Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Réveil Communiste

 

 

 

Mercredi 28 novembre 2012

Sur le blog du PTB :

La guerre des drones: une guerre sans règles

Depuis 2002, les attaques d’avions sans pilote ont fait des milliers de victimes au Pakistan, en Afghanistan, au Yémen ou en Somalie. Les drones sont la nouvelle arme d’une guerre planétaire sans règles ni frontières.

Knut Mellenthin

 

Depuis le début de la guerre en Afghanistan en février 2002, les États-Unis n’ont cessé d’accroître leur arsenal de drones, ces avions militaires sans pilote. A l’heure actuelle, l’armée américaine et la CIA en possèdent entre 6 000 et 7 000. Au départ, ces armes n’étaient déployées que très rarement pour attaquer des cibles capitales.

Aujourd’hui, les États-Unis en détiennent en abondance et les drones peuvent désormais être utilisés pour attaquer toutes sortes de cibles. Les drones sont la nouvelle arme d’une guerre planétaire sans règles ni frontières.


Parmi les différents types de drones, on peut citer le Raven dont le poids ne dépasse pas 1 kg et dont l’autonomie de vol n’est que de 90 minutes. Il y a aussi des drones plus grands, comme les MQ1-predator, capables de rester en vol durant 24 heures et qui possédant un rayon d’action de plus de 1 000 km. Ces drones sont équipés de missiles Hellfire très puissants. Jusqu’à présent, les drones armés ont principalement été utilisés en Afghanistan, en Irak, au Pakistan, au Yémen, en Somalie et en Libye.
    

Les critères de déploiement de drones ainsi que le nombre exact de fois où on y a recours restent des infos classées top secret. Les renseignements dont nous disposons proviennent de sources informelles, en particulier des médias et autorités des pays touchés ou encore des institutions comme le Bureau of Investigative Journalism1 à Londres, qui divulgue sur son site web des informations très précises sur les drones.

La plupart des données connues concernent le Pakistan. Selon les chiffres divulgués par les médias, jusqu’au 16 octobre de cette année, ce pays aurait été la cible de 349 attaques menées par des drones, faisant entre 2 593 et 3 365 tués et entre 1 249 et 1 389 blessés. Le fait que le nombre de tués soit beaucoup plus élevé que le nombre de blessés démontre la forte puissance explosive des missiles Hellfire.

Des massacres arbitraires

Selon la version officielle du gouvernement américain, il n’y aurait pratiquement pas de victimes civiles. Mais cette affirmation ne repose sur aucune preuve ou indication. Au contraire, dans tous les cas, la plupart des victimes ne sont pas des « représentants d’Al Qaeda », mais de simples membres des tribus locales qui ne représentent aucune menace pour les États-Unis.

En réalité, derrière ces attaques « ciblées » se cachent des massacres arbitraires comme l’ont démontré ce que l’on appelle les frappes « double tap ». Le principe consiste dans un premier temps à bombarder une maison et, une demi-heure plus tard, une seconde frappe est opérée, visant les personnes venues secourir les victimes de la première frappe.


Les données concernant le Yémen et la Somalie sont moins précises. Là-bas, les frappes ont été lancées avec l’approbation des autorités locales. Selon le Bureau of Investigative Journalism, 138 frappes auraient été opérées au Yémen, dont 76 avec des drones, faisant entre 357 et 1038 victimes. Quant à la Somalie, elle aurait été la cible de 23 frappes aériennes de toutes sortes faisant entre 58 et 170 tués.

Le nord-ouest de l’Afrique pourrait prochainement être la cible de drones américains. En effet, après la destruction de la Libye par l’OTAN, cette zone est devenue instable. Les États-Unis ont justement fait construire un réseau d’aéroports dans le Sahel oriental pour le déploiement de leurs petits avions monomoteurs. Ces aéroports pourraient très vite être convertis en aéroports destinés au décollage et à l’atterrissage de drones.


www.thebureauinvestigates.com

Source : Junge Welt

 

Tag(s) : #Contre l'impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :