Pages d"écriture

Vendredi 18 avril 2014 5 18 /04 /Avr /2014 07:55

 COMITE VALMY  

 

A LIRE SUR LE SITE :

 

          

Communiqué du Comité Valmy :

 
        L’exemple du combat patriotique et antinazi de la Résistance du CNR et de Jean Moulin guide nos pas !
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4481

        Les cauchemars des ennemis de la Syrie

Par Ghaleb Kandil
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4483

        Visite du chef de la CIA à Kiev, Moscou réclame des explications 
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4484

        L’Occident vu par les Égyptiens

Par Tarek Ezzat
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4482

        La Grèce, une colonie allemande qui souhaiterait l’aide de la Russie !

par Olivier Renault
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4480

        Ce que nous coûte l’OTAN 

par Manlio Dinucci - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4479

        La funeste visite de Merkel à Athènes -

par Olivier Renault
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4478

        Finkielkraut à l’Académie Française : il l’a bien mérité -

par CAPJPO-EuroPalestine
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4476

        Lettre de Vladimir Poutine aux dirigeants européens sur le règlement de la dette gazière de l’Ukraine
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4477

        L’amour fou de Manuel Valls pour Israël, le Qatar et le Maroc 

Par Jacques-Marie Bourget
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4450

Par Jean Lévy - Publié dans : Pages d"écriture - Communauté : Communard toujours !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 13 avril 2014 7 13 /04 /Avr /2014 07:40

Le Blog d'Olivier Berruyer

10
Avr
2014

 La fabrication du consentement,

par Noam Chomsky

 

Les plus fidèles du blog savent l’intérêt que je porte à l’oeuvre de Noam Chomsky, en particulier sur le domaine de la “fabrication de l’opinion publique” par les médias. C’est tellement d’actualité !

Je reprends donc sur ce thème ce billet de l’excellent blog www.noam-chomsky.fr.

Extrait du livre La fabrication du consentement, par Noam Chomsky et Edward Herman, Editions Agone.

La fabrication du consentement, 2002

L’ouvrage de Noam Chomsky et Edward Herman, Manufacturing consent, vient de reparaître dans sa version intégrale sous le titre La fabrication du consentement : une nouvelle édition revue et actualisée, une nouvelle traduction [1] aux Editions Agone.

On lira ci-dessous, précédé d’une rapide présentation du livre, de très larges extraits de l’analyse de l’un des filtres du « modèle de propagande » proposé par les auteurs : le filtre constitué par les sources d’information.

Présentation de l’éditeur

« Dans cet ouvrage, désormais un classique outre-Atlantique (1988, rééd. 2002), les auteurs présentent leur « modèle de propagande », véritable outil d’analyse et de compréhension de la manière dont fonctionnent les médias dominants. Ils font la lumière sur la tendance lourde à ne travailler que dans le cadre de limites définies et à relayer, pour l’essentiel, les informations fournies par les élites économiques et politiques, les amenant ainsi à participer plus ou moins consciemment à la mise en place d’une propagande idéologique destinée à servir les intérêts des mêmes élites.

En disséquant les traitements médiatiques réservés à divers événements ou phénomènes historiques et politiques (communisme et anticommunisme, conflits et révolutions en Amérique Latine, guerres du Vietnam et du Cambodge, entre autres), ils mettent à jour des facteurs structurels qu’ils considèrent comme seuls susceptibles de rendre compte des comportements systématiques des principaux médias et des modes de traitement qu’ils réservent à l’information. Ces facteurs structurels dessinent une grille qui révèle presque à coup sûr comment l’inscription des entreprises médiatiques dans le cadre de l’économie de marché en fait la propriété d’individus ou d’entreprises dont l’intérêt est exclusivement de faire du profit ; et comment elles dépendent, d’un point de vue financier, de leurs clients annonceurs publicitaires et, du point de vue des sources d’information, des administrations publiques et des grands groupes industriels. »

En attendant de proposer ici même une présentation plus détaillée, on se bornera à ajouter que La fabrique du consentement propose une modélisation de la propagande – ce que les auteurs appellent « Le modèle de propagande » – qui repose sur l’identification de cinq filtres : 1. Tailles, actionnariat, orientation lucrative – 2. La régulation par la publicité – 3. Les sources d’information – 4. Contrefeux et autres moyens de pressions 5. L’anticommunisme.

Extrait

(sous-titres d’Acrimed)

 

Chapitre I. Un modèle de propagande3. Troisième filtre : Les sources d’information
Les médias sont en symbiose avec de puissantes sources d’information pour des raisons économiques et du fait d’intérêts partagés. Ils ont impérativement besoin d’un flux continu et stable d’information brute. Ils sont confrontés à une demande d’information quotidienne et à une grille horaire qu’ils doivent remplir. Pour autant, ils ne peuvent se payer le luxe de maintenir en permanence reporters et caméras partout où un événement important peut se produire. Les limites de leurs budgets leur imposent donc de concentrer leurs moyens là où les événements significatifs sont les plus fréquents, où abondent fuites et rumeurs, et où se tiennent régulièrement des conférences de presse.

 

Des sources officielles

La Maison-Blanche, le Pentagone, et le département d’État à Washington sont des épicentres de ce type d’activités. Au niveau local, la mairie et le siège de la police jouent le même rôle. Les grandes entreprises et sociétés commerciales sont également des producteurs réguliers et crédibles d’informations jugées dignes d’être publiées. Ces bureaucraties produisent en masse un matériel idéal pour alimenter la demande d’un flux régulier et planifié d’information, qui est celle des salles de rédaction : selon ce« principe d’affinité bureaucratique, seules d’autres bureaucraties peuvent satisfaire aux besoins d’une bureaucratie de l’information [2] ».

Les sources proches du gouvernement ou des milieux d’affaires ont aussi le grand avantage d’être reconnues et crédibles sur la seule base de leurs statut et prestige – ce qui est très important pour les médias. Mark Fishman observe que « les travailleurs de l’info sont prédisposés à prendre les déclarations des bureaucrates pour argent comptant car ils participent au renforcement d’un ordre normatif accréditant les experts officiels de la société. Les journalistes se comportent comme si les personnes autorisées savaient ce qu’il est de leur responsabilité professionnelle de savoir.[…] En particulier, un journaliste tiendra les allégations d’un responsable, non pour de simples allégations, mais pour des faits crédibles et établis. Cela revient à une division morale du travail : les responsables connaissent et communiquent les faits, les journalistes les relaient pour l’essentiel [3]  ».

Autre raison du poids considérable accordé aux sources officielles : les médias prétendent dispenser « objectivement » l’information. Afin de préserver cette image d’objectivité, mais surtout pour se mettre à l’abri de toute accusation de partialité et d’éventuelles poursuites pour diffamation, ils ont besoin de sources qui puissent être données comme a priori au-dessus de tout soupçon [4]. C’est aussi une question de coût : tirer des informations de sources tenues pour crédibles réduit d’autant les frais d’enquêtes ; tandis que les autres informations impliquent de minutieux recoupements et des recherches coûteuses.

La taille des services de communication des bureaucraties gouvernementales comme privées qui sont les sources primaires d’information est immense ; et elle assure un accès privilégié aux médias. Le service de presse du Pentagone, par exemple, emploie plusieurs dizaines de milliers de personnes et dépense annuellement des centaines de millions de dollars. En comparaison, les groupes ou individus dissidents sont des nains – pris individuellement mais également si on additionne les capacités de communication de toutes les organisations de ce type. Pour 1979-1980, au cours d’une très éphémère période d’ouverture (bien révolue), l’US Air Force (USAF) détailla l’ensemble de sa communication, soit :

  • 140 journaux, tirant à 690 000 exemplaires par semaine ;
  • Airman Magazine, mensuel tirant à 125 000 exemplaires ;
  • 34 radios et 17 chaînes de télévision émettant principalement à l’étranger ;
  • 45 000 communiqués de QG et d’unités ;
  • 615 000 communiqués concernant des personnels [5] ;
  • 6 600 interviews avec des médias d’information ;
  • 3 200 conférences de presse ;
  • 500 vols de repérage pour des journalistes ;
  • 50 rencontres avec des rédactions ;
  • 11 000 discours [6] .

Mais cela exclut encore de vastes domaines où s’exercent aussi les efforts d’information du public de l’USAF. En 1970, le sénateur J. W. Fulbright écrivait qu’en 1968 les services d’information de l’USAF employaient à plein temps 1 305 personnes, auxquels s’ajoutaient plusieurs milliers d’autres ayant « des fonctions de représentation parallèlement à d’autres responsabilités [7] ». À l’époque, l’USAF proposait aux télévisions une séquence filmée par semaine et enregistrait un programme destiné à être diffusé trois fois par semaine par 1 139 stations de radio. Elle produisit en outre cent quarante-huit films de cinéma, dont vingt-quatre furent distribués pour le grand public [8]. Selon des données plus récentes, l’USAF publiait deux cent soixante-dix-sept journaux en 1987 contre cent quarante en 1979 [9].

Encore ne s’agit-il là que de l’armée de l’air. Les trois autres armes sont dotées de moyens tout aussi énormes, auxquels s’ajoute un programme global d’information tous publics sous la responsabilité d’un secrétaire-adjoint à la Défense pour les relations publiques au Pentagone. En 1971, une enquête de l’Armed Forces Journal révéla que le Pentagone éditait au total trois cent soixante et onze magazines, dont le coût de publication se chiffrait à quelque cinquante-sept millions de dollars, soit un budget représentant seize fois celui du plus grand éditeur américain. Lors d’une remise à jour, en 1982, le même journal des forces armées indiquait que le Pentagone publiait 1 203 périodiques [10].

Pour donner une meilleure idée, comparons avec les moyens de l’American Friends Service Committee (AFSC) et du National Council of the Churches of Christ (NCC), soit deux des plus grandes ONG qui font entendre un point de vue défiant celui du Pentagone. Le secrétariat central des services d’information de l’AFSC disposait pour l’année 1984-1985 d’un budget inférieur à cinq cent mille dollars, pour une équipe de onze personnes. Annuellement, il publiait environ deux cents communiqués de presse, organisait environ trente conférences de presse et produisait un film et deux ou trois montages audiovisuels. Il ne proposait aucune séquence filmée ni programme radio préenregistrés aux médias. Le bureau d’information du NCC dispose, lui, d’un budget de quelque trois cent cinquante mille dollars, produit une centaine de communiqués et quatre conférences de presse par an [11]. Le ratio des communiqués de presse pour les deux ONG par rapport à l’USAF est de un pour cinquante (ou, si l’on compte aussi les communiqués sur les personnels de l’USAF, de un pour deux mille deux cents) ; celui des conférences de presse est de un pour quatre-vingt-quatorze – mais si on pouvait tenir compte de l’ensemble des services de communication du Pentagone, le différentiel se creuserait encore considérablement.

En matière de relations publiques et de propagande, seul le monde des affaires dispose des moyens de rivaliser avec le Pentagone et les autres services gouvernementaux. Ainsi, à la différence de l’AFSC et du NCC, Mobil Oil peut-il se permettre de dépenser des dizaines de millions de dollars pour acheter de l’espace dans différents médias et imposer ses vues [12].

En 1980, le budget relations publiques de Mobil Oil s’élevait à vingt et un millions de dollars et employait soixante-treize personnes. Entre 1973 et 1981, ce service produisit plus d’une douzaine de documentaires télévisés sur des sujets comme les fluctuations du prix de l’essence, allant jusqu’à payer des journalistes vedettes de la télévision pour interviewer les responsables de Mobil entre autres experts. Fréquemment diffusés à la télévision, ces documentaires l’étaient généralement sans aucune mention de leur financement par Mobil.

Le nombre d’entreprises qui disposent de budgets de communication et de lobbying excédant ceux de l’AFSC et du NCC se chiffre en centaines voire en milliers. Un regroupement d’entreprises comme la Chambre de commerce des États-Unis se prévalait d’un budget de recherche, communication et activités politiques d’environ soixante-cinq millions de dollars [13] . À partir de 1980, la Chambre publia leNation’s Business, tirant à 1,3 million d’exemplaires, et un hebdomadaire comptant 740 000 abonnés. Elle produisait en outre une émission hebdomadaire dont quatre cents stations de radio assuraient la diffusion et sa propre émission de débats télévisés, retransmise par cent vingt-huit chaînes commerciales [14].

Mis à part ce célèbre organisme, des milliers d’autres chambres de commerce, régionales ou fédérales, et d’associations commerciales se sont engagées dans des activités de promotion et de lobbying. Le réseau qu’elles ont tissé avec les industriels « compte bien plus de 150 000 professionnels [15] » et les moyens qu’il réunit sont proportionnels aux revenus et bénéfices de l’industrie et au retour sur investissement des campagnes promotionnelles et du lobbying. Les profits avant impôt de l’industrie pour 1985 étaient d’environ 295,5 milliards de dollars. Lorsque la situation politique inquiète les milieux d’affaires, comme ce fut le cas dans les années 1970, ils ne manquent assurément pas de moyens de faire face. Les seuls fonds consacrés à la promotion de l’industrie et de ses objectifs sont passés de 305 millions de dollars en 1975 à 650 millions en 1980 [16]. Les campagnes directes par courriers, sous forme de concours et autres prospectus, la distribution de films éducatifs, de brochures, de pamphlets, les dépenses dans le cadre d’initiatives populaires et de référendums et les investissements dans les sondages, le lobbying politique et les think tanks ont suivi la même progression. Additionnés, les investissements promotionnels des entreprises et de leurs associations commerciales dans la publicité politique et visant les citoyens de base étaient déjà estimés à un milliard de dollars par an en 1978, et avaient passé le cap des 1,6 milliard de dollars en 1984 [17].

Des médias subventionnés

Afin de renforcer leur prédominance comme sources d’information, les fabricants gouvernementaux et commerciaux d’information se donnent beaucoup de peine pour faciliter la vie des médias. Ils mettent à leur disposition des locaux, font parvenir à l’avance aux journalistes les textes des discours et des rapports, ajustent les horaires des conférences de presse en fonction des délais de bouclage [18] ; rédigent leurs communiqués dans un langage qui peut être facilement repris ; veillent à la mise en scène de leurs conférences de presse et de leurs séances photo [19]. C’est le travail des chargés de communication que de « répondre aux besoins et à la temporalité journalistique en leur livrant un matériel préparé clés en main par leurs services [20] ».

Dans les faits, les grandes bureaucraties des puissantssubventionnent les médias et s’y assurent un accès privilégié en réduisant les coûts des nouvelles brutes et de production de l’information. Elles deviennent ainsi des sources d’information « de routine » et ont libre accès aux médias tandis que les autres sources doivent se battre pour obtenir un accès et peuvent être ignorées pour cause d’arbitraire des gate-keepers [portiers de l’information].

S’agissant des largesses du Pentagone et du bureau de relations publiques du département d’État, ces subventions aux médias sortent de la poche du contribuable de telle sorte qu’en fin de compte ce dernier paye pour être endoctriné dans l’intérêt de puissants groupes d’intérêts comme ceux qui bénéficient de contrats d’armement et autres sponsors du terrorisme d’État.

Du fait des services qu’ils rendent, de contacts quotidiens et de leur dépendance réciproque, les puissants peuvent compter sur des relations personnelles, recourir à la carotte et au bâton pour influencer et contrôler un peu plus les médias. Ceux-ci se sentiront obligés de colporter les nouvelles les plus douteuses et de taire les critiques pour ne pas froisser leurs sources ou ternir des relations aussi privilégiées.

Le 16 janvier 1986, l’American Friends Service Committee publia une dépêche indiquant qu’on avait dénombré, entre 1965 et 1977, trois cent quatre-vingt-un accidents graves et « incidents » liés aux manipulations et fonctionnement d’armes nucléaires, un chiffre nettement supérieur à celui officiellement avancé jusque-là. Ces informations avaient été obtenues grâce à une requête s’appuyant sur le Freedom of Information Act. Les médias couvrirent ce sujet brûlant uniquement à travers la réponse des porte-parole de la marine américaine, qui firent de leur mieux pour minorer la portée significative de cette découverte et occulter ou noyer dans des généralités la majorité des faits mis à jour. Ainsi ce titre – particulièrement significatif – d’un article, « La Marine dresse la liste des dysfonctionnements nucléaires : selon ses services, aucun des six cent trente incidents ne mettait la population en danger » (Washington Post, 16.01.86).

Il est assez difficile, même lorsqu’elles soutiennent des énormités, de contredire les autorités dont on tire les mensonges quotidiens qui alimentent le journal du soir. Et les sources critiques peuvent être écartées non seulement parce qu’elles sont moins accessibles et plus difficilement vérifiables mais aussi parce qu’on pourrait froisser les sources primaires – qui pourraient même se faire menaçantes.

Ces sources puissantes peuvent aussi utiliser leur prestige et leur importance comme un levier pour interdire aux critiques l’accès aux médias. Le département de la Défense, par exemple, refusait de prendre part à des débats radiophoniques à propos de questions militaires si des experts du Center for Defense Information comptaient parmi les invités [21]. Elliott Abrams [22] refusait d’apparaître au programme d’une série de conférences sur les droits humains en Amérique centrale – à la Kennedy School of Government de l’université de Harvard – si l’ancien ambassadeur Robert White n’était pas exclu de la liste des intervenants. Enseignant à Harvard et superviseur l’émission, Harvey Mansfield déclara que, de toutes façons, inviter Robert White avait été une erreur car « c’était un représentant de la gauche ultra » tandis que le forum avait pour objet de lancer un débat « entre libéraux et conservateurs » [23]. La journaliste Claire Sterling refusait de participer à des débats télévisés au sujet de la « filière bulgare » où ses critiques auraient eu un droit de parole [24]. Dans ces deux derniers cas, les autorités et experts officiels parvinrent à monopoliser l’accès à l’espace public par la menace.

Plus essentiellement, ces sources puissantes tirent avantage des routines médiatiques (l’accoutumance et la dépendance à leur égard) pour pousser les médias à suivre un agenda et un angle prédéfini [25]– ainsi que nous pourrons le voir en détail dans les chapitres suivants. Ce mode de management consiste à inonder les médias de nouvelles qui peuvent servir à imposer une ligne particulière ou un angle spécifique (le Nicaragua supposé livrer illégalement des armes aux rebelles salvadoriens) ; ou, dans d’autres cas, pour concurrencer les nouvelles indésirables, voire les occulter purement et simplement (comme la prétendue livraison de Mig au Nicaragua la semaine des élections nicaraguayennes de 1984). On trouve trace de ce type de techniques au moins à partir du Committee on Public Information, chargé de coordonner la propagande durant la Première Guerre Mondiale : celui-ci « découvrit, en 1917-1918, que l’un des meilleurs moyens de contrôler l’information était de saturer les canaux de “faits” ou de tout ce qui pouvait ressembler à des informations officielles [26] ».

Des experts

La relation entre pouvoir et sources d’information dépasse le simple approvisionnement en nouvelles quotidiennes par les autorités et les entreprises incluant la livraison d’« experts ». La prédominance des sources officielles demeure vulnérable face à l’existence de sources non-officielles extrêmement respectables qui délivrent les points de vue dissidents avec une grande autorité. Le problème est contrôlé grâce à « la cooptation des experts [27 » – c’est-à-dire en les rémunérant comme consultants, en finançant leurs recherches, en organisant des think tanks qui les emploieront directement et aideront à diffuser leur message. De la sorte, on peut créer des biais structurels en orientant la mise à disposition d’experts dans la direction souhaitée par les autorités et « le marché » [28]. Comme le soulignait Henry Kissinger, dans cet « âge des experts » la « communauté » des experts est constituée par « ceux qui ont un intérêt particulier dans les opinions communément admises, élaborant et définissant ces consensus à un haut niveau ; c’est ce qui en fait, en dernière analyse, des experts » [29]. Une telle évolution est tout à fait logique pour permettre aux opinions les plus communément admises (à savoir celles qui servent au mieux les intérêts des élites) de continuer à prévaloir.

Cette technique de création d’une communauté d’experts a été mise en œuvre en toute connaissance de cause et à grande échelle. En 1972, le juge Lewis Powell (qui devait plus tard être nommé à la Cour suprême) écrivit un mémo à l’attention de la Chambre de commerce américaine, pressant les milieux d’affaires « d’acheter les universitaires les plus réputés du pays afin de crédibiliser les recherches des entreprises et de leur donner davantage de poids sur les campus universitaires [30] ». On les achète et on s’assure que – selon les propres termes d’Edwin Feulner, de la Heritage Foundation – le domaine des politiques publiques soit « inondé de solides études scientifiques » aux conclusions adéquates. Dressant le parallèle avec Procter & Gamble vendant du dentifrice, Feulner expliquait qu’on peut « le vendre et le revendre jour après jour, en gardant simplement le produit toujours présent à l’esprit du consommateur ». Par un effort commercial, notamment en disséminant les idées appropriées dans « des milliers de journaux différents », on peut limiter le débat « à des limites convenables » [31].

Conformément à cette formule, tout au long des années 1970 et au début des années 1980, on mit en place une série d’institutions, en réactivant de plus anciennes au passage, à seule fin d’imposer la propagande des industriels. Des milliers d’intellectuels furent attachés à ces institutions, qui financèrent leurs recherches et assurèrent la diffusion de leurs analyses dans les médias au travers d’un système de propagande très élaboré. Leur financement par les industriels et l’orientation clairement idéologique de la démarche d’ensemble ne nuisaient pas le moins du monde à la crédibilité de tels « experts » : bien au contraire, leurs soutiens financiers et la mise en exergue de leurs idées les catapultèrent dans les médias [32]. […]

Enfin, les médias produisent aussi leurs propres « experts », lesquels ne font en général que reprendre à leur compte la version officielle. John Barron [33] et Claire Sterling devinrent des références maison faisant autorité en matière de KGB et de terrorisme dès que leReader’s Digest eut financé, publié et vendu leurs ouvrages à grand renfort de publicité. De même le transfuge soviétique Arkady Shevchenko fut-il décrété expert en armement et services secrets soviétiques aussitôt que Time, ABC-TV et le New York Timeseurent décidé de le tenir pour tel (en dépit d’une crédibilité sévèrement ternie) [34]. En mettant massivement en avant ces prosélytes de la version officielle, les médias consacrent leur statut et les qualifient indiscutablement pour donner leur opinion et leurs analyses [35]

Autre catégorie d’experts dont l’omniprésence tient en grande part à leur servilité au pouvoir : les anciens radicaux pour qui, un beau jour, « tout est devenu clair »… Les raisons qui les ont fait basculer d’une divinité à l’autre, de Staline ou Mao à Reagan et à la « libre entreprise » sont diverses. Mais aux yeux de l’industrie de l’information, la raison de ce changement tient seulement à ce qu’ils ont finalement eu la révélation de leurs erreurs. Dans un pays où les citoyens accordent de la valeur aux notions de révélation et de repentance, ceux qui retournent leur veste y gagnent une auréole de pécheurs pénitents. Il est intéressant d’observer comment ces repentis, dont les engagements antérieurs étaient sans intérêt (sinon l’objet de railleries dans les médias) se trouvent subitement promus au titre d’authentiques experts. On pourra rappeler comment, à l’époque du maccarthysme, transfuges et ex-communistes rivalisaient, entre autres affabulations effrayantes, d’absurdités au sujet de l’imminence d’une invasion soviétique [36] . Ils trouvaient dans les médias un job sur mesure, brodant à la demande sur les mythes du moment. Le flux ininterrompu d’ex-radicaux propulsés de la marginalité aux feux de la rampe médiatique montre que nous sommes témoins d’une méthode durable de production d’experts, prêts à dire tout ce que l’establishment souhaitera. […]

© Noam Chomsky et Edward Herman

NOTES :

[1] La première traduction en français (souvent très fautive) sous le titre (inexact et trompeur) de La Fabrique de l’opinion publique. La politique économique des médias américains, était parue en 2003 aux éditions Le Serpent à plumes.
[2] Mark Fishman, Manufacturing the News, University of Texas Press, 1980, p. 143.
[3] Ibid., p. 144-5.
[4] Gaye Tuchman, « Objectivity as Strategic Ritual : An Examination of Newsmen’s Notions of Objectivity », American Journal of Sociology, 1972, 77/2, p. 662-4.
[5] Il s’agit de communiqués destinés à la presse locale concernant l’activité de personnels originaires de la région. [note de l’éditeur].
[6] United States Air Force, « Fact Sheet : The United States Air Force Information Program », mars 1979 ; « News Releases : 600000 in a Year », Air Force Times, 28 avril 1980.
[7] J. W. Fulbright, The Pentagon Propaganda Machine, H. Liveright, 1970, p. 88.
[8] Ibid., p. 90.
[9] « Newspapers Mustered as Air Force Defends BIB », Washington Post, 3 avril 1987.
[10] « DOD Kills 205 Periodicals ; Still Publishes 1,203 Others », Armed ForcesJournal International, août 1982, p. 16.
[11] Les neuf bureaux régionaux de l’USAF mènent aussi quelques opérations de communication ; mais à ce niveau, les moyens sont très inférieurs à ceux du secrétariat central. Il en est de même pour les niveaux locaux des ONG, comme ceux du NCC, qui produisent aussi quelques articles, des magazines, des documentaires vidéo ou cinématographiques.
[12] A. Kent MacDougall, Ninety Seconds To Tell It All, Dow Jones-Irwin, 1981, p. 117 20.
[13] John S. Saloma III, Ominous Politics. The New Conservative Labyrinth, Hill & Wang, 1984, p. 79.
[14] A. Kent MacDougall, Ninety Seconds…, op. cit., p. 116-7.
[15] Thomas B. Edsall, The New Politics of Inequality, Norton, 1984, p. 110.
[16] Peggy Dardenne, « Corporate Advertising », Public Relations Journal, novembre 1982, p. 36.
[17] S. Prakash Sethi, Handbook of Advocacy Advertising, Strategies andApplications, Ballinger, 1987, p. 22 ; lire aussi Thomas B. Edsall, New Politics…, « The Politicization of the Business Community », chap. III, op. cit. ; John S. Saloma III, Ominous Politics…, « The Corporations : Making Our Voices Heard », chap. IV, op. cit.
[18] Ainsi le bombardement de la Libye par l’aviation américaine le 14 avril 1986 fut-il la première intervention militaire américaine spécialement programmée pour pouvoir être retransmise en direct au journal du soir.
[19] Sur la manière remarquable dont l’administration Reagan utilisa ces dernières pour manipuler la presse, lire « Standups », The New Yorker, 2 décembre 1985, p. 8sq.
[20] Mark Fishman, Manufacturing the News, op. cit., p. 153.
[21] Fondé en 1972, le Centre pour l’information sur la défense (division du World Security Institute), est une organisation à but non lucratif composé d’universitaires et d’officiers supérieurs retraités qui produisent des analyses critiques sur les politiques de sécurité et de défense des États-Unis.
[22] Secrétaire aux affaires inter-américaines sous Ronald Reagan, Elliott Abrams était un farouche ennemi de tout plan de paix en Amérique centrale. Convaincu en 1991 d’avoir dissimulé des informations au Congrès dans le cadre de l’Irangate, il occupera toutefois, dans le premier gouvernement de George W. Bush (fils), le poste d’assistant spécial du Président et directeur senior du conseil national de sécurité au Proche Orient et en Afrique du Nord ; sous la seconde présidence, il fut nommé conseiller pour la sécurité nationale sur les stratégies de démocratie globale. [note de l’éditeur].
[23] Harvard Crimson, 14 mai 1986, p. 123-4.
[24] Lire Edward S. Herman et Frank Brodhead, The Rise and Fall of the Bulgarian Connection, op. cit., p. 123-4.
[25] Mark Hertsgaard, « How Reagan Seduced Us : Inside the President’s Propaganda Factory », Village Voice, 18 septembre 1984 ; lire aussi « Standups »,art. cit.
[26] Stephen L. Vaughn, Holding Fast the Inner Lines, University of North Carolina Press, 1980, p. 194.
[27] Bruce Owen et Ronald Braeutigam, The Regulation Game : Strategic Use of the Administrative Process, Ballinger, 1978, p. 7
[28] Lire Edward S. Herman, « The Institutionalization of Bias in Economics »,Media, Culture and Society, juillet 1982, p. 275-91.
[29] Henry Kissinger, American Foreign Policy, Norton, 1969, p. 28.
[30] Cité in Alex Carey, « Managing Public Opinion : The Corporate Offensive », University of New South Wales (document ronéotypé), 1986, p. 32.
[31] Citations tirées de communications données par Edwin Feulner en 1978 et 1985, ibid., p. 46-7.
[32] Pour une remarquable étude portant sur la plupart de ces organisations et sur leurs objectifs, financements, réseaux et autres programmes prospectifs, lire John S. Saloma III, Ominous Politics…, op. cit., chap. IV, VI et IX.
[33] Fondamentalement anticommuniste, journaliste au Reader’s Digest, John Barron fut notamment l’auteur du succès de librairie KGB : The Secret Work of Soviet Secret Agents, Reader’s Digest Press, 1974.
[34] Au sujet des qualifications d’expert de Claire Sterling, lire Edward S. Herman et Frank Brodhead, The Rise and Fall of the Bulgarian Connection, op. cit., p. 125-46 ; sur Arkady Shevchenko, lire Edward J. Epstein, « The Invention of Arkady Shevchenko, Supermole : The Spy Who Came In to Be Sold », New Republic, 15-22 juillet 1985.
[35] Au début de 2002 était lancé un « Programme des analystes militaires du Pentagone ». L’idée était de recruter des personnes-clés susceptibles d’influencer l’opinion en prévision d’une invasion de l’Irak. Huit mille pages de documents relatifs à ce programme ont été rendus publics à la suite d’une requête d’accès à l’information en mai 2008. Ces documents attestent que les analystes militaires recrutés pour la circonstance étaient considérés comme de potentiels « multiplicateurs » pour diffuser « les thèmes et messages » de l’administration à des millions d’Américains « en les faisant passer pour leur propre opinion ». Plus de soixante-quinze officiers à la retraite furent ainsi embauchés pour délivrer ces messages sur les plateaux de radio et de télévision, ainsi que sous forme de tribunes dans les journaux. Le succès du programme a conduit d’autres branches de l’administration à recourir au programme, notamment pour légitimer les écoutes téléphoniques illégales dans le cadre de la « lutte antiterroriste » ou donner une image positive de Guantanamo. Nombre de ces « experts » étaient aussi consultants pour des firmes sous contrat avec le Pentagone. Source : . [note de l’éditeur].
[36] Certains analystes ont mit l’accent sur le rôle crucial de l’« informateurmenteur » ; d’autres sur cette pathologie maccarthyste de l’« hégémonisme soviétique » – leitmotiv maoïste – qui faisait apparaître ex nihilo la stratégie soviétique de conquête du bloc de l’Ouest par l’entremise de Cuba, des sandinistes et de divers mouvements de guérilla en divers endroits du globe. Lire David Caute, The Great Fear : The Anti-Communist Purge under Truman and Eisenhower, Simon & Schuster, 1978, p. 114-38 ; Robert Leiken, Soviet Strategy in Latin America, Praeger, 1982.


 

 

 

 

 


Par Jean Lévy - Publié dans : Pages d"écriture - Communauté : Communard toujours !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 11 avril 2014 5 11 /04 /Avr /2014 06:48

INFO REPRISE SUR
LE BLOG DE DIABLO

Bastille-republique-nations-36.jpg

cliquez pour agrandir

 

Le  n°36 est "Spécial Ukraine"

Editorial : La mainmise occidentale sur l'Ukraine passe par un renforcement de l'OTAN, et le financement par les contribuables des Vingt-huit


Infos : BRN propose une étude détaillée de l'"accord d'association" qui consacre un alignement complet de l'Ukraine sur les normes et politiques de l'UE


Analyse : Le Conseil européen sanctionne la Russie pour le rattachement de la Crimée à cette dernière

 

Focus : les sanctions divisent en réalité les dirigeants européens, et pourraient se retourner contre eux, au bénéfice des Etats-Unis

  

Par Jean Lévy - Publié dans : Pages d"écriture - Communauté : Communard toujours !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 9 avril 2014 3 09 /04 /Avr /2014 07:58

Acrimed | Action Critique Médias

 

Le Monde,

accessoire préféré des classes dominantes

 

par Blaise Magnin

le 3 avril 2014

En 2010, nous brocardions le lancement d’une nouvelle formule du Monde qui ne visait pas tant à développer le journalisme « de questionnement » et de « contre-enquête » pour « mieux informer », comme claironné alors, qu’à développer « la marque Le Monde ». 

En mai 2013, était annoncé en grande pompe un énième renouvellement du journal, qui, sous couvert de donner une « nouvelle priorité à l’économie », visait explicitement à séduire le seul électorat qui lui importe : celui des cadres dirigeants et supérieurs. Quelques mois après, nous notions que cette innovation qui consistait essentiellement à traiter l’information économique dans un cahier spécial et quotidien intitulé « Éco & entreprise », s’accompagnait d’une « orientation germanophile et libérale » toujours plus affirmée. 

Plus récemment, la direction du Monde annonçait, au prétexte cette fois de développer l’édition web, la suppression de postes consacrés à l’environnement, mais aussi ceux dédiés au suivi de l’exclusion et de la pauvreté, de la banlieue, de l’extrême gauche ou des musiques populaires – ce plan de réorganisation, s’accompagnant de menaces de licenciements secs en cas de refus des réaffectations. 

Afin de prendre la mesure des effets de cette réorientation au goût prononcé de reprise en main éditoriale et idéologique (sur fond de crise financière), nous avons décortiqué durant deux semaines l’information que le quotidien de Bergé, Niel et Pigasse croit utile de livrer à ses lecteurs.

Le résultat est effarant.

Avant d’en exposer la teneur, il convient de préciser que cette analyse consiste à disséquer le rubriquage, ainsi que les grandes options et orientations éditoriales du Monde et ne dit rien de la qualité générale des articles – dont un certain nombre, cela va sans dire, répond à l’exigence de qualité et de rigueur que l’on est en droit d’attendre d’un « grand » quotidien généraliste.

I – La structure de l’information…

Entre l’édition du samedi 1er février et celle datée du dimanche 16 et lundi 17 février, nous avons compté, sur quinze numéros, 462 pages « utiles » dans le journal. Ont été exclues du calcul les pages publicitaires, le « carnet », la météo, les programmes télévisés ou les jeux. Nous avons également choisi de ne pas comptabiliser le contenu de M, le supplément magazine vendu (à prix d’or) le samedi, avec l’édition « week-end » – notamment parce que sa frivolité et son rôle évident de tirelire publicitaire auraient en partie biaisé l’analyse. Le contenu de ces 462 pages a été ventilé dans douze rubriques qui correspondent à peu près celles utilisées par Le Monde. Avec quelques différences de taille toutefois.

Ainsi, au sein de la rubrique « Éco & entreprise », nous avons dissocié, d’un côté, les pages traitant de macroéconomie, et de l’autre, celles qui couvrent « la vie des affaires ». De la même façon, au sein de la très vaste rubrique « France », nous avons isolé et comptabilisé à part les pages ayant trait à la vie politique et celles consacrées aux questions sociales. Inversement, nous avons rassemblé dans une large catégorie « faits divers, sport et loisirs » les faits divers à proprement parler (traités dans les pages « France » ou « Enquête »), mais aussi les pages consacrées au « style », à « la mode », à la consommation, au sport, et le supplément hebdomadaire « Sport et forme ». De la même façon, la catégorie « Opinions » regroupe à la fois les « analyses » et « décryptages » provenant de contributeurs extérieurs au journal, et les éditoriaux et autres chroniques produits en interne par des journalistes.

Il faut toutefois bien noter que l’affectation d’un article à une rubrique – et une seule – est en grande partie arbitraire, et que l’évaluation de la « surface » occupée par un ou plusieurs articles est, à moins de se munir d’un double décimètre et de beaucoup de patience, forcément approximative. Aussi, le décompte qui suit ne prétend évidemment pas à l’exactitude et entend seulement donner des ordres de grandeur relatifs.

Avant de les commenter, voici les résultats bruts de ce décompte : 

 
- Vie des affaires : 105 pages (23 %) 
- Culture : 71 p. (15 %) 
- International : 55 p. (12 %) 
- France : 52 p. (11 %) 
- Faits divers, sport et loisirs : 50 p. (11 %) 
- Politique : 36 p. (8 %) 
- Opinions : 35 p. (8 %) 
- Macroéconomie : 30 p. (6,5 %) 
- Science et médecine : 16 p. (3,5 %) 
- Environnement : 7 p. (1,5 %) 
- Questions sociales : 5 p. (1 %)

II – … et ses significations

- 1. Le lancement du cahier « Éco & entreprise » a bien produit les effets escomptés ! Le Monde peut officiellement s’enorgueillir de concurrencer Le Figaro et les Échos : la micro économie, les stratégies commerciales, les innovations technologiques, les manœuvres capitalistiques, les humeurs de ces héros des temps modernes que ce sont les entrepreneurs, les acrobaties des marchés ou les exploits de la finance n’auront désormais plus de secrets pour ses lecteurs.

Occupant plus de 20 % du contenu de tout le journal, et les trois quarts de la rubrique « Éco & entreprise », l’information sur « la vie des affaires » ramène la macroéconomie à pas grand-chose : 30 pages sur deux semaines et 6,5 % du journal. Le déséquilibre est énorme, le biais idéologique aussi : l’économie n’apparaît plus que marginalement comme un problème relevant de la puissance publique, du contrôle démocratique et de choix collectifs !

- 2. Second constat, corollaire du précédent : la faiblesse de la part du journal consacrée à « la politique » – à moins de deux mois des élections municipales ! – et la quasi disparition des questions sociales et environnementales. L’économie considérée comme un phénomène indépendant de toute chose, la macroéconomie réduite à des séries de chiffres livrés régulièrement par différentes institutions nationales et internationales, la politique se résume à la politique « politicienne », et malgré des efforts sans cesse renouvelés, l’exercice tourne vite en rond – voire vire à « l’ennui » pur et simple, même pour les journalistes

Quant à l’information « sociale » et environnementale, et son cortège de mauvaises nouvelles, de contestations et de luttes – d’archaïsmes en somme –, on doit bien concéder qu’il serait tout à fait saugrenu, voire inconvenant, de leur laisser davantage d’espace parmi le tombereau de nouvelles venues du monde merveilleux et conquérant de l’entreprise. Ironie mise à part, cette cécité presque totale, en dehors de ce qu’impose « l’actualité », aux conditions de vie et aux aspirations des classes populaires, à la conflictualité et aux mobilisations sociales, ou encore aux rapports de force au sein des organisations qui structurent le mouvement social, ainsi que l’absence de véritables enquêtes qui permettraient d’éclairer ces sujets, sont autant de lacunes aussi navrantes que coupables, qui laissent des trous béants dans l’offre éditoriale du Monde.

- 3. Si Le Monde tient à ne pas se laisser distancer sur le créneau de l’information (professionnelle) à destination des décideurs économiques, il veille aussi sur leurs loisirs… À tel point qu’il pourrait très bien tenir lieu d’officiel des spectacles et de sélection France loisirs pour les privilégiés qui se piquent de culture cultivée. En ajoutant aux deux ou trois pages quotidiennement consacrées à l’actualité culturelle, les suppléments hebdomadaires « Le Monde des livres » [1] et « Culture et idées », il apparaît en effet que « la culture » est, en termes de pagination, la seconde rubrique du journal (!), occupant 15 % de son contenu.

- 4Le Monde, à l’instar de concurrents pourtant réputés moins sérieux, et ne bénéficiant pas de son aura de prestige, réserve une place de choix au divertissement de ses lecteurs. Les faits divers, le sport et « l’information » – si c’est encore de cela qu’il s’agit – gastronomique, sur la mode vestimentaire, automobile ou les « styles de vie », ont ainsi représenté sur ces deux semaines plus de 10 % de la pagination du quotidien – davantage que l’information politique…

Certes, les Jeux olympiques d’hiver qui ont débuté le 7 février représentent une vingtaine de pages sur cinquante et ont certainement contribué à « gonfler » ponctuellement la place accordée au sport. Pour autant, on ne voit pas bien ce qui peut justifier qu’un quotidien généraliste mette en place un dispositif éditorial exceptionnel pour couvrir un évènement sportif – si ce n’est que cette couverture a donné lieu à quelques reportages intéressants sur la région de Sotchi… Et il n’en demeure pas moins que même en mettant de côté ces pages olympiques, restent plus de 30 pages dédiées à des « informations » au mieux sans intérêt, au pire, para-publicitaires et purement commerciales.

- 5. Les 50 pages de la rubrique « France » regroupent deux grandes catégories d’informations. D’une part, celles qui correspondent aux « faits de société » et qui concernent l’actualité judiciaire et institutionnelle, la santé publique, l’école, les questions de mœurs, etc. et qui comptent 26 pages. De l’autre, les sujets ayant trait à l’enseignement supérieur – ou plutôt à ses secteurs les plus valorisés – traités dans un supplément hebdomadaire de douze pages intitulé « Universités, grandes écoles » – et consacré dans la semaine du 1er au 9 février aux « concours », puis dans celle du 10 au 17 à « l’orientation », pour un total de 24 pages. Ici encore, on serait fondé à chercher la raison qui conduit un quotidien généraliste à concéder un tel espace éditorial à un domaine d’activité somme toute très étroit et spécifique. Surtout si l’on se rappelle qu’il n’y a pas si longtemps ce supplément était intitulé « Le Monde de l’éducation », ce qui incluait donc – du moins potentiellement – le premier et le second degré, les enseignements techniques et professionnels, ou encore des institutions et des formations faisant partie de l’enseignement supérieur, comme les BTS ou les IUT, tous actuellement ignorés par Le Monde.

Ce choix extraordinairement restrictif illustre bien les ressorts éditoriaux qui animent le journal, et qui ont bien peu à voir avec la hiérarchie, l’équilibre ou l’exhaustivité de l’information. D’une part, il traduit une orientation : seules les grandes écoles et l’université – pour peu qu’elle se réforme et sache valoriser « l’excellence » – participent à l’édification d’une « économie de demain » reposant sur la connaissance, plus « compétitive et innovante », dont la chronique enchantée tient désormais lieu de projet éditorial au Monde. D’autre part, il s’agit de cibler un lectorat solvable en s’adressant avant tout aux parents des classes supérieures dont on sait l’importance qu’ils accordent aux études de leur progéniture et au « rendement » de celles-ci, mais aussi aux étudiants eux-mêmes, ou au moins à l’élite d’entre eux, afin de fidéliser les lecteurs de demain.

- 6. Finalement, seules les questions « internationales » et les pages occupées par des textes d’« opinion » semblent quantitativement à leur place. La rubrique internationale qui ouvre le journal compte chaque jour entre deux et quatre pages, parfois doublées d’une ou deux pages d’« enquête » en pages intérieures, ce qui semble à peu près conforme à ce que l’on est en droit d’attendre d’un « grand » quotidien.

Tout comme il peut sembler justifié que Le Monde accorde une place relativement importante à la publication de différentes contributions au débat public ; d’autant plus que dans l’ensemble il ne s’agit pas de laisser carte blanche aux éditocrates maison, puisque sur les 35 pages comptabilisées, les journalistes du Monde ne s’en réservent que sept – ce qui représente tout de même davantage que la place laissée à l’information sur les questions sociales !

Pourtant, et c’est la imite de l’exercice proposé ici, la valeur informative de ces rubriques, comme des précédentes d’ailleurs, dépend essentiellement de la pluralité et de la pertinence des sujets traités, des faits rapportés, des points vues convoqués, etc. – ce dont l’on ne saurait évidemment préjuger… si, préalablement et amplement échaudés, nous n’étions pas fondés à craindre le pire ! 

***

Le Monde semble donc pensé pour être le compagnon de tous les instants de l’homme moderne, affairé et prospère. Il lui livre chaque jour toutes les informations nécessaires à son épanouissement : les dernières tendances du « business », des conseils de placement pour faire fructifier ses plantureuses « stock-options », juste ce qu’il faut d’actualité politique pour glisser un bon mot au cours d’un repas d’affaire, l’information internationale qu’un homme conscient de ses responsabilités en ce bas monde ne saurait ignorer, les dernières fulgurances du dernier intellectuel médiatique dont quelques bribes éblouiront les convives de tout dîner en ville, les adresses des bonnes tables (parisiennes) pour des moments gourmands en famille ou entre amis, les meilleurs 4x4 du moment pour monsieur et les dernières tendances de la saison haute couture pour madame, quelques récits distrayants de crimes sordides ou de catastrophes tragiques pour trouver le sommeil après une dure journée de labeur, sans oublier, last but not least, l’art et la culture présentés et commentés sous toutes leurs formes, qui permettront aux uns de cultiver quelque jardin secret ou une passion assumée, aux autres de trouver des idées de sortie ou de lecture « intelligentes » et divertissantes, ou de briller en société, et à une petite minorité de réaliser de juteux investissements tout en passant pour des êtres sensibles, érudits et raffinés (aussi durs soient-ils en affaires), voire pour des bienfaiteurs de l’humanité…

Bref, Le Monde sait se concentrer sur l’essentiel, c’est-à-dire sur les affaires et sur les manières légitimes d’occuper le temps libre qu’elles laissent – et de dépenser l’argent qu’elles rapportent. Pour le reste, le journal s’en tient au strict minimum, dont ne fait visiblement pas partie l’information sur les questions sociales ou l’écologie. Une conception de la hiérarchie de l’information indigne de ce que Le Monde représente ou prétend représenter et qui tient à la fois à un cynisme commercial sans fard et à des choix d’orientation éditoriale assumés.

Le Monde qui semble n’avoir jamais aussi bien porté le titre de « quotidien vespéral des marchés » que lui avait attribué le regretté journal PLPL, apparaît ainsi principalement comme une synthèse éditoriale… des Échos et de Télérama – ou des Inrockuptibles ! Un cocktail indigeste et borgne d’informations socialement très situées, qui ravit sans doute ses trois propriétaires et leurs épigones, mais qui ne permet de rendre compte ni de certains des aspects les plus critiques du monde tel qu’il va, ni des préoccupations du plus grand nombre.

Blaise Magnin

Notes

[1] Dont on doit bien reconnaître qu’il se porte nettement mieux depuis que le règne systématique de la complaisance, de la connivence et du « renvoi d’ascenseur » a pris fin avec le départ de Josyane Savigneau.

Par Jean Lévy - Publié dans : Pages d"écriture - Communauté : Communard toujours !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 6 avril 2014 7 06 /04 /Avr /2014 07:16

UNE PAGE NOIRE

sur

CANEMPECHEPASNICOLAS

 

Une fois n’est pas coutume…

« CANEMPECHEPASNICOLAS »

baisse à moitié son rideau

dimanche 6 avril 2014

 

A moitié, car l’abondance des articles,

produits les jours précédents, permet

de satisfaire l’appétit de lecture

de nombreux et fidèles amis

Et même le temps pour eux de rattraper un retard…

 

Mais notre blog reprend son service,

dès

le lendemain lundi 7 avril…

 

La période que nous vivons

ne nous permet pas

des absences prolongées :

l’actualité et ses commentaires

s’imposent d’eux-mêmes

 

A lundi, donc !

Et bonne lecture !

 

La Crimée est une terre russe autant que l'Alsace est française...par Jean LEVY

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-quand-l-histoire-est-invoquee-pour-tenter-de-justifier-le-remodelage-des-etats-au-profit-de-l-imper-122683678.html

 

Europe : qui, l'Occident et de son OTAN, ou bien la Russie, menace la paix ? La réponse en trois cartes par "canempechepasnicolas" et Jean LEVY

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-europe-qui-l-occident-et-de-son-otan-ou-bien-la-russie-menace-la-paix-la-reponse-en-trois-c-123064059.html

 

AU PERMIER TOUR DES ELECTIONS MUNICIPALES, LE PS PAIE LE PRIX DE SA POLITIQUE INITIEE A BRUXELLES PAR L’OLIGARCHIE EUROPEEENE, par Jean LEVY

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-au-permier-tour-des-elections-municipales-le-ps-paie-le-prix-de-sa-politique-initiee-a-bruxelles-123093092.html

 

Les médias français et les évènements d’Ukraine comme du temps de la Propaganda Abteilung et du « Pariser Zeitung », par Jean LEVY

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-les-medias-fran-ais-et-les-evenements-d-ukraine-comme-du-temps-de-la-propaganda-abteilung-et-du-122656719.html

 

Après le désaveu populaire infligé le 23 mars au gouvernement Hollande…Jeux de masques et jeux de cartes par Jean LEVY

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-apres-le-desaveu-populaire-inflige-le-23-mars-au-gouvernement-hollande-jeux-de-masques-et-jeux-de-c-123112127.html

 

Du rejet massif du PS au rejet total de l'Union européenne, par Jean LEVY

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-du-rejet-massif-du-ps-au-rejet-total-de-l-union-europeenne-par-jean-levy-123163436.html

 

Drôles de « poissons d’avril » ! par Jean LEVY

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-droles-de-poissons-d-avril-par-jean-levy-123178182.html

 

 QUEL EST VERITABLEMENT NOTRE ENNEMI PRINCIPAL ? par Jean LEVY

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-quel-est-veritablement-notre-ennemi-principal-par-jean-levy-123203808.html



 FACE AUX « Nouveaux chiens de garde »,

QUI MONOPOLISENT L’INFORMATION…

Nous constatons une audience de « canempechepasnicolas » qui signifie une confiance de ses lecteurs de plus en plus diversifiés, mais tous fidèles à canempechepasnicolas.

 

Cependant, restons modestes.

 

Notre blog ne représente que quelques gouttes dans l’océan des médias. Or, notre but est d’informer à contre-courant de l’idéologie dominante.

Il nous faut donc élargir notre champ d’influence pour peser davantage sur l’opinion, en ces temps de campagne électorale.

C’est possible…grâce à vous

Si chaque fidèle lecteur gagnait, autour de lui, d’autres lecteurs en faisant connaître canempechepasnicolas,

 

Si nos lecteurs occasionnels s’inscrivaient vite à nos « newsletters » (c’est gratuit !), alors nous franchirions un pas supplémentaire dans notre diffusion et notre influence s’étendrait davantage…

 

Pensez-y.

 

Inscrivez-vous et faites inscrire vos amis.

 

Pour faire connaître au plus grand nombre des infos que les médias ne diffusent pas

 

Votre aide nous est indispensable.

 

Et merci encore à tous nos lecteurs.

 

 

Par Jean Lévy - Publié dans : Pages d"écriture - Communauté : Communard toujours !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 3 avril 2014 4 03 /04 /Avr /2014 07:21
Par Jean Lévy - Publié dans : Pages d"écriture - Communauté : Communard toujours !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 2 avril 2014 3 02 /04 /Avr /2014 07:30

    INFO REPRISE SUR
    BANDERA ROSSA 

     Mardi 1 avril 2014

 

 

   L’Humanité se réinvente pour le 110e anniversaire

   de sa fondation par Jean Jaurès,
   le grand combattant de la paix, de la laïcité, de la justice sociale...
NouvelleHumanité8vril.png

Par Jean Lévy - Publié dans : Pages d"écriture - Communauté : Communard toujours !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 1 avril 2014 2 01 /04 /Avr /2014 08:18

INFO REPRISE SUR
LE BLOG DE DIABLO

mythes-jumeaux-totalitaires.jpg

« Cet ouvrage invite les tenants du “capitalisme démocratique” à écouter des idées iconoclastes, à remettre en question la mythologie de l’économie de marché et de l’anticommunisme de droite comme de gauche, et à réexaminer, avec un esprit réceptif mais critique, les efforts historiques réalisés par ces rouges et autres révolutionnaires tant décriés.

 

L’orthodoxie politique diabolisant le communisme imprègne l’ensemble de la perspective politique. Même les gens de gauche ont intériorisé l’idéologie libérale-conservatrice qui met sur un même plan fascisme et communisme, les deux mouvements de masse du xxe siècle considérés comme deux frères jumeaux totalitaires. Ce livre cherche à mettre en évidence l’abîme qui sépare le fascisme et le communisme, à la fois hier et aujourd’hui, dans la théorie comme dans la pratique, en particulier pour les questions d’égalité sociale, d’accumulation de capital privé, et d’intérêt de classe.

 

 

La mythologie orthodoxe voudrait aussi nous faire croire que les démocraties occidentales – les États-Unis en tête – se sont opposées aux deux systèmes totalitaires avec la même vigueur. En réalité, les dirigeants nord-américains ont consacré tous leurs efforts à construire un monde stable dans les intérêts privés des investissements mondiaux des grandes entreprises et d’un système basé sur le profit. En poursuivant cet objectif, ils ont eu recours au fascisme pour sauver le capitalisme, tout en prétendant préserver la démocratie du péril communiste.

 

Ce livre analyse la façon dont le capitalisme répand le fascisme et en profite, l’importance des révolutions dans le progrès de la condition humaine, les causes et les effets de la destruction du communisme, la pertinence intacte du marxisme et de l’analyse de classe, et la nature impitoyable du pouvoir du capital. »          

Michael Parenti

En savoir plus sur l’auteur

Le mythe des jumeaux totalitaires

MICHAEL PARENTI

195 pages

18 euros

Référence : 978-2-915854-60-2

 

source: http://editionsdelga.fr/ 

Par Jean Lévy - Publié dans : Pages d"écriture - Communauté : Communard toujours !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 1 avril 2014 2 01 /04 /Avr /2014 07:39

 

       INITIATIVE COMMUNISTE

 

        journal mensuel du Pôle de Renaissance du Communisme en France

  

CL I.C.Rouge                                      N° 3 - mars 2014

  

 Supplément électronique à I.C., Initiative communiste, mensuel du Pôle de Renaissance Communiste en France  

Abonnement annuel 22 €

  

 

Chères lectrices, chers lecteurs,

 

Nous vous prions de bien vouloir trouver en pièce jointe la version de janvier du CLI.C. Rouge.

Au programme de celui-ci :

 

- Honte à François Hollande qui s'ingère dans les affaires de l'Ukraine pour encourager et banaliser    le gouvernement néo-nazi ukrainien et ses complices de l'Euro-Maïdan,

- Rostislav Vasilko, dirigeant communiste à Lviv (Ukraine) torturé par les néo-nazis de Euro-Maïdan,

- Deux appels à la contre-attaque antifasciste et révolutionnaire au Venezuela et en Ukraine,

- Pérénnité d'IBM en sursis dans les Alpes-maritimes,

- Indemnités chômage : le MEDEF et Cie confirment leur volonté de liquider les droits des chômeurs,

- Thierry Lepaon : la négation de la lutte des classes et le "syndicalisme" d'accompagnement,

- Solidarité du PRCF avec les communistes et avec le peuple du Venezuela,

- 1er tour des municipales : communiqué du secrétariat du PRCF,

- Sondages : les travailleurs demandent à sortir de l'UE et de l'euro. La détestation de l'UE grandit.

 

 

Par Jean Lévy - Publié dans : Pages d"écriture - Communauté : Communard toujours !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 28 mars 2014 5 28 /03 /Mars /2014 07:50

Le Matin DZ Algérie

 

Un ancien chasseur alpin raconte

les exactions françaises en Kabylie

 

Un Piton séparé du reste du monde, paru aux Editions du Net est sans nul doute l’un des rares livres sincères écrit par un soldat français sur la guerre d’Algérie.

Il vaut son pesant de vérités.

Un ancien chasseur alpin raconte les exactions françaises en Kabylie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un Piton séparé du monde est le journal que Claude Georges Picard, a écrit sur ses années passées au sein d’une section de chasseurs alpins dans un petit village de Kabylie. C’est un témoignage extrêmement important et riche en informations sur la guerre d’indépendance. Le style de l’auteur est dépouillé, simple, direct et sans fioriture. Claude Georges Picard écrit à chaud, sans changement, hormis quelques mises en perspective pour la compréhension du texte et par ailleurs faciles à identifier.

Ce journal commence à son départ de France jusqu’à son départ. L’auteur tient vaille que vaille jusqu’à son départ la plume. Il y consigne clandestinement tout ce qu’il voit et vit et fait envoyer les feuillets en secret à son père. Et refuse donc de devenir un jour ces centaines de milliers d’anciens soldats taiseux après avoir vu l’innommable. Claude Georges Picard préfère écrire pour tenir.

L’homme est traversé de doutes sur sa place dans cette guerre. Même s’il refuse d’être un insoumis Claude Georges Picard ne se faisait pas d’illusion sur la guerre d’Algérie. « Je voudrais seulement ne pas manquer à l’honneur. Si je reviens un jour à mon pays, ne jamais être taraudé par un remord indélébile», écrit-il le 11 janvier 1961. Il arrive le 14 janvier à El Kseur et rejoindra sa section basé à Imaghdacène, un petit village dans la forêt de Yakourène. De là, il témoigne sur les méthodes abjectes de sa section, les tortures, les souffrances de la population, mais aussi sur les trois classes qu’il a mis en place ainsi que le petit dispensaire pour les habitants d’Imaghdacène, un village qui a pourtant refusé la soumission à l’armée française. "Habituellement, le maître d’école s’avance vers ses élèves avec un cartable bourré de livre. Moi je vais vers eux des grenades dans les poches de mon treillis et un pistolet mitrailleur en bandoulière. Je ne voulais pas prendre d’arme. L’adjudant chef a refusé", écrit-il le 26 février après qu’il fut accueilli avec des cris de joie par les élèves, les femmes et les vieillards. Les hommes valides sont soit au maquis ou dans l’émigration.

"Il fait très froid. L’école n’est pas chauffée. La neige recouvre les toits du village et obstrue les ruelles. Aucun élève ne manque à l’appel", souligne le 14 mars 1961. C’est dire la soif d’apprendre de ces bambins.

Pour Claude Georges Picard, le camp est une prison, ses compagnons des détenus. Il est sans concession avec les soldats. Parlant d’eux, il écrit le 17 mai : "Je suis dégoûté de cette humanité, je suis entouré d’une bande d’ivrogne … Il est 23h45, l’étable à cloportes a pris des allures de caveau. Nous sommes rangés dans nos lits comme des morts dans leur tombe. Mais les morts n’écrivent pas, mais les morts ne se haïssent pas". Tout l'ouvrage est de la même eau: limpide et direct comme un upercut d'un champion, sans demi-mesure. Un Piton séparé du reste du monde sera à l'histoire dans cette région, ce qu'était La question de Henri Alleg à la torture pendant la guerre d'indépendance : un témoignage de première main. A ce titre, le refus de publication opposé en 1962 à ce journal par le jury Grand prix vérité du Parisien libéré renseigne par ailleurs sur la censure qui prévalait en France sur tout ouvrage qui ne rentrait pas les cases glorificatrices de la colonisation. 

Le livre est précieux, son auteur est sans doute l’un des rares soldats, pour ne pas dire le seul, à avoir écrit un document pareil sur ses années de guerre en Algérie. Sincère, clair, précis et sans pathos, le soldat déroule son quotidien dans ce poste avancé au fin fond de la Kabylie et nous offre à lire aussi une page de notre histoire, non sans nuances. Un Piton séparé du reste du monde bat en brèche la vulgate militaire française et les fameux journaux de marche qui retracent d’un style policé et revisité la guerre d’indépendance. Il révèle de l’intérieur cette violence brutale qui animait nombre de soldats de l’armée française.

 

Un Piton séparé du reste du monde

 est franchement un journal à lire et faire lire.

 

Hamid Arab

 

Un Piton séparé du reste du monde, de Claude Georges Picard, préface de Jean-Charles Jauffret, aux édition du Net.

Par Jean Lévy - Publié dans : Pages d"écriture - Communauté : Communard toujours !
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés