Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Venezuela

la victoire de Chavez, c'est la défaite de l'impérialisme

par Jean LEVY    

 

 

Hugo Chavez a été réélu dimanche à la présidence du Venezuela pour un nouveau mandat de six ans face au candidat d'opposition, Henrique Capriles, confortant son image de figure dominante de l'histoire de l'Amérique latine moderne.

 

Le président sortant a été réélu avec 54 % des voix devant son rival Henrique Capriles Radonski, qui a reconnu sa défaite. 

  

 

Le président sortant, sans cesse réélu depuis 14 ans, a remporté 54,42% des suffrages, contre 44,97% à son rival de droite, avec 80% de participation. Hugo Chavez  a bénéficié d'un total de voix jamais atteint.

 

Le peuple a afflué dans les rues de Caracas et allumé des feux d'artifice pour célébrer la victoire d'un homme qui a un statut quasi-messianique parmi les pauvres de son pays.

      Au pouvoir depuis quatorze ans, Chavez est élu pour la troisième fois depuis la nouvelle Constitution, adoptée en 1999.  

 

 

 

Pourtant, le candidat "de l'opposition", Henrique Capriles, espoir  de la bourgeoisie du Venezuela,  avait espoir de l'emporter grâce au soutien financier énorme dont il disposait.

Sa défaite est également celle des  Etats-Unis, de l'Union Européenne, des des cercles dirigeants français , qui souhaitaient la "fin du cauchemar" avec la chute de Chavez. Ils escomptaient ainsi mettre un terme à un système opposé la domination du Capital, exemple funeste pour eux,  et source de confiance pour les autres nations d'Amérique latine, Cuba d'abord, l'Equateur, la Bolivie, ensuite, qui se sont émancipés du joug impérialiste, et également, pour toutes les nations du monde qui sont encore rivées à ses chaines.

 

Trois leaders de la gauche latino-américaine, Cristina Kirchner, Rafael Correa et Evo Morales ont salué dimanche 7 octobre dans la soirée la réélection du président Hugo Chavez à la tête du Venezuela.

Immédiatement après l'annonce des résultats, la première réaction est venue de Buenos Aires, avec un message de félicitations de la présidente argentine Cristina Kirchner. "Hugo, aujourd'hui, je tiens à te dire que tu as labouré, semé, arrosé et qu'aujourd'hui tu as récolté", a écrit Cristina Kirchner.

A Quito, le président socialiste équatorien Rafael Correa a également félicité son homologue vénézuélien, dont il est proche. "Chavez vainqueur avec près de 10 points d'avance ! Vive le Venezuela, vive la Grande Patrie, vive la Révolution bolivarienne !", a affirmé Rafael Correa .

Autre proche allié d'Hugo Chavez, le président bolivien Evo Morales a salué le "triomphe" de la démocratie" au Venezuela, dans un message publié par l'agence officielle bolivienne. "La victoire de Chavez est aussi la victoire de tous les peuples d'Amérique latine qui luttent avec leur dignité, souveraineté et destin propres", a estimé Evo Morales.

 

Ils ont bonne mine, les journalistes aux ordres, qui en France, annonçaient ces jours derniers "un scrutin serré", et la "possible" défaite de Chavez. Ils en salivaient d'avance de bonheur. Ils finissaient par croire à leurs propres mensonges. ..

Merci au peuple du Venezuela, qui par son vote, nous donne espoir ! 

Tag(s) : #Contre l'impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :