Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le gouvernement socialiste de François Hollande

dans la droite ligne de ses précédesseurs SFIO,

Guy Mollet, Max lejeune et Robert Lacoste

 

 

C'est un scandale!

Le général Bigeard

a bien une stèle à son nom

 

Si le transfert aux Invalides est annulé,
le ministre de la Défense,
le socialiste Jean-Yves Le Drian,
a rendu hommage au tortionnaire d’Algérie.

La nouvelle est tombée le week-end dernier sur le site Internet du ministère de la Défense. Les cendres du général Marcel Bigeard, tortionnaire d’Algérie, n’iront pas aux Invalides comme l’avait décidé le gouvernement Sarkozy, contraint de repousser l’échéance après les élections. « Bonne nouvelle », auraient pu souffler ses victimes et tous ceux qui ont à cœur de lutter contre la barbarie, si celle-ci n’avait été l’occasion d’une autre annonce, invraisemblable celle-là : le 20 novembre prochain, Jean-Yves Le Drian, ministre socialiste de la Défense, inaugurera une stèle, pour accueillir ses cendres, au Mémorial des guerres en Indochine à Fréjus, dans le Var.

Un hommage pour un homme qui a toujours nié avoir eu lui-même recours à la torture durant les guerres coloniales. Mais qui, dix ans avant sa mort, confiait au Figaro (en 2000) que la gégène « pouvait aider à délier des langues » ou, au quotidien suisse la Liberté, en 2007 :

« Les interrogatoires musclés, c’était un moyen de récolter des infos. » Il a d’ailleurs laissé son nom aux « crevettes Bigeard », des prisonniers ligotés et noyés dans la Méditerranée pendant la guerre d’Algérie.

« Il n’a jamais reconnu la moindre participation à ces exactions alors que son supérieur hiérarchique, le général Massu, parmi d’autres témoignages, a confirmé qu’il avait torturé en Indochine et en Algérie », explique l’historien Alain Ruscio à l’initiative, avec notre consœur Rosa Moussaoui, d’une pétition de près de 10 000 signataires contre le premier projet de transfert aux Invalides, « un échec cinglant des manœuvres du précédent gouvernement », précise-t-il.

Pourtant sur le site du ministère aujourd’hui de "gauche", toujours pas un mot de ces « exactions ». Au contraire, un portrait plutôt flatteur du personnage est dressé : « Bien plus qu’un chef, le général Bigeard, était un meneur d’hommes. (...) Celui qui enseigne que pour “être et durer”, il faut être souple comme le cuir et trempé comme l’acier », peut-on y lire.

« Le gouvernement socialiste opère un recul devant le lobby de réhabilitation du colonialisme. Cette cérémonie est une façon de montrer du respect à un homme qui a déshonoré le drapeau français », estime Alain Ruscio.

« Le mieux aurait été de garder le silence et de laisser les cendres de ce général là où elles sont actuellement » (à Nancy – NDLR).

Source de réjouissance pour ses proches et les  « nostalgériques » : la date choisie correspond à celle de l’opération « Castor », menée par Bigeard à Diên Biên Phu en 1953.

Hasard ou coïncidence ?

Julia Hamlaoui

 

 

le 20 novembre 2012

 

Les cendres du général Marcel Bigeard ont été transférées mardi en milieu de journée au mémorial des Guerres d’Indochine à Fréjus (Var), deux ans après son décès. Et à la date anniversaire, le 20 novembre, de Dien Bien Phu.

Après un vibrant hommage du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et de l’ancien président Valéry Giscard d’Estaing, au camp du 21e RIMa, une stèle à la mémoire du général, décédé le 18 juin 2010, a été inaugurée dans l’enceinte du mémorial lors d’une cérémonie intime en présence de sa famille.

« On ne peut citer tous les combats de Marcel Bigeard. Pendant vingt ans, il est de toutes les guerres de la France », a rappelé Jean-Yves Le Drian, qui a connu lui-même le général, devenu député, à la fin des années 1970 sur les bancs de l’Assemblée nationale.

On appréciera comme il convient les écrits,

(repris sur la vidéo, transmise par le blog de FN, NationPresse Info),

du général Bigeard

sur ses visions de la France...

Tag(s) : #Politique française

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :