « Battre la droite » et « le gouvernement de Nicolas Sarkozy ».

 

Pour mettre qui à la place ?

Un « Papandréou » français, comme en Grèce ?

Car, au second tour, l’objectif, c’est bien la fusion entre les listes du Front de Gauche et celles du PS de Jean-Paul Huchon (qui se sent « plus européen que français »),  et des Verts, confits, également, dans une bigoterie européenne.

 

On reste confondu par le vide des formules employées par les rédacteurs du tract du Front de Gauche : « Promouvoir une citoyenneté active », débouchant sur « 4 principes de financement de nos proposition » :

« 1 Agir pour que l’Etat prenne toutes ses responsabilités vis-à-vis des collectivités territoriales….2 Exiger des entreprises qu’elles contribuent au développement des territoires et aux besoins des populations (…) par une fiscalité locale rénovée, plus distributive…3 Réorienter les financements pour les mettre au service d’un nouveau mode de développement… ».

Dans cet esprit, on pourrait proposer un point 4, ainsi conçu :

« Faire en sorte que le capitalisme prenne un visage humain, distribue ses dividendes aux pauvres, offre un emploi à chaque chômeur et, tel Louis XVI, se coiffe du bonnet rouge … ».

 

Le Front de Gauche – et les dirigeants du PCF – semblent (ou veulent), ignorer la nature réelle du Capital, aujourd’hui mondialisé, son rôle déterminant dans la création de l’Union européenne. Car enfin, cet ensemble a été créé pour lui permettre de réaliser d’immenses profits, rapides et à court terme, dans une économie maffieuse, où tous les coups sont permis contre les peuples, contre les salariés.

 

Faire croire qu’il est possible, dans ce cadre – l’UE – de construire une société juste, où pourraient être satisfaites les revendications populaires, par un simple « changement de majorité », c’est tromper les citoyens, c’est les engager sur une voie de garage, les conduire à regarder, passivement, passer le train de luxe de la Banque et de la Grande Industrie, en attendant la prochaine échéance électorale.

 

On savait que le PCF (et le Front de Gauche), avaient déserté le champ de la lutte de classe, celui de la défense de la souveraineté populaire et de l’indépendance nationale.

Mais à ce point là !!!

C’est à croire, à lire la propagande « communiste » (?), que les plus avertis avaient encore des illusions…

Jean LEVY

Tag(s) : #Politique
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :