Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'Olivier Berruyer

 

24
Mai
2014

 

Madame Fourest,

Je vous réponds puisque vous m’avez cité nommément dans un article du 9 mai du Huffington Post. Cet article faisait réponse à mon propre billet sur votre Chronique de France Culture du 6 mai titrée « Les médias ukrainiens et russes à des fins de propagande pourraient générer des haines irréversibles ». Sous le patronage de ce beau titre, vous avez pourtant indiqué :

« On en a moins parlé mais [les « pro-russes »] ont aussi capturé 3 officiers ukrainiens avant de les exhiber devant les caméras un bandeau de sang sur le visage. Les paramilitaires séparatistes venaient de leur arracher les globes oculaires avec un couteau. Comment s’étonner dans un tel climat que les ultra-nationalistes ukrainiens soient devenus totalement incontrôlables ? ».

Comme, après une rapide recherche de ma part, ce fait barbare s’est révélé faux, j’ai rédigé mon billet « Chronique de la Haine ordinaire », clin d’œil tant au regretté Pierre Desproges qui prononça ses chroniques sur la même radio que vous (où, comme le rappelle Wikipédia, il « épinglait les travers et les ridicules, pointant la bêtise et l’intolérance ») que, bien entendu, aux deux minutes de la haine d’Orwell dans 1984.

Je vous remercie en tous cas de votre réponse – qui m’a surpris : c’est vraiment beaucoup d’honneur que vous me faites – même si je comprends mal pourquoi vous n’avez pas choisi de répondre aux multiples autres personnes qui se sont étonnées de vos propos, comme par exemple le vigilant Daniel Schneidermann sur l’indispensable site Arrêts sur Images (Gazette n°334), auteur d’un cinglant « À propos de l’Ukraine aussi, c’est le grand festival du n’importe quoi.» – on ne saurait mieux dire.

Vous notez dans votre réponse qui m’est adressée :

« J’aimerais également qu’Olivier Berruyer m’explique ce que signifie son commentaire accompagnant la vidéo sur les trois officiers ukrainiens ayant les yeux en sang : “En fait ce sont seulement 3 agents des services secrets ukrainiens SBU – Groupe alpha, qui ont été capturés par les anti-maïdan de Donestk”. Le “En fait” sous-entend que j’ai menti sur le fait qu’il s’agit de trois officiers capturés par ceux qu’il appelle les “anti-Maïdan”. Or c’est ce que j’ai dit… Quant à ces trois mots — “ce sont seulement” — ils sous-entendent que la torture n’est pas si grave puisqu’il s’agit “seulement” d’officiers ukrainiens. Ah non pardon, ils sont en sang mais la torture n’est pas évoquée… Ils ont — seulement ? — été “capturés”. »

Vous avez totalement raison. Ma phrase est mal construite, et peut prêter à certaines interprétations. Le « seulement » signifiait surtout que contrairement à ce qui a été affirmé à des millions d’auditeurs, on ne leur avait pas arraché les globes oculaires – ce qui semble déjà une information très importante…

Je remarque en tous cas avec grand plaisir que, avec ce « seulement » qui vous a beaucoup intriguée, vous montrez une très forte vigilance sur le choix des mots – et donc que chacun des vôtres sont parfaitement choisis.

Si vous notez d’autres formulations potentiellement ambiguës dans mes billets, je vous serais hautement reconnaissant de me les signaler. En effet, animant tout seul mon blog, sans grands moyens financiers, je n’ai pas la possibilité de rémunérer une relectrice de votre envergure nationale.

Dans votre réponse, vous évitez de répondre au fond de mon propos (la fausse barbarie des « pro-russes », l’absence de vérification sérieuse des faits, la propagande pro-putschistes ainsi diffusée…), mais bifurquez vers d’autres sujets, parlant d’autres faits non vérifiés, et m’insultant au passage (malhonnêteté, légitimation de la torture et des enlèvements, propagandiste pro-russe, etc.).

Je récuse ici vos accusations de malhonnêteté – qui constituent une grave faute journalistique, indigne d’une chroniqueuse à France Culture.

Je montrerai ici que vous continuez à proférer des contre-vérités sans reconnaitre vos propres erreurs. Il serait alors logique que tout le monde en tire les conséquences.

Un autre billet suivra pour analyser en détails la véracité des autres faits que vous évoquez et vos stratégies d’évitement.

I. Votre version de l’enlèvement des officiers

Votre propos initial du 6 mai figure en introduction :

« On en a moins parlé mais [les « pro-russes »] ont aussi capturé 3 officiers ukrainiens avant de les exhiber devant les caméras un bandeau de sang sur le visage. Les paramilitaires séparatistes venaient de leur arracher les globes oculaires avec un couteau. Comment s’étonner dans un tel climat que les ultra-nationalistes ukrainiens soient devenus totalement incontrôlables ? ».

Votre réponse dans le Huffington Post indique :

Une vidéo qui a ému en Ukraine

Un peu plus tôt, une militante ukrainienne m’envoie un lien.

La vidéo que je charge montre trois officiers ukrainiens pris en otage par les séparatistes. Visiblement torturés, on peut les voir le dos courbé, très mal en point, tous les trois avec un bandeau trempé de sang sur les yeux. Mon contact m’explique que les séparatistes leur ont arraché les globes oculaires avec un couteauNe parlant pas russe, je pense que les séparatistes le revendiquent et en parlent dans cette vidéo. Erreur. Ce sont des articles de presse écrite ukrainiens qui le disent.

Au vu des images, la torture est évidente, l’identité des trois officiers reconnue (ils ont depuis été échangés contre le gouverneur auto-proclamé de Donetsk) mais rien ne prouve — dans cette vidéo — que leurs yeux ensanglantés soient le fruit d’une torture au couteau, et non à coup de poing ou d’un autre ustensile. Une cuillère ? Une fourchette à escargot ? Un pic à glace ? Une pelle à gâteau ? Je ne peux le savoir de visu. Mea culpa donc pour cet élément que je croyais revendiqué par les séparatistes mais qui était en fait basé sur des articles ukrainiens. Ce que me reprochent plusieurs sites sur Internet. En résumé : je ne peux pas avoir vérifié par moi-même si on leur a crevé les yeux avec couteau puisque je ne suis pas sur place. Ils ont en partie raison (difficile de connaître la vérité sans le témoignage direct des trois officiers) et en partie tort. Car à ce compte-là, il n’y aurait plus beaucoup d’articles dans la presse et il ne faudrait parler de rien.

Je ne regrette pas une seconde d’avoir rapporté cet enlèvement — dont personne ou presque n’a parlé en Europe — dans ma dernière chronique de France culture. Il me semble important pour montrerl’impact des tortures infligées aux pro-Ukrainiens par les séparatisteset sur l’état psychologique des deux camps. J’aurais pu parler d’autres cas. Comme ce député partisan de l’unité de l’Ukraine, Vladimir Rybak, dont le corps a été jeté à l’eau après avoir été violemment torturé.

A l’avenir, en revanche, même si mon papier est déjà trop long, je prendrai une ligne de plus pour indiquer ma source et l’incertitude existant quant à la nature exacte de l’outil utilisé pour pratiquer ces tortures. Un pic à glace, une pelle gâteau ou un couteau… Mais je continuerai à en parler. Sans me laisser intimider par les propagandistes pro-Russes.

Invitée par le Médiateur de France Culture le 15 mai, vous déclarez :

La chronique portait sur la guerre des propagandes, justement autour du drame d’Odessa, qui, comme vous le savez, a été beaucoup utilisé pour justifier et pour entraîner l’Ukraine vers la guerre civile, qui a beaucoup été utilisé par les chaînes russes. Donc, je parlais de cette propagande et j’expliquais que des faits qui n’ont pas été rapportés par la presse européenne, qui ne sont pas venus jusqu’à nous, ont aussi beaucoup mis de l’huile sur le feu, avant notamment, ont aussi beaucoup excité notamment les ultranationalistes ukrainiens qui sont coupables à mes yeux du drame d’Odessa.

Et parmi les vidéos qui ont circulé, qui ont beaucoup excité ces ultranationalistes, il y a cette vidéo où on voit effectivement des séparatistes prorusses, […] qui mettent sur la place publique trois officiers du SBU qu’ils ont capturés et qu’ils ont clairement été torturés. Ils ont sur les yeux, non pas simplement des bandeaux imbibés de sang, mais des compresses très épaisses imbibées de sang. Et effectivement, j’avais un contact ukrainien qui me disait que ces yeux avaient été torturés avec un couteau. Et le malentendu et pour le coup là-dessus, je m’en suis expliquée le lendemain sur le Huffington Post.C’est que moi je pensais que les séparatistes revendiquaient eux-mêmes, comme ils l’ont fait sur d’autres cas et d’autres cas de tortures, d’avoir torturé au couteau ces yeux. Alors qu’en réalité il y a d’un côté, la vidéo faite par les séparatistes qui clairement montre cette capture et montre une torture et de l’autre côté des articles de presse ukrainienne, il y a plusieurs sources, russophones d’ailleurs aussi, qui eux affirment que ces yeux ont été piqués au couteau. […]

Il y a une certitude, c’est qu’ils ont été torturésque leur yeux ont été torturés, parce que les sites qui ont invité à vous saisir, à écrire, expliquent — notamment Olivier Berruyer sur lescrises.com —, expliquent que ce sont simplement que ce sont des gens qui ont été capturés, mais la vidéo montre qu’ils ont été torturés, donc c’est une façon d’ignorer cette torture, et n’expliquent pas pourquoi ces yeux saignent abondamment sur les trois officiers. Mais, encore une fois, on ne sait pas effectivement à l’heure qu’il est si c’est une pelle à gâteaux, si c’est un couteau, si c’est une pique, ou si c’est une fourchette.

Donc, si je résume votre version :

  • on vous a envoyé une vidéo en russe, langue que vous ne comprenez pas,
  • on vous a dit qu’on leur avait arraché les yeux,
  • vous vous êtes dit « encore un acte barbare des pro-russes »,
  • vous avez vu un lien d’un journal local qui en parle (en ukrainien…),
  • vous notez que PERSONNE n’en a parlé en Europe (ni ailleurs).

Cela suffit donc pour vous à venir le rapporter en direct sur France Culture (j’imagine sans en consulter la rédaction ?), le tout – ce qui est un comble – dans une chronique sur « la guerre des propagandes » sur un fait « utilisé pour justifier et pour entraîner l’Ukraine vers la guerre civile, qui a beaucoup été utilisé par les chaînes russes ». Comme si le fait imaginaire que vous relatez n’était pas lié à la guerre des propagandes visant à nous faire soutenir le gouvernement de Kiev dans un conflit diplomatique contre la Russie.

II. Les faits

Examinons les faits.

Dans la nuit du 26 au 27 avril, trois officiers ukrainiens services de sécurité ukrainiens (SBU, du groupe d’élite Alpha) sont arrêtés à Slaviansk – il s’agit du lieutenant-colonel Rostislav Kiyashko, d’un major Sergei Potemski et du capitaine Evgueniy Varinsky. Ils faisaient partie d’un groupe de 7 militaires venus secrètement enlever un citoyen “pro-russe”.

Le commandant militaire des unités d’autodéfense des insurgés a indiqué que les personnes arrêtées “effectuaient une mission militaire visant à capturer les membres de la résistance populaire dans la ville de Gorlivka“. “Ils ont opposé de la résistance et ont été arrêtés”, a-t-il expliqué.

Le 27 avril au matin (donc quelques heures après leur capture), les trois officiers sont présentés à la presse, à demi-habillés, les yeux bandés (avec du scotch et des bandeaux) et les mains attachées derrière le dos. Ils portent des ecchymoses évidentes. Ils s’expriment normalement, sans cri, et répondent aux questions.

Contrairement à vos propos laissant entendre que la presse n’a pas parlé d’eux, dès le 27 avril à midi, elle en parle largement :

L’AFP en a fait une dépêche (largement reprise, jusqu’en Suisse et au Congo), indiquant que « Ils ont opposé de la résistance et ont été arrêtés » et qu’ils ont « les yeux bandés de scotch »

Reuters en a fait une dépêche

The Associated Press en a fait une dépêche (indiquant simplement qu’ils sont blindfolded with packing tape, sans indiquer d’atteinte aux yeux)

Le Daily Mail (2e journal anglais) en a longuement parlé

Le Nouvel Observateur en a parlé

Le Figaro en a parlé

Le Parisien en a parlé

DirectMatin en a parlé

La Tribune en a parlé

Le Point en a parlé

La RTBF en a parlé

MSN.com en a parlé

Le Berry Républicain en a parlé

La voix du Nord en a parlé

L’Yonne Républicaine en a parlé

L’Est éclair en a parlé

La Dépêche en a parlé

Nord Littoral en a parlé

Le Courrier Picard en a parlé

L’Aisne Nouvelle en a parlé

France-Antilles Martinique en a parlé

Etc.

Et même, oh, votre propre journal le Huggington Post en a parlé !

 Libération en a parlé, indiquant « visage sanglant chez quelques-uns et marqué de traces de coups »

Le Monde en a aussi parlé – se détachant en étant le seul à les qualifier de « sévèrement battus».

 Au niveau de médias orientés Russie :

Le Courrier de Russie en a parlé

L’agence russe RIA en a parlé : « Lors de l’interpellation, les agents du SBU ont opposé une résistance et c’est pourquoi ils ont été présentés aux journalistes à Slaviansk avec des contusions et ligotés avec du ruban adhésif. »

RT.com donne de nombreux détails. Qu’on soit prudent avec cette source (comme avec toute source), oui – qu’on l’ignore sciemment et qu’on désinforme du coup les Français, non…

Le 7 mai, les trois officiers ont été libérés, échangés contre trois « pro-russes ». Aucune dépêche ne fait mention de torture et encore moins d’arrachage de globes oculaires.

 Il semble donc difficile de prétendre qu’il s’agit « de faits qui n’ont pas été rapportés par la presse européenne ». En tous cas, pas le fait que 3 officiers ont été arrêtés, et présentés dans des conditions humiliantes et condamnables.

En revanche, il est tout à fait clair que le fait qu’on leur ait « arraché les globes oculaires » est une information dont vous pouvez vous enorgueillir d’avoir été la seule journaliste au monde à la diffuser.

Je me suis très probablement mal exprimé dans mon précédent billet. Mon reproche n’était pas une imprécision sur le fait de savoir si on leur avait arraché les yeux « au couteau », ou, comme vous le dites avec élégance « Une cuillère ? Une fourchette à escargot ? Un pic à glace ? Une pelle à gâteau ? » – ni même à coups de couveuses remplies d’armes de destructions massives, non, le souci est que leurs yeux n’ont rien – en tous cas, jusqu’à ce que vous fournissiez la preuve du contraire.

Voyant que votre information était fausse, vous avez embrayé en affirmant que « la torture est évidente », « qu’ils ont clairement été torturés », « la vidéo montre qu’ils ont été torturés », « la vidéo […] montre clairement […] une torture », que « il y a une certitude, c’est qu’ils ont été torturés, que leur yeux ont été torturés », « ces yeux saignent abondamment ». Vous reconnaissez « l’incertitude existant quant à la nature exacte de l’outil utilisé pour pratiquer ces tortures ».

Vous êtes ici aussi probablement la seule journaliste au monde à prétendre que ces hommes ont été torturés et que leurs yeux saignent. Là encore, c’est à vous de fournir les preuves de ce que vous avancez.

Le pire étant sans doute ceci : le fait que des « pro-russes » arrachent les yeux de soldats ukrainiens, puis les montrent à la presse russe, qui ne dirait rien de ce fait barbare, ne vous surprend même pas….

sbu-alpha-07.jpgj

sbu-alpha-08.jpgj

Car au lieu de me diffamer gravement en m’accusant scandaleusement de « relativiser la torture » (sic) il vous appartient déjà de prouver qu’il y a eu torture et qu’elle existe ailleurs que dans votre imagination ! Pour ma part, j’ai réalisé sur mon blog la traduction du bel article de Noam Chomsky sur « les Mémos sur la Torture » – car la torture sous toutes ses formes est inacceptable, à commencer par celle pratiquée par nos propres alliés américains.

Je vous rappelle d’ailleurs le point 8 de la Charte de Munich des obligations des journalistes :

8. S’interdire […] la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement […]

Aucune dépêche d’agence de presse ne parle des faits barbares que vous évoquez. Aucune. Le SBU n’a jamais parlé de ceci – vous imaginez comme ce fait aurait servi la propagande de Kiev s’il avait été vérifié. Ces hommes servaient d’otages pour être échangés contre des pro-russes, il semble peu logique qu’ils aient été torturés.

Par ailleurs, l’hypothèse d’atteinte aux yeux semble grotesque, au vu de l’état de ces personnes : imaginez-vous sérieusement que des personnes à qui on a arraché les yeux se porteraient de la sorte quelques heures après, et répondraient aux questions des journalistes ? Consultez donc des ophtalmologues – comme je l’ai fait, car je n’aime pas rapporter n’importe quoi –, ils vous expliqueront que l’œil est un des organes qui entraine le plus de douleurs en cas d’atteinte. « Regardez déjà la douleur provoquée par un simple cil dans l’œil » m’a dit l’un deux ; « après une atteinte aux yeux, ils auraient été totalement incapables de bouger et de répondre ainsi aux questions quelques heures après – en général, en cas de perte d’un œil, il y a une douleur psychologique telle que la pensée logique ne peut plus se faire pendant un long moment ». Enfin, je vous rappelle accessoirement qu’il n’y a pas de sang dans l’œil (la lumière ne le traverserait pas sinon…).

Que voit-on sur les images ?

On voit des personnes avec des ecchymoses et des coupures.

sbu-alpha-01.jpg

sbu-alpha-03.jpg

On voit un bandeau avec un peu de sang. Est-ce celui du prisonnier (probablement), ou était-ce un linge souillé ? Aucune idée.

sbu-alpha-21.jpg

On voit un homme avec du scotch rouge autour des yeux. On semble discerner qu’il y a du sang dessus, qui semble venir ou d’une arcade sourcilière ayant saigné, ou du nez, ou d’entailles réalisées par le scotch lui-même. Et ce sang a coulé et semble s’être collé au scotch – qui est lui-même en partie rouge.

sbu-alpha-11.jpg

sbu-alpha-12.jpg

sbu-alpha-14.jpg

Le troisième n’a que du scotch sans sang :

sbu-alpha-31.jpg

Je comprends donc mal votre : « tous les trois avec un bandeau trempé de sang sur les yeux. »

Premièrement, on ne connait pas les conditions de leur arrestation. Savez-vous s’ils ont eu un accident de voiture, poursuivis par les « pro-russes », qui aurait pu occasionner ces traces ? Moi non.

Deuxièmement, on sait qu’au moment de leur arrestation, ils ont résisté – ce sont des commandos de troupes d’élite ! Ils en parlent dans la vidéo, disant :

Journaliste : Vous avez résisté à votre arrestation?

Prisonnier : Eh bien, bien sûr, qu’on s’est battus ! Je ne suis pas une sorte de … Mais nous n’avons pas utilisé les armes!

Ce fait a été confirmé par le maire. Leurs contusions viennent certainement de là : une bagarre au moment de leur arrestation. Sachant que des coups au visage, même modérés, entrainent rapidement de larges effusions de sang. D’ailleurs les gens qui les ont arrêtés ont sans doute reçu autant de coups qu’eux. Nous n’en savons rien.

Troisièmement, ont-ils reçu des coups après ? Peut-être que oui – ils sont venus enlever des pro-russes – l’accueil n’a pas dû être chaleureux et ils auraient pu être malmenés à fin d’interrogatoire (une pratique scandaleusement approuvée par les USA et la plupart des pays d’Europe qui ont accueilli des prisons secrètes de la CIA après 2001, au demeurant). Peut-être que non – il s’est écoulé peu de temps entre leur arrestation et ces images. Mais qu’en savons-nous ? Qu’en savez-vous ?

Ces personnes sont présentées dans des conditions humiliantes, ont des ecchymoses, ont été blessées et on du scotch autour des yeux. Les agences de presse nous disent qu’ils ont résisté à leur arrestation. En l’absence d’autres sources versées au débat, c’est la seule conclusion temporaire à laquelle nous pouvons, semble-t-il, raisonnablement aboutir.

Ce qu’on sait : le 3 mai (source Kiev.ua ; en vo ; autre source à Kiev), – 3 jours AVANT votre fameuse chronique – le Chef du Centre anti-terroriste Vasyl Krutov a déclaré dans une conférence de presse à Kiev à propos de ces trois officiers des forces spéciales “Alpha” : « Ils sont vivants et en bonne santé ». En bonne santé.

 

Le métier du journaliste n’est-il pas de vérifier les faits, avant de les colporter. Surtout quand il s’agit d’annoncer un fait choquant dont aucun autre journal ne s’est fait l’écho ? Et non pas de se dire qu’il vaut mieux raconter n’importe quoi, car sinon « à ce compte-là, il n’y aurait plus beaucoup d’articles dans la presse et il ne faudrait parler de rien ». Non, bien sûr, mais peut-être parler de faits vérifiés un minimum, par exemple, – comme dans la plupart des médias ?

c-est-pas-parce-qu-on-n-a-rien-a-dire.jp

Je vous rappelle d’ailleurs les points 1, 3 et 6 de la Charte de Munich des obligations des journalistes :

1. Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité ;

3. Publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ;

6. Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte

En conclusion de ce point, je souligne que vous indiquez dans votre réponse à propos de cet évènement : « Une vidéo qui a ému en Ukraine ». J’ai demandé à près d’une dizaine d’Ukrainiens, pro comme anti Kiev, et aucun ne m’a confirmé que cette vidéo « avait ému en Ukraine ». Cela a fait une brève à la télévision ; pensez : il commençait à y avoir plusieurs morts civils chaque jour, Kiev ayant envoyé l’armée contre sa population de l’Est (ce que n’avait pas fait Ianoukovytch, notez), alors il est certain que le fait que trois commandos aient été arrêtés et contusionnés à la suite d’une bagarre (ce qui est condamnable, nous sommes d’accord), non, cela n’a pas probablement pas ému le pays… Il n’y a qu’à voir comment la France a traité médiatiquement les 40 morts d’Odessa – dans les oubliettes en 3 jours…

III. À propos de photos

Comme vous êtes très sensible sur la question, je me demandais si vous estimiez, avec votre logique, que la France pratique la torture ? Voici quelques photos de Français maltraités par la police, pour avoir votre opinion :

violence-01-mounir.jpg

violence-02-geoffrey.jpg

Mounir et Geoffroy

violence-03-marie.jpg

violence-04-emmanuel.jpg

Marie & Emmanuel

En Belgique aussi…

violence-05-belgique.jpg

Bref, je vous renvoie à Wikipédia.

Je vous demande, car je me dis que si les journalistes russes travaillaient comme vous l’avez fait, sur une source unique non recoupée et sans traduction, ils arriveraient à la conclusion que la Dictature règne en France…

IV. La « source » de Caroline Fourest

Pour terminer sur cette lamentable affaire, vous avez eu l’amabilité de nous indiquer votre source.

Une militante ukrainienne m’envoie un lien. [vers cette vidéo…]

Erreur. Ce sont des articles de presse écrite ukrainiens qui le disent.

La voilà :

reponse-fourest-01.jpg

Je regarde le code source de la page, pour que tout soit clair.

lien-source-fourest.jpg

Vous citez donc la Vidéo Youtube xRLfFaZDBy8, puis dites « Erreur », il y a un site ukrainien qui en parle.

La vidéo est titrée : Les terroristes russes ont capturés trois officiers ukrainiens “Alpha” et leur ont arraché les yeux. Elle est du 27 avril.

reponse-fourest-02.jpg

Le billet en ligne que vous citez est tiré du site notoirement russophobe www.eizvestia.com, et il est daté du 28 avril et est titré : « Les fascistes russes ont capturé trois officiers ukrainiens “Alpha” et arraché leurs yeux (VIDEO) ». Le texte indique : « une bande terroriste russe du GRU, a crevé les yeux de leurs victimes ». Il intègre la vidéo précédente dont il reprend en gros le texte :

reponse-fourest-03.jpg

La source de cette rumeur est donc bien la vidéo Youtube.

Je ne parle pas russe plus que vous, mais je vous recommande d’utiliser les traducteurs en ligne gratuits, comme Google ou Yandex. Cela permet de vérifier bien des choses…

Qui a posté cette vidéo ? Réponse : Игорь Игорич = Igor Igorich.

Combien de vidéos a-t-il posté au total ? 3, comme indiqué plus haut. Quelles sont les 2 autres ?

reponse-fourest-04.jpg

Gros succès de la première – dont on parle – 36 000 vues.

Succès très modeste pour les 2 autres : 114 et 56…

La première :

reponse-fourest-05.jpg

Traduction :

Titre : Le discours d’Ayman al-Zaouahiri (NdT. : le nouveau chef d’Al-Qaida en remplacement d’Oussama Ben Ladden) au sujet de l’EIIL (État islamique d’Irak et du Levant), initialement appelé EII (État Islamique d’Irak)

La vidéo avec le discours du chef « d’Al-Qaida » Ayman al-Zaouahiri, diffusée il y a quelques années. Il contient 3 déclarations importantes qui réfutent les mensonges des adversaires de l’État islamique d’Irak et du Levant :

  1. “Al-Qaïda en Irak” a rejoint l’EIIL (initialement EII).
  2. EIIL est un émirat indépendant.
  3. Le cheikh Zaouahiri reconnait Abou Bakr al-Baghdadi comme le “Amir al-Muʾmin” (commandeur des croyants).

Il dit également que l’État islamique se construit “étape par étape” pour devenir un Califat, et que tous les musulmans doivent les aider dans ce domaine.

Il mentionne également qu’Oussama Ben Laden était du même avis.

(NdT. : l’EIIL est un regroupement du Front Al-Nosra et d’EII)

Regardons la dernière vidéo :

reponse-fourest-06.jpg

Titre : L’Américain qui récite le Coran

(NdT. : il s’agit d’une vidéo du jeune américain de 17 ans Fatih Seferagic, qui est un hafidh al-Qur’an, c’est-à-dire qu’il a appris le Coran dans son intégralité, soit 114 sourates pour 6 236 versets et environ 80 000 mots ; par cœur un livre d’environ 600 pages. Cet exploit est courant. Source)

Le texte est très court, car c’est le titre d’une autre vidéo :

            “un discours de Pierre Vogel intitulé “Pourquoi les chrétiens iront en enfer“. + le lien”

(NdT. : Pierre Vogel est un islamiste radical allemand. Un journaliste duSpiegel l’a décrit comme un représentant de la “sombre variante nazie” de l’islam en Allemagne.)

 

Bref, cette source de première main est clairement un fan d’Al-Qaida – organisation qui combat la Russie depuis de nombreuses années.

Ceci explique la manipulation grossière de cette vidéo, qui a réussi à contaminer in fine les auditeurs de France Culture par manque de vérification élémentaire.

V. Conclusion

Madame Fourest, l’objet de ce billet était ainsi de démontrer que vous avez rapporté des propos choquants et grossièrement faux aux auditeurs de France Culture, en raison d’un manque élémentaire de vérification de vos sources.

Vous avez ainsi alimenté à l’antenne une propagande issue d’islamistes intégristes en prétendant en dénoncer une autre.

Quand j’ai alerté sur ces erreurs, contrairement à la déontologie journalistique, vous ne les avez pas reconnues, vous avez mis en avant d’autres faits non vérifiés, et avez prétendu que j’étais malhonnête et que je minimisais la torture.

Chacun jugera.

Olivier Berruyer

23 mai 2014

“Au service de l’émancipation individuelle et de l’égalité, vous vous mettez en quête d’espaces de liberté où mieux défendre ces valeurs qui vous sont chères. Ces espaces de liberté, vous les trouvez à Charlie Hebdo, au Monde, sur Radio France, France 2, où vous animez le débat public à grand renfort de contributions et d’interventions remarquées. [...]

Chez vous, regard critique et engagement vont de pair avec une exigence didactique de tous les instants [...]

Franc-tireuse, électron libre, vous vous gardez de toute position partisane et plaidez pour une extrême finesse de raisonnement afin d’éviter tout dévoiement de la portée de votre argumentation. Cette rigueur sous-tend chacune de vos contributions et chacun de vos essais [...]

Parce que votre voix, chère Caroline Fourest, indispensable à notre espace public, interroge et nourrit les débats qui l’agitent

[Aurélie Filippetti, ministre de la Culture, cérémonie de remise des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres à Caroline Fourest, 17/01/2013]



Tag(s) : #Europe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :