Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

INFO REPRISE SUR
LE BLOG DE JACQUES TOURTAUX

 

Tunisie/ Sidi Bouzid :

Marzouki et Ben Jaâfar

face à la colère populaire

Tunisie/ Sidi Bouzid : Marzouki et Ben Jaâfar face à la colère populaire

Le président de la République, Moncef Marzouki, le président de l’Assemblée nationale constituante, Mustapha Ben Jaâfar, et la délégation officielle les accompagnant, ont été accueillis ce lundi dans un climat de mécontentement général à Sidi Bouzid, berceau de la révolution tunisienne, dont on commémore en ce 17 décembre le deuxième anniversaire du déclenchement.
Les deux dirigeants ont été visés par des jets de pierres, signe de la colère d’une population qui a vu ses espoirs et ses attentes trahis.

Les protestants ont brandi "dégage, dégage" envers les responsables, et ont scandé "le peuple veut la chute du gouvernement", visant le chef de l’État par des jets de pierres

"Je comprends cette colère légitime, elle est due au retard en matière de concrétisation des objectifs de la révolution", a répondu Marzouki à la foule en colère. Il a dit comprendre et partager la colère, la consternation et l'abattement de la population, en signalant : "pour la première fois, nous avons un gouvernement qui ne vole pas l’argent du peuple".

Ben Jaâfar qui a été, à son tour, la cible de jets de pierres, a déclaré que "la présence dans cette ville est un message de fierté de la révolution qui a démarré de ses contrées et a rejailli sur le monde pour que la Tunisie devienne le centre du regard du monde qui attend de nous tous, de la réussir et de réaliser ses objectifs."

Le président de l’ANC a appelé "à ne pas salir l’image de la révolution" , ajoutant que la lutte contre la corruption et la création de sources de revenus requièrent des réformes profondes et demandent beaucoup de temps et de patience. "Celui qui aime la Tunisie, doit être patient."

Ben Jaâfar a interrompu son discours, lorsque des protestants ont commencé à lancer des pierres en sa direction. Les forces de l’ordre sont alors intervenues pour évacuer les présidents qui ont quitté la tribune. Les festivités prévues sur les lieux où Mohamed Bouaziz s’est immolé ont tourné court.

Marzouki, Ben Jaâfar et des membres du gouvernement se sont rendus à Sidi Bouzid, pour participer aux festivités du 2ème anniversaire de a révolution. Hamadi Jebali n’y a pas fait le déplacement, pour motif d’"une grippe subite", qui l’a obligé à un repos de deux jours.

Le Front populaire a donné un mot d’ordre "aux chômeurs et pauvres de la région pour protester contre la carence de développement dans la région".

Le comité régional de la protection de la révolution du 17 décembre a appelé dans un communiqué les populations de Sidi Bouzid à un sit-in de protestation pacifique, étant donné que "deux ans après la révolution, rien n’a été réalisé".

http://www.gnet.tn/revue-de-presse-nationale/tunisie/-sidi-bouzid-marzouki-et-ben-jaafar-face-a-la-colere-populaire/id-menu-958.html http://www.gnet.tn/revue-de-presse-nationale/tunisie/-sidi-bouzid-marzouki-et-ben-jaafar-face-a-la-colere-populaire/id-menu-958.html

Tag(s) : #Lutte de Classe
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :