Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog d'Olivier Berruyer 

 

31
Juil
2014
Spécialistes  du renseignement US :

 

 

 

Obama doit exposer ses preuves sur l’Ukraine - 29 juillet 2014

L’attaque du vol 17 de Malaysia Airlines au-dessus de l’Ukraine ayant transformé une guerre civile en une confrontation entre les USA et la Russie, des vétérans des renseignements US pressent le président Obama de publier les preuves qu’il détient sur cette tragédie, et ainsi de faire taire les rumeurs.

 

MEMORANDUM POUR :

Le Président
DE: Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS – Les vétérans du renseignement pour un comportement sensé)

SUBJECT: renseignements sur l’attaque de l’avion malaisien

Note de synthèse :

Les tensions USA-Russie montent dangereusement sur le sujet de l’Ukraine, et nous sommes loin de penser que vos conseillers prennent réellement la pleine mesure du danger d’escalade. Le New York Times et d’autres medias traitent des sujets controversés comme des faits avérés, prenant exemple sur les sources du gouvernement des États-Unis.

Douze jours après l’attaque du vol 17 de Malaysian Airlines, votre administration n’a toujours pas publié de rapport des renseignements proposant une liste exhaustive des preuves des responsabilités des uns et des autres – ne parlons même pas d’étayer les affirmations répétées selon lesquelles l’avion aurait été abattu par les séparatistes Ukrainiens qui auraient utilisé un missile fourni par les Russes.

Votre gouvernement n’a pas fourni la moindre image satellite montrant que les séparatistes disposeraient d’un tel armement, en plus de l’absence d’autre preuve. La crédibilité de Washington, et la vôtre, ne cesseront de se dégrader si vous refusez de – ou êtes incapables de – présenter plus de preuves tangibles appuyant les affirmations du gouvernement.

Dans ce qui suit, nous abordons cela dans la perspective d’anciens professionnels du renseignement cumulant 260 ans d’expérience dans divers secteurs du métier.

Nous, soussignés anciens officiers du renseignement, voulons vous faire part de notre préoccupation concernant les preuves dont on allègue jusqu’ici qu’elles accusent la Russie de la destruction du vol 17 de Malaysian Airlines. Nous sommes retraités du gouvernement et aucun de nous n’est payé par CNN, Fox News ou autre titre de media. Notre objectif avec ce texte est de fournir une perspective nouvelle et différente.

En tant qu’anciens analystes du renseignement habitués à attendre, sauf en situations d’urgence, des informations concluantes avant de se précipiter pour émettre un jugement, nous estimons que les accusations contre la Russie doivent être ancrées dans de solides et beaucoup plus convaincantes preuves. Et ce d’autant plus, dans des situations explosives comme la destruction d’un avion de ligne.

Nous sommes également troublés par l’amateurisme avec lequel des preuves confuses et fragiles ont été avancées, certaines sur les « media sociaux »

En tant que professionnels du renseignement, nous sommes embarrassés par l’utilisation de renseignements partiaux, ce qui n’est pas la manière des vrais professionnels. En tant qu’Américains, nous avons l’espoir que si vous avez effectivement des preuves plus concluantes, vous trouverez un moyen de les rendre publiques sans délai supplémentaire. En accusant la Russie d’être directement ou indirectement responsable, le Secrétaire d’Etat John Kerry a été particulièrement catégorique. Les preuves le sont beaucoup moins. Ses affirmations semblent prématurées et ressemblent à une tentative « d’intoxiquer les jurés ».

Noircir la Russie

Nous voyons une étrange ressemblance avec un précédent exercice de la “diplomatie publique” américaine duquel des leçons de grande valeur peuvent être tirées par ceux qui sont plus intéressés par la vérité que par l’exploitation de tragiques accidents à des fins propagandistes. Nous faisons référence au comportement de l’administration Reagan dans les tous premiers instants après que le vol 007 de la Korean Airlines eut été abattu au-dessus de la Sibérie le 30 août 1983. Ci-dessous, nous brossons à grands traits le résumé de cette tragique affaire puisque nous soupçonnons que vous n’avez pas été mis au courant de façon convenable. Vous reconnaîtrez des parallèles évidents.

L’avantage pour nous d’avoir longuement occupés des postes d’officiers du renseignement est que nous avons le souvenir «de première main» de ce à quoi nous avons assisté: nous oublions rarement les événements majeurs dans lesquels nous avons joué un rôle d’analyste ou quoi que ce soit d’autre. Pour dire cela autrement, nous savons presque tous «où exactement nous étions» quand un chasseur soviétique abattit le vol 007 de la Korean Airlines au dessus de la sibérie le 30 Août 1983, plus de trente années plus tard.

A ce moment-là, nous étions des officiers du renseignement en service actif. Vous aviez 21 ans, et la plupart des gens qui vous entourent aujourd’hui étaient encore plus jeunes.

Ainsi, il semble possible que vous appreniez comment cette affaire du KAL007 s’est déroulée, pour ainsi dire, pour la première fois, Et que désormais vous devriez être plus conscient des sérieuses implications sur les relations des USA et de la Russie au regard de la façon dont l’affaire de l’interception du Vol 17 se déroule.Et que vous apparaîtra tout le mérite qu’il y a à empêcher que nos liens avec la Russie ne tombent dans un état de complète ruine. 

De notre point de vue, le danger stratégique éclipse tout autre considération.

Quelques heures après le crash tragique du 30 août 1983, l’administration Reagan a utilisé sa machine à propagande bien huilée pour tordre les renseignements alors disponibles dans le sens d’ une responsabilité des Soviétiques quant à la mort des 269 passagers du KAL 007. L’avion de ligne a été abattu après s’être écarté de sa route de plusieurs centaines de miles et avoir pénétré dans l’espace aérien russe, juste au-dessus des installations militaires sensibles du Kamtchatka et de l’île de Sakhalin. Le pilote soviétique a essayé de signifier à l’avion qu’il devait atterrir mais les pilotes du KAL n’ont pas répondu aux avertissements répétés.

Au milieu de toute cette confusion sur l’identité de l’avion (un avion-espion Américain étaient dans les parages quelques heures plus tôt), le contrôle au sol soviétique a ordonné au pilote de faire feu.

Les Soviétiques avaient déjà réalisé leur terrible erreur. Les services de renseignements Américains savaient aussi déjà, sur la base de données sensibles interceptées, que cette tragédie était le résultat d’une bourde et non pas d’un acte de meurtre délibéré (tout comme le 3 juillet 1988 où le USS Vincennes a abattu un avion civil Iranien au dessus du Golfe Persique, tuant 290 personnes, un acte que le Président Donald Reagan a qualité avec dédain d’ “accident compréhensible”).

Afin de noircir encore plus le tableau contre Moscou pour avoir abattu l’avion de ligne KAL, l’administration Reagan a supprimé des preuves à décharge issues d’interceptions électroniques américaines. La ritournelle de Washington devint alors : ” Moscou a volontairement abattu un avion de ligne civil”. Newsweek en avait fait sa une avec le titre ” Meurtre dans le ciel”. (apparemment, tout cela n’a pas beaucoup changé, la couverture du Time de cette semaine annonçait ” La Guerre froide II” et ” Le jeu dangereux de Poutine”. La couverture de Simon Shuster, ” En Russie, crime sans sanction” mériterait un A-plus dans le cours de William Randolph Heart ” Yellow Journalism 101.”)

Lorque le vol KAL 007 a été descendu, Alvin A. Snyder, directeur de la division télévision et film de l’Agence des Information des États-Unis a été enrôlé dans dans un travail concerté “d’amasser le plus grand nombre d’injures possible sur l’Union Soviétique”, comme Snyder écris dans son livre “Guerriers de la désinformation”.

Lui et ses colloques on également gagné un A-Plus pour avoir orienté de la sorte les grands médias. Par exemple, Ted Koppel de ABC a noté avec une fierté patriotique “Cela a été une de ces occasions où il y a très peu de différence entre la cuisine répandue par les organes de propagande du gouvernement américain et ce que diffusent les réseaux commerciaux”.

“Faire coller” le Renseignement à la Politique

«L’impression que nous voulions transmettre, c’est que l’Union soviétique avait froidement effectué un acte barbare», écrit Snyder, ajoutant que l’administration Reagan est allé jusqu’à présenter un compte rendu falsifié des interceptions au Conseil de sécurité des Nations Unies sur 6 septembre 1983.

C’est seulement une dizaine d’années plus tard, quand Snyder a vu les transcriptions complètes – y compris les parties que l’administration Reagan avait cachées – qu’il a pleinement réalisé combien les éléments centraux de la présentation des États-Unis étaient faux.

Les interceptions ont montré que le pilote de chasse soviétique croyait qu’il poursuivait un avion espion américain et qu’il avait du mal à identifier l’avion dans l’obscurité. Suivant les instructions du commandement au sol, le pilote avait fait le tour de l’avion KAL et balancé ses ailes pour donner l’ordre à l’appareil d’atterrir. Le pilote a également dit avoir tiré des coups de semonce. Cette information “n’est pas sur la bande que nous avons reçu”, a écrit Snyder.

Il est devenu très clair pour Snyder qu’en salissant les Soviétiques, l’administration Reagan avait présenté de fausses accusations à l’Organisation des Nations Unies, de même qu’à la population des États-Unis et du monde entier. 

Dans son livre, Snyder a reconnu son rôle dans le mensonge, mais en a tiré une conclusion cynique.

Il écrit : “La morale de l’histoire est que tous les gouvernements, y compris le nôtre, mentent quand ça correspond à leurs fins. La clé est de mentir le premier

Les tentatives tortueuses de votre administration et des sténographes dans les médias à blâmer la Russie pour l’attentat du vol MH 17 ,jointes au passé peu enviable de John Kerry en matière de crédibilité, nous conduisent malgré nous à la conclusion que le syndrome que Snyder décrit peut également être à l’œuvre dans votre propre administration ; de nouvelles mœurs, « placer votre propre mensonge en premier » ont remplacé les anciennes, « vous connaîtrez la vérité. » Au minimum, nous croyons que le Secrétaire Kerry montre une hâte inconvenante dans sa détermination à être le premier sur la grille de départ.

Les deux parties ne peuvent dire la vérité

Nous avons toujours été fiers de ne pas tirer à l’aveuglette, mais plutôt de faire de l’analyse du renseignement basée sur des preuves. La preuve qui a été apportée jusqu’à présent ne résiste pas à l’analyse ; elle ne permet en l’état de juger quel camp est en train de mentir à propos du tir sur le vol 17.

Notre expérience professionnelle toute entière tend à nous faire suspecter les Russes, presque instinctivement. Notre expérience plus récente, en particulier l’observation du Secrétaire d’état Kerry à présenter, de façon peu judicieuse, un faux rapport comme des preuves, nous amène à reconsidérer nos prédispositions initiales.

Il semble que chaque fois que Kerry cite une preuve qui peut être vérifiée (comme les soit-disants tracts antisémites distribués dans l’est ukrainien ou bien les hypothétiques forces spéciales russes qui seraient arrivées en Ukraine) les preuves font ‘pschitt’ comme le dirait Kerry dans un contexte différent. Et encore, ces fausses affirmations passent pour de petites bourdes comparées aux plus grosses tromperies comme la déclaration faite par Kerry le 30 août 2013, répétant pas moins de trente fois que nous “savions” que le gouvernement de Bachar al Assad était responsable de l’incident chimique près de Damas neuf jours auparavant.

Le 3 septembre 2013 -à la suite de votre décision d’annuler l’attaque sur la Syrie dans l’attente d’une autorisation du Congrès- Kerry était encore en train de pousser à l’agression lors d’une audition devant une Comission du Sénat sur les Affaires Etrangères extraordinairement compatissante.

Le jour suivant, Kerry dressait une critique personnelle du Président Poutine plus qu’insolite, en déclarant : “Il ment, et il le sait. C’est triste”.

Tout aussi sérieux, pendant la première semaine de septembre 2013, alors que vous ajoutiez la touche finale avec le Président Vladimir Poutine à propos de l’accord selon lequel les armes chimiques Syriennes seraient détruites, John Kerry fit une déclaration qui nous a laissés perplexes. Le 9 septembre 2013, il se trouvait à Londres pour promouvoir encore une fois des frappes sur la Syrie pour avoir franchi la “Ligne Rouge” que vous aviez fixée contre l’utilisation par la Syrie d’armes chimiques.

Lors d’une conférence de presse officielle, Kerry a sèchement rejeté la possibilité que Bachar El Assad puisse un jour abandonner son arsenal chimique en déclarant “Il n’est pas près de le faire ; il n’y a pas de solution”.

A peine quelques heures plus tard, Russes et Syriens annonçaient l’accord de la Syrie à faire exactement ce que Kerry avait exclu comme étant impossible Vous l’avez renvoyé à Genève signer l’accord qui fut officiellement conclu le 14 septembre.

A propos du fait que le Malaysia Airlines a été abattu le 17 juillet, nous pensons que Kerry a typiquement été trop vite dans son jugement et que son passif inouï heurtant sa crédibilité cause un énorme désavantage dans nos manœuvres diplomatiques et de propagande vis à vis de la Russie. Nous suggérons que vous appeliez à une trêve de cette offensive diplomatique mal ficelée. Si toutefois vous décidiez de poursuivre dans une voie ou une autre, nous vous suggérons d’essayer de trouver un homme (ou une femme) d’État à la réputation moins ternie.

Deux choix possibles

Si les renseignements dont on dispose sur l’avion abattu sont si faibles qu’il y paraît à la vue des fragments du plus grand flou qui ont été relayés, nous recommandons fortement que vous appeliez à une halte dans la guerre de propagande et attendiez les conclusions de ceux qui sont chargés de l’enquête sur ce crash.

D’autre part, si votre administration dispose de preuves plus concrètes, tangibles ; nous suggérons fortement que vous considériez votre approbation à leur diffusion ; quand bien même il y aurait des risques de dégâts pour nos “sources et méthodes”. 

Trop souvent cette clause [sources et méthodes NdT] est utilisée pour empêcher l’information de tomber dans le domaine public auquel elle appartient dans notre cas.

Il y a eu des moments cruciaux par le passé où des présidents ont reconnu le besoin de lever le voile du secret afin de montrer ce que certains appellent ” un respect décent pour les opinions du genre humain” ou même pour justifier des actions militaires.

En tant que Vétéran retraité de la CIA, Milton Bearden a mis en lumière qu’en certaines occasions protéger les sources et les méthodes cause plus de dégâts à la sécurité nationale que de les révéler.

Par exemple, Bearder a noté que Donald Reagan avait exposé une source sensible du renseignement en montrant à un monde sceptique la raison de l’attaque Américaine contre la Libye en représailles de l’attentat contre La Belle Disco dans Berlin ouest le 5 avril 1986. Cette attaque à la bombe a tué deux militaires américains et une femme turque et a blessé plus de 200 personnes parmi lesquelles 79 militaires américains.

Des messages interceptés entre Tripoli et des agents en Europe ont clairement montré que la Libye était derrière cette attaque. En voici un extrait : ” A une heure et demie du matin, un des actes a été perpétré avec succès sans laissé aucune trace.”

Dix jours après l’attentat, les États-Unis lançaient leurs représailles, plus de soixante chasseurs de l’Air Force frappaient la capitale Lydienne Tripoli et la ville de Benghazi. Cette opération a été largement comprise comme une tentative d’assassinat contre le colonel Muhammar Kadhafi, qui a survécu, mais sa fille adoptive âgée de quinze mois a péri dans les bombardements ainsi qu’au moins quinze autres civils.

Il y a 30 ans, il y avait plus de honte à l’assassinat d’enfants. Comme la réprobation mondiale augmentait à la suite des bombardements américains, l’administration Reagan rendit public le message intercepté et décodé, envoyé par le Bureau Populaire libyen à Berlin Est reconnaissant le « succès » de l’attaque contre la discothèque, et ajoutant la fanfaronnade ironique inappropriée « sans laisser de traces ».

L’administration Reagan prit la décision de renoncer à une source de renseignement hautement sensible, sa capacité à intercepter et déchiffrer les communications libyennes. Mais une fois que le reste du monde a eu pris en compte cette preuve, la protestation internationale se calma et la plupart des gens considérèrent justifiées les représailles contre Tripoli.

Si vous aviez les renseignements…

Si les Etats Unis avaient des preuves plus convaincantes que ce qui a pour l’instant été présenté concernant la responsabilité du crash du vol MH17, nous croyons qu’il serait idéal de trouver un moyen de rendre ces renseignements publics – même au risque de compromettre les “sources et méthodes”. De plus, nous vous suggérons d’attirer l’attention de vos subordonnés sur le fait de ne pas rabaisser la crédibilité des États- Unis en publiant des informations capitales via des réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook.

La réputation du messager est également capitale pour la crédibilité dans ce domaine de la “diplomatie publique”. Il doit ainsi vous sembler clair que, de notre point de vue, le Secrétaire Kerry représente plus un frein qu’un atout à cet égard. De la même façon, au sujet du Directeur du Renseignement National James Clapper, sa déclaration sous serment du 12 mars 2013 devant le Congrès qu’il admit plus tard être “à l’évidence erronés” concernant la collecte d’informations de la NSA devraient le disqualifier. Clapper devrait être maintenu très loin de l’affaire du vol MH17.

Ce qui est nécessaire, si vous avez de vrais renseignements, est une étude inter-agences de renseignement (du genre de celle utilisée par le passé pour mettre à jour les renseignements). Nous avons entendu indirectement par d’anciens collègues que ce que le Secrétaire Kerry est en train de colporter n’est pas digne des pratiques du vrai renseignement. Il en était ainsi en août dernier quand Kerry a créé une tribune unique appelée ” Etude (as du renseignement)” accusant, sans preuve vérifiable, Bachar Al Assad de l’attaque chimique près de Damas, parce que les analystes du renseignement honnêtes refusaient alors d’aller jusque- là et ils ont eu du flair.

Nous pensons que vous avez besoin de chercher des analystes en renseignements honnêtes et de les écouter. Alors vous serez persuadé de prendre des mesures pour résorber le risque que les relations avec la Russie ne s’intensifient d’une “Deuxième Guerre Froide” à une confrontation armée. En toute franchise, nous voyons peu de raisons de croire que le Secrétaire Kerry et vos autres conseillers ne mesurent l’ampleur du danger.

Dans le Mémorandum le plus récent (le 4 mai) que nous vous ayons adressé, M. le Président, nous vous avertissions que si les États-Unis souhaitaient “mettre fin à une guerre civile sanglante entre l’Est et l’Ouest de l’Ukraine et prévenir une intervention militaire Russe en Ukraine de l’Est, vous devriez être capable de le faire avant que les violences ne deviennent complètement hors de contrôle. Le 17 juillet, vous vous êtes joints aux principaux dirigeants d’Allemagne, de France et de Russie pour appeler à un cessez-le-feu. La plupart des observateurs bien informés pensent que vous avez en votre pouvoir la capacité de le faire accepter par les dirigeants Ukrainiens. Plus l’offensive de Kiev contre les séparatistes dans l’est Ukrainien dure, plus de telles positions Américaines apparaissent comme hypocrites.

Nous réitérons notre recommandation du 4 mai que vous extirpiez les causes profondes de ce confliten désavouant publiquement toute volonté d’intégrer l’Ukraine dans l’OTAN et qu’il soit clair que vous êtes prêt à rencontrer personnellement le président Russe Poutine sans délai pour discuter des voies de sortie de la crise et pour reconnaître la légitimité de chacun des protagonistes. La proposition d’un Sommet rapide a eu un écho extraordinaire dans la presse Russe contrôlée et indépendante. Elle n’en pas eu autant dans le presse “Mainstream” américaine. Nous ne vous avons pas non plus entendu vous exprimer à ce propos.

Dans l’attente d’une réponse de votre part,

Préparé par le VIPS (Veteran Intelligence Professionals for Sanity) Steering Group.
William Binney, ancien Directeur Technique en analyses militaires et géopolitiques, NSA; co-fondateur du SIGINT Automation Research Center.
Larry Johnson, CIA et Département d’Etat.
Edward Loomis, Cryptologue en sciences informatiques à la NSA.
David MacMichael, Conseil National du Renseignement.
Ray McGovern, ancien officier d’infanterie et de renseignements dans l’US Army et analyste à la CIA.
Elizabeth Murray, adjointe à l’officier national du renseignement pour le Moyen-Orient.
Coleen Rowley, Division Counsel et agent spécial du FBI.
Peter Van Buren, Département d’Etat Américain, ancien Service Officer.
Ann Wright, collaboratrice à l’US Army, officier du service des affaires étrangères.

Source : ConsortiumNews, traduction collective pour www.les-crises.fr

NB. « Veteran Intelligence Professionals for Sanity » est un groupe d’anciens fonctionnaires des services secrets américains, dont la CIA, les bureaux des services secrets du secrétariat d’Etat (INR) et des services secrets de l’armée (DIA). En janvier 2003, ils ont formé une organisation nationale pour lutter contre l’utilisation trompeuse d’informations des services secrets, sur laquelle l’invasion anglo-américaine de l’Irak fut fondée.

Avant l’attaque de l’Irak en 2003, ce groupe publia une lettre, dans laquelle il expliquait que les analystes des services de renseignement n’avaient jamais été entendus par les hommes politiques. En août 2010, il rédigea un mémorandum à l’attention de la Maison blanche, dans lequel il mettait en garde contre une attaque israélienne imminente de l’Iran.

 

 


Tag(s) : #international
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :