Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Revenus record à Wall Street

pour les fonds spéculatifs

 

C'est en pariant sur les banques en pleine tempête financière et sur la dette de l'assureur AIG que David Tepper, le gérant du fonds spéculatif Appaloosa Management, s'est haussé l'an passé à la tête du classement des plus hauts revenus de la finance, avec un gain de 4 milliards de dollars en 2009.

Il a battu le record de John Paulson en 2007 (3,7 milliards de dollars) et prouve que les ténors de cette industrie, qui brassent des milliards pour un petit nombre d'investisseurs ultra-sélectionnés dans un secteur de la finance dérégulé, ont trouvé de quoi surmonter les pertes occasionnées par la crise de 2008.

 

Le classement annuel du magazine « AR Absolute Return+Alpha », dévoilé hier par le « New York Times », indique que les 25 premiers managers de « hedge funds » ont gagné 25,3 milliards l'an passé, la plus faible rémunération ayant été de 350 millions de dollars. Le classement prend en compte la valeur de leur part dans le fonds et les émoluments reçus.

 

George Soros, le financier américain d'origine hongroise, s'octroie la deuxième place avec un gain de 3,3 milliards de dollars. Contrairement à David Tepper, dont le fonds avait perdu 27 % en 2008, le Soros Fund Management a très bien réussi en 2008 comme en 2009. Il n'est pas seul dans ce cas : James Simons (Renaissance Technologies) et John Paulson (Paulson & Co.) ont respectivement gagné 2,5 et 2,3 milliards de dollars en 2009, poursuivant sur leur trajectoire de l'année précédente.  

 

Les patrons les mieux payés font pâle figure

 

Le contraste reste saisissant si l'on sort du secteur de la finance. Selon une enquête du « Wall Street Journal » publiée hier, les patrons américains ont vu leur rémunération baisser pour la deuxième année d'affilée. La valeur médiane de la rémunération des PDG des 200 premières sociétés américaines a diminué de 0,9 %, à 6,95 millions de dollars. Plus que sur les salaires et les bonus, dont la valeur médiane est en hausse de 3,2 %, à 2,64 millions de dollars, les conseils d'administration ont été moins généreux sur l'octroi de stock-options : à 5 millions de dollars, ils ont enregistré une baisse médiane de 5 %.

Même les patrons les mieux payés font pâle figure à côté des cow-boys de la finance. Le premier de la liste, Ray Irani, d'Occidental Petroleum, a touché 52,2 millions de dollars en 2009. Il est suivi loin derrière par Bob Iger, chez Disney (20,8 millions de dollars), Sam Palmisano chez IBM (20,1 millions), William Weldon chez Johnson & Johnson (19,8 millions) et Jay Fishman chez Travelers (19,5 millions). Plus frappant encore, Jeff Immelt, le patron de General Electric, n'a pas eu de bonus pour la seconde année d'affilée et sa rémunération totale a diminué de 4,7 %, à 5,1 millions de dollars.

Il y a fort à parier que les rémunérations astronomiques des fonds spéculatifs vont encore renforcer la détermination des politiques à réguler le secteur, surtout après les attaques sur la dette grecque et l'euro. Aux Etats-Unis, le département de la Justice enquête sur une entente possible entre plusieurs fonds pour « shorter » l'euro et ce sont les stars du marché qui en sont la cible : Soros Fund Management, SAC Capital, Paulson & Co. et Greenlight Capital.

VIRGINIE ROBERT (À NEW YORK),

Les Echos

"Spéculez !Spéculez!

Il en sortira toujours quelque chose !

A propos, la crise ?

Quelle crise ?

"canempechepasnicolas"

 

 

 

Tag(s) : #Lutte de Classe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :