Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Reflets de Chine

 

Li, médecin de campagne : quand la solidarité n’est pas qu’un mot
medecin Li, médecin de campagne : quand la solidarité n’est pas qu’un mot

La période de Noël étant riche en contes et légendes, le récit qui suit trouve toute sa place en se terminant par une note d’espoir. Celle-ci n’est pas à mettre à l’actif d’un quelconque miracle ou d’une narration embellie pour la circonstance, mais d’une réalité dont les acteurs sont des êtres humains n’ayant rien d’imaginaires. Cette réalité a pour base la pauvreté qui est en Chine autre chose qu’une simple statistique ou une raison de verser une larme plus ou moins hypocrite sur des images volontairement misérabilistes. Pour les habitants de ces zones déshéritées, la pauvreté est en effet moins visible que dans certaines villes du fait que tout le monde se situe au même niveau. La seule richesse devient alors la solidarité, ce même si ce sentiment est imposé par le besoin de simplement survivre.

Originaire de Luijing dans le district d’Hengxian, Li s’y est installé comme médecin en 2003. Dispersés sur les collines environnantes, ce sont huit villages majoritairement peuplés de paysans Zhuang qui font partie du territoire où exerce le médecin. Li étant Issu d’une famille de paysans, ses parents ont consenti de nombreux sacrifices pour financer ses études. Lorsque Li leur a annoncé qu’il installait sa petite clinique dans la maison de ses grands-parents, ils ont tenté de le dissuader, mais rien n’y a fait. « Tous les gens d’ici rêvent de partir et toi tu penses revenir vivre ici » était un des arguments de son père qui semblait tomber dans les ravins environnants tant Li campait sur sa décision.

Les bronchites, le tétanos, les accouchements et les blessures provoquées par un coup de machette maladroit sont le quotidien de Li. La plupart du temps,  il note sur un carnet le montant des médicaments administrés en attendant que ses patients récupèrent les quelques centaines de yuans de la prochaine récolte. Si Li comptabilise ainsi les traitements, il se garde toutefois de réclamer son dû malgré les longues heures de marche sur des chemins escarpés.

medecin2 Li, médecin de campagne : quand la solidarité n’est pas qu’un mot

En 2004 Li se marie et un an plus tard naît une fille, ce qui comble de bonheur le médecin et son épouse. Souffrant depuis quelque temps de douleurs rénales, Li passe des examens qui révèlent une urémie très élevée. Ses collègues médecins ne sont guère optimistes avec pour choix une espérance de vie de quelques mois ou une coûteuse greffe. Li ne disposant pas des 300 000 yuans nécessaires à l’intervention, il se contente de quelques séances de dialyses réalisées chez lui avec l’aide de son épouse. Conscient de son état, Li rédige alors une demande de divorce en expliquant à Xiaomei son épouse que vu son jeune âge et ses qualités, elle n’aura aucun mal à se remarier et qu’il est hors de question qu’elle reste auprès de celui appelé à mourir sous peu. Malgré l’insistance de son mari, la jeune femme refuse cette proposition en affirmant sa volonté de rester jusqu’au bout à ses côtés. Si Li ne montre rien de son état de santé à ses patients en continuant d’arpenter les pentes des collines le menant aux villages, Xiaomei et les parents de Li ont le plus grand mal à cacher leur tristesse.

Même après avoir vendu tout ce qu’ils pouvaient, les parents de Li sont très loin de réunir la somme indispensable à sauver leur fils. Mis au courant des problèmes de santé de leur médecin à qui ils vouent une sincère admiration, les villageois se réunissent afin de trouver une solution. Si la pauvreté accumulée ne donne souvent qu’un pauvre résultat, l’élan de solidarité dépasse dans ce cas les limites des villages et donne lieu à un appel aux dons sur le district. L’appel est relayé par l’association locale des femmes  et ce sont des dizaines milliers de yuans qui sont récoltés, le gouvernement d’Hengxian intervenant financièrement pour atteindre les 300 000 yuans nécessaires.

La mère de Li s’étant proposée pour faire don d’un de ses reins, la famille se rend à Pékin pour la transplantation. Après que la mère de Li ait subi des examens, ce qui commençait à ressembler à un espoir se transforme en une nouvelle catastrophe. Plusieurs calculs rénaux ayant été repérés lors des examens, la greffe ne peut avoir lieu. Li a bien une jeune sœur prête à donner un de ses reins, mais c’est son frère qui s’oppose à cette offre. Devant se marier dans les prochains mois, Li a peur que l’opération chirurgicale empêche sa sœur d’avoir ensuite un enfant.

medecin3 Li, médecin de campagne : quand la solidarité n’est pas qu’un motVivant à Shenzhen, la jeune sœur de Li rejoint sa famille revenue au point de départ pour se livrer à un véritable siège ayant pour finalité de convaincre son frère. Li refusant toujours cette possibilité, c’est le futur mari de sa sœur qui effectue à son tour le déplacement. Il explique à Li que sa sœur est très malheureuse de son refus et que pour sa part le risque de ne pas avoir d’enfant passe au second plan derrière le bonheur de sa future épouse. Li finit par se laisser convaincre et un nouveau voyage est organisé vers la capitale. Si la greffe se passe sans problème, la sœur de Li mettra au monde un an plus tard un superbe garçon.

Les dons ayant continué à affluer, une partie va être utilisé pour moderniser la clinique de Li et c’est un environnement rénové que le médecin de campagne trouve à son retour. Le gouvernement local ayant attribué une dotation de 20 000 yuans pour acheter des médicaments, Li reprend ses visites après quelques semaines de repos.

Cette histoire ayant fini par remonter aux oreilles des médias nationaux, certes avec un peu de retard, une équipe de CCTV est récemment venue réaliser un reportage diffusé quelques jours après. Un conte de Noël « Made in China » ? Non, simplement un aspect d’une société trop souvent résumée à celle d’un potentiel de clientèle sans âme. C’est justement en s’écartant de ce « potentiel » que l’on découvre certaines réalités de ce pays pour peu de prendre la peine de les regarder d’un œil n’ayant rien de complaisant, ni de systématiquement critique.

Joyeux Noël !

Tag(s) : #international
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :