Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Réveil Communiste

Salim Lamrani

Université de La Réunion

http://www.mondialisation.ca/ cuba-forme-pres-de-15-000- professionnels-de-sante-par- an/5604113

 

            Grâce à l’excellence de son système d’éducation et de formation, Cuba a formé près de 15 000 professionnels de la santé pour l’année universitaire 2016-2017, dont 920 en provenance 79 pays y compris des Etats-Unis.

 

            Une nouvelle fois, Cuba a démontré qu’elle était à la pointe de la médecine mondiale. Connue pour ses grandes réussites dans les domaines de l’éducation et de la santé, l’île de la Caraïbe a formé en un an 2,5 fois plus de professionnels de santé que le nombre total de médecins dont elle disposait lors de l’avènement de la Révolution cubaine en 1959. En effet, 14 685 médecins et techniciens de santé ont obtenu leur diplôme à Cuba en 2017[1].

En guise de comparaison, en 1959, Cuba ne comptait que 6 000 médecins pour une population de 6 millions d’habitants, soit un ratio d’un médecin pour 1000 habitants. En outre, dès les premiers mois de l’année 1959, près de 3 000 d’entre eux, soit la moitié, ont choisi de quitter le pays pour les Etats-Unis, attirés par les propositions économiques qu’offrait Washington, résolu à dépouiller Cuba de son capital humain au nom de la lutte contre le gouvernement de Fidel Castro. Les nouvelles autorités de l’île ont été confrontées à une grave crise sanitaire dans une nation qui manquait déjà cruellement de personnel médical et d’infrastructures de santé.

Parmi les 14 685 professionnels de santé nouvellement diplômés, 920 proviennent de 79 pays et ont été principalement formés à l’Ecole latino-américaine de médecine de La Havane (ELAM) et à la Faculté de médecine de la Caraïbe de Santiago de Cuba. Parmi ceux-ci, 25 proviennent des Etats-Unis. Au total, Cuba a formé près de 170 médecins étasuniens issus des milieux défavorisés[2]. Depuis 1959, Cuba a formé 165 920 médecins nationaux et 33 973 médecins étrangers issus de 129 pays. Plus de 28 500 d’entre eux ont été formés à l’ELAM, une « école de science et de conscience[3] ». La docteur Diana Rodríguez Herrera, major de promotion pour l’année 2017, a résumé en quelques mots sa mission : « faire de la santé et de la vie des autres notre première préoccupation[4] ».

Aujourd’hui, avec une population de 11,2 millions de personnes, Cuba compte 7,7 médecins pour 1 000 habitants, le plus haut ratio au monde, supérieur y compris à celui des nations les plus développées. Monopole d’Etat, basé sur la prévention, le système de santé cubain est l’un des plus efficaces et les moins chers au monde. Le concept de médecin de famille, installé dans les quartiers au plus près des habitants, reflète la philosophie sanitaire du pays. A Cuba, c’est le médecin qui va chez le patient et non l’inverse, et cela fait toute la différence, car les personnes les plus vulnérables ne sont ainsi jamais abandonnées à leur sort[5]. Le drame caniculaire qui a frappé l’Europe en 2003, coutant la vie à 70 000 personnes, âgées et isolées pour la plupart, dont 19 000 en France, est inimaginable à Cuba, car l’attention aux catégories les plus fragiles est placée au centre des priorités nationales[6].

 

Malgré des ressources limitées et un état de siège économique implacable imposé par les Etats-Unis...
 

POUR LIRE LA SUITE
          CLIQUEZ CI-DESSOUS

http://www.reveilcommuniste.fr/2017/09/cuba-forme-pres-de-15-000-professionnels-de-sante-par-ans.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

 

MAIS EN FRANCE,

LA SANTE,  C'EST LA LOI DU MARCHE

PRENEZ CONNAISSANCE D'

"ENVOYE SPECIAL"sur France2 :

 

Productivité ! Rentabilité ! Management ! Equilibre budgétaire ! Ces règles d’or de l’entreprise privée s’appliquent désormais… à l’hôpital public. Pour combler le déficit de la Sécurité sociale (6,1 milliards d'euros cette année), l'Etat impose aux médecins, infirmières, aides-soignants ou directeurs de nouvelles méthodes de gestion.

A ce chef de service de réanimation, on demande, comme à un cadre du privé, de faire mieux avec moins de personnel et du matériel vieillissant. Ces infirmières, comme des ouvrières à la chaîne, doivent consacrer à la toilette de leurs patients un temps limité, calculé au plus juste. Le directeur de cet hôpital, tel un patron de PME, tente de convaincre les banques de lui prêter de l’argent pour ne pas mettre la clé sous la porte…

Jusqu'au suicide ou à l'erreur médicale

Cette transformation radicale ne va pas sans casse. Manifestations, grèves, services surchargés, personnel surmené et déprimé. Jusqu’au suicide ou à l’erreur médicale. Des petits hôpitaux de région jusqu’aux CHU les plus réputés, des urgences du quotidien aux services de pointe, enquête dans des établissements où la pression économique menace la mission même de l’hôpital public.

Une enquête de Julie Pichot.

ET VISIONNER LE REPORTAGE

http://www.francetvinfo.fr/sante/hopital/video-hopital-public-la-loi-du-marche_2355953.html

 

 

Tag(s) : #Santé, #Socialisme, #capitalisme