Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les animaux malades de la peste, de Jean de la Fontaine

Les animaux malades de la peste, de Jean de la Fontaine

SPUTNIK

Le Parlement européen a pris jeudi la décision définitive de lever l’immunité de l’eurodéputée Marine Le Pen à la demande de la justice française, pour une affaire de diffamation à l’encontre du maire (LR) de Nice Christian Estrosi.

 

Marine Le Pen, présidente du Front national et eurodéputée, a été privée le 15 juin de son immunité parlementaire. C'est le Parlement européen qui a décidé de cette mesure sur demande de la justice française dans le cadre d'une affaire de diffamation à l'encontre du maire (LR) de Nice Christian Estrosi, annonce l'AFP.

Dans cette affaire, M. Estrosi a reproché à Mme Le Pen de l'avoir accusé en mai 2015 de financer l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), par le biais d'un loyer très modéré pour une mosquée.

À une question du journaliste, « Estrosi, complice des jihadistes? », toujours selon la même source, Mme Le Pen avait répondu: « Lorsque l'on aide le fondamentalisme islamiste à s'installer, à diffuser, à recruter (…) quelque part, moralement, oui, on est un peu complice ».

"canempechepasnicolas"

s'oppose depuis toujours à nombre des  théories du Front national. Notre blog est en divorce total avec ses positions historiques. Cependant, en cette période où sont menacées nos libertés fondamentales, tant par le nouveau pouvoir qui se met en place, que par les dispositions prises par prédécesseurs PS, notre blog s'indigne des atteintes graves dont sont victimes toutes les oppositions.

D'abord, ce qui est reproché à Marine Le Pen, c'est un délit d'opinion, qualifié de "diffamation". En d'autres temps où le droit n'était pas foulé au pied, la justice saisie aurait, au pire, condamné l'accusée à une amende de principe. Aujourd'hui, le pouvoir qui sévit en France, requiert de l'Assemblée européenne la levée de l'immunité  parlementaire de la présidente du Front national !

Quand on se souvient des termes avec lesquels s'apostrophaient les hommes politiques de tous bords sous les précédentes républiques, "Pourris !, voleurs ! vendus !", on constate aujourd'hui une pénalisation accélérée de la vie publique, décrétée par le pouvoir en place.

Mais seulement au détriment des adversaires politiques.

Ainsi, tout en condamnant sans réserve les orientations de François Fillon, il est clair que l'offensive médiatique développée contre lui, intronisé candidat LR, correspondait à la volonté du pouvoir - porte-flingue de l'oligarchie - de déblayer la route présidentielle de son candidat, Emmanuel Macron. C'est si vrai, que trois ministres de ce même Macron,  y compris celui de la Justice, chargé du dossier sur "la moralisation de la vie publique", accusés des mêmes délits, sont aujourd'hui toujours en place sans être inquiétés le moins du monde.

Les médias peuvent en toute impunité traiter le Président de la Russie de tyran, de corrompu, mais il est interdit d'estimer, à tort ou à raison, que monsieur Estrosi favorise l'islamisme.

Il est loisible de diffuser des théories selon lesquelles Hitler et Staline c'est kif-kif, alors qu'on doit au second une place déterminante dans la libération de la France et, grâce aux sacrifices des soldats soviétiques, le succès des forces alliés en Normandie.

Nous sommes loin de la sanction juridique infligée à Marine Le Pen. Mais, à notre avis, la liberté et le droit ne se partagent pas "selon que vous serez puissants ou misérables".

Tout ça pour que la peste ne se diffuse pas dans notre société.

 

 

Tag(s) : #Politique française, #Justice

Partager cet article

Repost 0