Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Xi Jinping en Afrique pour compter les amis

Xi Jinping en Afrique 

En France se déroule cette semaine une forme très locale de politique marketing. Après s'être affrontés sur des promotions ayant pour base diverses promesses électorales, les deux supermarchés que sont le PS et l'UMP jouent aux dames sans pour cela que pour une fois DSK soit  impliqué. Après la démission du ministre du Budget pour cause d'enquête sur un possible blanchiment de fraude fiscale, un autre pion est poussé vers la sortie avec la mise en examen de l'ex-président de la République pour abus de faiblesse (Pas celle des Français, mais d'une milliardaire). Avec des panneaux publicitaires ayant pour peinture de fond la stagnation durable de l'économie, une partie des Français ne peut que constater ce que coûte l'immobilisme, pratique commerciale en vogue depuis des décennies consistant à se regarder le nombril.

Dans le même temps, les chefs des deux premières puissances économiques que sont les USA et la Chine sont en déplacement à l'étranger.

Si le président Obama a naturellement choisi de rendre visite à son allié inconditionnel qu'est Israël, Xi Jinping en fait de même avec la Russie comme première destination en tant que chef d'État. Bien que l'un comme l'autre aient depuis longtemps laissé de côté les aspects strictement communistes, de nombreux liens unissent les deux gouvernements.

Seul contrepoids crédible à la toute-puissance américaine, Chine et Russie sont souvent citées comme autant d'obstacles à certaines décisions ayant toutes pour finalité une intervention militaire.

C'est ici que l'on trouve un des aspects commerciaux de la politique, les USA étant des spécialistes en armements dont il faut bien écouler le stock pour faire tourner les usines. Si cette spécialisation est connue et reconnue, cela ne signifie nullement que Chine et Russie ne considèrent pas ce secteur comme porteur. États-Unis, Russie, Allemagne, France et Chine sont en effet les 5 premiers marchands d'armes au monde, ce même si les USA s'adjugent près de 80 % de parts de marché. Ne restent donc qu'un peu plus de 20 % à se partager en 4, ce qui en réalité représente assez peu avec une Chine ne pesant que 5% dans le total.

Malgré cette alliance sino-russe, la puissance militaire demeure à l'avantage des « pays de l'axe du bien » regroupant les USA, ses valets de l'OTAN et un Japon de plus en plus prompt à se réfugier dans les plis de la bannière étoilée, ce sans doute au nom de vieilles ambitions communes visant à coloniser la planète.

Devant cette situation militairement peu avantageuse, la Chine n'a d'autres choix que de diversifier son économie afin de multiplier les clients, mais aussi les fournisseurs.

Carte d'afrique

 

Bien que la Chine soit en Afrique depuis longtemps, ces dernières années sont marquées par une accentuation de cette présence, ce sous diverses formes.

Contrairement aux Occidentaux, la Chine n'apporte pas la parole du Christ ou la civilisation, mais majoritairement des infrastructures qui viennent en échange d'une partie des ressources minières et autres provenant de certains pays d'Afrique.

Malgré ce que certaines mauvaises langues s'évertuent à faire croire, la présence accrue de la Chine en Afrique est largement bénéfique à cette dernière comme le prouvent les hausses sensibles du PIB par habitant des pays devenus fournisseurs et clients.

En participant à la hausse de la demande de certaines ressources, les prix de celles-ci ont sensiblement augmenté, ce qui profite à une bonne part des habitants, mais a pour contrepartie d'irriter les anciens locataires à titre gracieux que sont certains pays occidentaux.

On trouve d'ailleurs dans cet agacement une des raisons faisant qu'un dictateur longtemps ami devient un ennemi dès que trop d'entreprises chinoises s'implantent sur un domaine longtemps réservé.

La volonté de démocratie des peuples ayant eu de tout temps le dos large, la puissance financière de certaines nations n'a guère de mal à former quelques meneurs qui ensuite jouent les bergers d'un troupeau à qui l'on promet des lendemains meilleurs. Le réveil est souvent douloureux, mais c'est une autre histoire et surtout la leur avec des peuples "libérés" souvent laissés seuls après quelques mois ou années d'occupation plus ou moins fructueuse.

Pour en revenir à la Chine grâce à un lien très étroit avec ce qui précède, le président Xi Jinping se rendra ensuite en Tanzanie, au Congo ainsi qu'en Afrique du Sud où se tiendra les 26 et 27 mars le 5ème sommet des chefs d'État des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

S'il y a peu de risques que Xi Jinping exprime son immense joie à sa descente d'avion par un « C'est sans doute la journée la plus importante de ma vie politique » que nous laisserons sans aucun regret à son auteur original, ces différentes visites revêtent une grande importance dans une ambiance aussi diplomatiquement tendue qu'économiquement morose. Le problème des îles Diaoyu, les menaces d'obstacles supplémentaires de la part de certains pays occidentaux sur les exportations ne sont que deux éléments poussant les dirigeants chinois à jauger où sont leurs véritables alliés.

Conjointement à la nomination d'une nouvelle équipe dirigeante, la Chine doit démontrer qu'après avoir été entièrement à part, elle est devenue une nation à part entière, ce que beaucoup voient d'un mauvais œil en craignant de devoir faire une place sur un divan où ils se prélassent depuis des décennies.

 
Tag(s) : #Contre l'impérialisme
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :