Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 



R
épublique!
Lettre périodique d'information

N° 65
18 d�cembre 2012
R!
 
 Sommaire
Éditorial R !>>  
� On n�y peut rien �  

Un mot dans l'air du temps R !>> 

Gouvernance
 parChristian BERTHIER

L'événement R !>>

Les d�fis de la Loi de 1905 : de la m�moire au discernement
 parCharles COUTEL


Chronique de l'antirépublique R !>> 

La m�lancolie partidaire
 parAndr� BELLON

Brèves R !>> 
 

Actualit�s de l'Association pour une Constituante

Note de lecture R !>>  
 

L'insurrection


 
 Ce qu'est le groupe «République!» R !>>


Le
 Site!
 de
 « République»

 R !>>  

 Tous les numéros de la Lettre depuis sa création,
 des documents, des références
 et la possibilité de réagir aux articles que nous  publions.
   
 
Éditorial

 � On n�y peut rien �


 S
�il nous fallait synth�tiser en une phrase ce qui se passe en France depuis vingt ans au moins, c�est malheureusement cette phrase qu�il faudrait choisir. On ne peut rien face aux changements qui se font jour dans le Monde, on ne peut rien face � la mont�e des extr�mismes et des porteurs de haine, on ne peut rien face aux crises �conomiques aigues et aux d�sastres sociaux qui en sont la cons�quence (Voir article de Christian Berthier).. La mont�e du ch�mage, la r�gression du pouvoir d�achat, la criminalit� qui s�aggrave, tous ces ph�nom�nes nous laissent impuissants comme nous sommes incapables de lutter contre la chaleur, la pluie et le vent. Tout se passe comme si nos �lites et surtout nos �lus �taient devenus m�t�orologues, � une petite nuance pr�s, ils ne savent pr�voir ni l��conomie ni l��tat des m�urs qu�il fera demain. 

Et bien si, on peut. Il faut m�me pouvoir, sinon, passez nous le jeu de mots, le Pouvoir n�a plus aucun sens. La vie politique n�est plus organis�e en fonction de la conqu�te du pouvoir, elle est d�sormais organis�e autour de la conqu�te de l�impuissance. 

Que des temp�raments diff�rents se manifestent � l��gard de cette revendication d�impuissance ne change pas grand chose. Que celui-ci r�agisse par des moulinets et celui l� par des paroles qui se veulent apaisantes n�a qu�une importance secondaire. Que celui-ci croit trouver son salut dans des provocations r�actionnaires parfois aux limites de la x�nophobie est sans doute grave. Nous le lui avons heureusement dit, et encore du bout des l�vres. C�est bien. Ce n�est pas assez. C�est la R�publique m�me qui est en d�sh�rence (Voir article de Charles Coutel). 

Il est frappant de constater que les esprits qui cherchent � proposer soient aujourd�hui contraints de se r�fugier dans des formations politiques �trang�res au syst�me ou des clubs qui ne participent pas aux consultations �lectorales. Ce ne sont pas les partis dominants ou les partis extr�mistes officiels qui produiront les id�es n�cessaires, tant ils sont convaincus que de telles id�es n�existent plus, et que le d�luge est venu. Ils se contentent, dans le meilleur de cas, de dire de qui est la faute originelle quant ils ne soutiennent pas que le p�ch� appartient � tous les autres.(Voir article d�Andr� Bellon). 

Nous essayons de faire partie de ceux qui cherchent encore parce qu�ils croient en la R�publique donc � l�action. Nous essayons de faire partie de ceux qui ne croient pas qu�il soit suffisant de s�indigner. Vous pouvez le constater dans ce num�ro de notre lettre comme dans les pr�c�dents, comme dans les suivants si le syst�me nous pr�te vie.

Tag(s) : #Pages d"écriture
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :