Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • ·         CHU de Saint-Etienne (Loire) : fermeture de 20 lits de gériatrie ;
  • ·         CHU de Nîmes (Gard) : les personnels des urgences n’en peuvent plus et se sont mis en grève pour exiger des recrutements ;
  • ·         CHU de Rouen : les personnels de réanimation sont à bout de souffle alors qu’il y a une hausse de contamination au COVID-19.
  • ·         Hôpital de Rouvray (Seine-Maritime) : 96 médecins dont des chefs de service, de pôle, des internes ont signé une lettre ouverte au ministre contre la fermeture de 86 lits supplémentaires qui intervient suite à la suppression de 44 lits d’adultes ;
  • ·         Hôpital de Besançon (Doubs) : la direction annonce la fermeture de 80 lits dans les Soins de suite et de réadaptation ;
  • ·         Saône et Loire : un hôpital abandonne la chimiothérapie devenue trop coûteuse !
  • ·         Hôpital d’Epinal : plan de licenciements lié à la réorganisation-déménagement de l’hôpital.
  • ·         Les étudiants de l’AP-HP de Paris refusent de servir de main d’œuvre au rabais dans la lutte contre le COVID tout en sacrifiant leur formation.

Depuis des années les urgences sont saturées (cf. le nombre d’heures d’attente). Alors le gouvernement veut dissuader les malades de venir aux urgences alors que la médecine de ville est également surchargée. Et même les patients qui étaient exonérés (femmes enceintes, malades chroniques, invalides) devront payer !

C’est la remise en cause d’un acquis qui date du Moyen-Age ! L’association des médecins urgentistes condamne ce projet : « C’est une décision populiste, on transforme les usagers en boucs émissaires » déclare son porte-parole ».

Tag(s) : #Santé, #Services publics

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :