Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C'est Le Figaro qui vous fait l'article ...

«Robinson milliardaire ch. île déserte

 

Trinity island. A 1200 m de la côte, un havre de paix où poussent tranquillement abricotiers, figuiers et 350 oliviers, produisant une huile délicieusement parfumée.
Trinity island. A 1200 m de la côte, un havre de paix où poussent tranquillement abricotiers, figuiers et 350 oliviers, produisant une huile délicieusement parfumée.

 

Exotiques, méditerranéennes ou bretonnes, luxueuses ou sauvages, les îles font rêver. Milliardaires en mal de fantaisie, stars et hommes d'affaires en quête de leurs rêves d'enfance se les arrachent à travers le monde, parfois à prix d'or comme l'île d'Arros, propriété de Liliane Bettencourt, estimée à 500 millions d'euros.

 

 

Bien sûr, il y a parfois des moustiques et des requins rôdant sournoisement dans les eaux turquoise qui bordent les rivages de sable blanc. Mais les îles, malgré ces petits tracas, ont souvent le goût du paradis. Ce n'est pas un hasard si, passé un certain niveau de fortune, nombre de milliardaires en quête de fantaisie trompent leur ennui en s'aventurant sur l'un de ces petits bouts de terre posés sur la mer, tels d'innocents confettis. «Une île/Une île au large de l'amour (...)/Là-bas ne seraient point ces fous/Qui nous disent d'être sages », chantait Jacques Brel. Doux rêve ! Si l'île d'Arros, achetée en 1998 par Liliane Bettencourt pour un montant inconnu - elle est évaluée aux alentours de 500 millions d'euros - a récemment défrayé la chronique, elle compte d'innombrables petites sœurs dont les propriétaires partagent le rêve d'une vie de Robinson - version grand luxe, souvent - et un goût prononcé pour une certaine forme d'individualisme.

 

130.000 îles dans le monde

Motu Moute. Une île de rêve avec vue sur Bora Bora. Le bungalow polynésien, qui constitue l'habitation principale, ne compte qu'une seule chambre. Tranquilité garantie !
Motu Moute. Une île de rêve avec vue sur Bora Bora. Le bungalow polynésien, qui constitue l'habitation principale, ne compte qu'une seule chambre. Tranquilité garantie !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La planète compte environ 130 000 îles. Bon an mal an, une cinquantaine d'entre elles, privées, changent de main. Dont une trentaine sont vendues via une société basée à Hambourg, en Allemagne, Vladi Private Islands. Farhad Vladi, son fondateur, ne s'en cache pas : «Je suis le plus grand vendeur d'îles au monde ! » lâche-t-il, sans modestie. Depuis 1971, année où il a fait ses débuts dans le métier, il en a vendu plus de 2000 et a gagné suffisamment d'argent pour s'en offrir une à son goût, en Nouvelle-Zélande. Dans son catalogue, des îles dans les Caraïbes, l'océan Indien, le Pacifique... Parmi ses clients récents : Nicolas Cage, Diana Ross, Mariah Carey, David Copperfield...

 

Mais aussi des anonymes, richissimes hommes d'affaires venus des Etats-Unis (les plus gros acheteurs d'îles sont américains) d'Europe et, plus récemment, de pays en plein essor économique comme l'Inde ou la Russie. Il y a quelques années, c'est Farhad Vladi qui a vendu l'île d'Arros à la famille du shah d'Iran, les Pahlavi. «Je connais chaque arbre de cette île. C'est un endroit paradisiaque, une véritable dream island! » s'enthousiasme-t-il, avant de préciser prudemment que la revente de l'île aux époux Bettencourt s'est opérée sans son intervention...

Si les îles ont la cote, leur prix, en hausse de 10 à 15 % par an ces dernières années, varie selon la localisation. Les moins chères se dénichent au Brésil ou au Canada (à partir d'un demi-million d'euros). Les plus chères sont situées sans surprise dans la mer des Caraïbes, en Australie, en Nouvelle-Zélande, dans l'archipel des Seychelles, aux Fidji... «Dans les Caraïbes, les prix commencent à environ un million d'euros », explique Fahrad Vladi, qui propose par exemple, pour 917.000 euros, une île de 9 hectares dans les Bahamas, offrant la possibilité d'y construire la maison de ses rêves, avec vue sur l'infini turquoise.

 

Mais la cote des îles peut vite s'envoler : Cave Cay, toujours dans les Bahamas, est proposée à la vente à 110 millions de dollars ! Avec ses plages désertes, sa végétation luxuriante et sa piste d'atterrissage, cette île a tout pour séduire un richissime client désireux de jouer les bons sauvages ; ou pour permettre l'installation d'un luxueux complexe hôtelier. Plus raisonnable : le motu Moute, dans le lagon de Tahaa, en Polynésie française. Son prix : 1,33 million d'euros pour un petit bout de terre (0,7 hectare) avec vue sur Bora Bora, offrant de magnifiques plages de sable fin, des eaux cristallines, des palmiers à foison et un joli bungalow polynésien. Seul inconvénient : le très long voyage à faire pour quelques jours de dépaysement !

Lavrec est une des rares îles françaises actuellement en vente. Toute proche de Bréhat, entourée de nombreux îlots dont certains sont privés.
Lavrec est une des rares îles françaises actuellement en vente. Toute proche de Bréhat, entourée de nombreux îlots dont certains sont privés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Beaucoup plus proche de nous : la Grèce, à qui certains esprits chagrins (et germaniques) ont suggéré de vendre ses îles pour combler ses dettes. C'est déjà le cas, du moins pour certaines îles privées. L'île de Saint- Athanasios, dans le golfe de Corinthe (non loin de la ville d'Itea et du site de Delphes) est proposée en ce moment à 1,2 million d'euros. L'île de Trinity (5 hectares), à quarante minutes d'Athènes (près de l'ancienne cité de Eretria), est beaucoup plus chère : 18 millions d'euros. Autre endroit prisé, en Europe : la lagune vénitienne : une île y est actuellement en vente, Santa Cristina, pour 24 millions d'euros.

Et en France ?

Sur les 1260 îles privées situées au large des côtes françaises, quelques-unes recherchent actuellement leurs nouveaux propriétaires. «Les îles françaises sont des biens très rares. On ne recense généralement que trois ou quatre mutations par an », observe Christophe Martin, du cabinet Martin Sotheby's International Realty, à Dinard, qui a décroché un mandat pour vendre une île de 5 hectares dans les Côtes-d'Armor, l'île de Lavrec, dont la célèbre voisine n'est autre que l'île de Bréhat.

Même microclimat, mêmes essences rares, même végétation luxuriante... «Les vendeurs, un couple mi-breton mi-parisien, se sont fait plaisir il y a une trentaine d'années, en réalisant un rêve d'enfance. Ils doivent s'en séparer aujourd'hui, à regret. »

Le prix de cette île n'est pas communiqué par l'agence, mais il avoisinerait la valeur d'une très belle propriété sur le continent.

Seul bémol : la maison d'habitation nécessite d'importants travaux de rénovation.

La Bretagne est, certes, moins exotique que les Seychelles, mais elle recèle quelques perles rares. «Il y a deux ans, j'ai vendu en moins de trois semaines l'île de Gavrinis, dans le golfe du Morbihan, raconte Roselyne Bothorel, fondatrice de l'agence Demeures du Littoral, à Perros-Guirrec. L'enthousiasme de l'acquéreur, un producteur de cinéma français, Breton d'origine, a été immédiat. Il n'a fait qu'une seule visite et a passé un accord quelques jours plus tard avec les vendeurs. »

Paul Bénéat, fondateur de l'agence Bénéat-Chauvel, est confiant : les deux îles qu'il a à vendre en ce moment, Boëdic et Hent-Tenn, trouveront elles aussi rapidement preneur, à un prix qui se situe aux alentours de 2,750 millions d'euros pour chacune d'entre elles.

«Elles sont toutes les deux situées dans le golfe du Morbihan, qui appartient au club très sélect des plus belles baies du monde, au même titre que la baie de Rio, au Brésil, ou la baie d'Along, au Vietnam », rappelle-t-il. Le fait d'avoir deux îles en vente dans le golfe est rarissime. Habituellement, il ne s'en vend qu'une tous les dix ou quinze ans ! »

Et celles-ci disposent de vrais atouts. Hent-Tenn, entre l'île de la Jument et la presqu'île de Rhuys, figure, selon Paul Bénéat, «parmi les plus privilégiées des îles privées du golfe du Morbihan ». Elle s'étend sur 1,5 hectare et comprend une jolie maison de vacances, de splendides plages, une cale et un garage à bateau.

Plus proche du continent, Boëdic comprend pour sa part une maison de maître du XIXe siècle close d'un mur de pierres sur 1 hectare, une longère et deux dépendances. Ces habitations sont précieuses : les îles françaises sont tellement protégées qu'il est impensable d'y envisager toute nouvelle construction. Autre atout de Boëdic : sa chapelle, au nord de l'île, et deux belles plages au sud, face à l'île d'Arz. Seul inconvénient : quelques travaux seront nécessaires pour rénover les différentes habitations, et ils seront de 30 à 40 % plus coûteux que sur le continent, les artisans devant faire venir leur matériel au moyen de chalands. Autre souci : le gardiennage et l'entretien des 11 hectares de terrain.

« Autrefois, il y avait un fermier qui vivait en quasi-autarcie sur l'île, raconte Paul Bénéat. Seul un passage se découvrait aux marées d'équinoxe, ce qui permettait de faire venir ou de sortir les bêtes. »

Autant conseiller tout de suite au futur propriétaire de l'île de Boëdic de faire l'acquisition d'un bateau, s'il n'en possède pas déjà un : il sera beaucoup plus libre de ses allées et venues. Rien de pire que de se retrouver prisonnier sur son île ! Il paraît que cela rend fou. Comme, parfois, le parfum de l'argent.

Pour visiter... ou acheter

Vladi Private Island www.vladi-private-islands.de (+49.40.33.89.89, info@vladi.de)

Bénéat-Chauvel, 33, rue Thiers 56000 Vannes (02.97.54.23.43 ,www.beneat-chauvel.com).

Cabinet Martin Sotheby's International Realty.18, rue Levavasseur, 35800 Dinard (02.99.46.56.70; www.immomartin.fr).

Demeures du Littoral, 15, rue Ernest-Renan, 22700 Perros-Guirec (02.96.23.09.86, www.demeuresdulittoral.com).

Refuges de stars
Richard Branson, dans son luxueux refuge des îles Vierges britanniques.
Richard Branson, dans son luxueux refuge des îles Vierges britanniques.

 

 

 

 

 

 

 

 

«Je ne crois pas avoir déjà vu un endroit si pur et si beau. C'est ma façon de tenter de revenir à une vie normale », dit l'acteur Johnny Depp ( Vanity Fair, juin 2009) en parlant de son île d'une quinzaine d'hectares, Little Hall's Pond Cay, aux Bahamas. Dans cette région du monde, composée de 700 îles, il voisine avec Nicolas Cage (propriétaire depuis 2006 de Leaf Cay, une île de 16 hectares), Julia Roberts, Mariah Carey ou encore l'illusionniste David Copperfield (Musha Cay)...

Pas très loin non plus, Leonardo DiCaprio a acquis en 2005 une île déserte de 45 hectares, Blackadore Cay, au large du Belize, dans l'idée d'y bâtir un hôtel de luxe respectueux de l'environnement.

Richard Branson, pour sa part, a posé ses valises à Necker Island, dans les îles Vierges britanniques.

L'acteur Robin Williams, de son côté, a opté pour une île au Canada, à Pender Harbour.

Quant à Mel Gibson, il mène grand train sur l'île qu'il a achetée aux Fidji en 2005 : Mago Island ne compte pas moins de 2000 hectares, 40 résidences et 14 employés à plein-temps

Laissez-vous tenter,

c'est la quotidien de Serge Dassault qui assure la promotion

au-lieu de vous contenter d'une place de camping à Malo-les-bains, achetez une île perdue au milieu des océans.

De 500 millions à 1 milliard d'euros, c'est donné.

 

Mais attention ! les paradis fiscaux en forme d'îles, ne sont pas à vendre : c'est le havre dans lequel vous placez votre fortune.

Il ne faut pas tuer la poule aux oeufs d'or !

 

Tag(s) : #Economie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :