Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hamon, 2ème tour, Ou l’arnaque relookée… !

AgoraVox le média citoyen

Par une série de faux-fuyants, en grande partie entretenus par les médias, Hamon continue à faire avancer l'idée du "revenu universel" dans la société française.

Secouru, en outre, par un quarteron d'"économistes distingués"... c'est à dire essentiellement par le système, même si ce sont plutôt ceux qui se font parfois les portes-paroles des critiques petits bourgeois du capitalisme, visant à le "réformer", précisément, au sens de leur intérêt de classe.

L'"utopie" ainsi relookée permet de maintenir l'attention du public, mais devient à géométrie variable, selon les objections, le plus souvent de simple bon sens, qui lui sont opposées.

Mais, en réalité, la dernière "mouture", sortie à l'occasion du débat d'entre deux tours, n'en contient pas moins les mêmes aberrations que les précédentes, reposant d'entrée de jeu, dès sa "première phase", sur une coupe sombre des budgets sociaux, y compris en matière d'allocations familiales et d'allocations logement.

A l'horizon très prochain de 2020, et de sa "deuxième phase", elles sont donc bien condamnées à disparaître, comme en attestent différentes études sur le sujet,  ce qui est d'autant plus absurde et même monstrueux que cette "nouvelle mouture" spécifie bien que ce revenu dit "universel" de 750 euros ne commencera en fait qu'à partir de 18 ans...Ainsi, une famille monoparentale devra survivre avec 750 euros, en tout et pour tout, indépendamment du nombre des enfants, comme nous l'avions déjà signalé dans d'autres articles .

A noter que pour un couple, avec 1500 euros et éventuellement plusieurs enfants à élever, la situation n'est guère différente, économiquement.

Cette question de la liquidation de ces aides sociales est notamment abordée dans l'étude comparative du Journal "le Monde", entre les "variantes" du "projet Hamon... :

"De fait, le revenu universel est le point saillant du programme de M. Hamon, et probablement le plus dispendieux. L’ex-ministre de l’éducation suggère que ce revenu minimal d’existence soit étendu de façon progressive à l’ensemble de la population et atteigne 750 euros mensuels.

Un coût total de près de 380 milliards d’euros par an pour le revenu proposé par Benoît Hamon

S’il devait étendre cette mesure à l’ensemble des Français majeurs, M. Hamon aurait besoin de trouver 468 milliards d’euros en année pleine pour la financer (selon l’Institut national de la statistique et des études économiques, il y avait environ 52 millions de Français de plus de 18 ans au 1er janvier).

De ce coût, on pourrait déduire plusieurs aides sociales, dont :

__les prestations maternité-famille (53 milliards d’euros en 2014, selon le ministère des affaires sociales) : allocations familiales, aides à l’enfance, etc. ;

__les aides au logement (18 milliards d’euros en 2014) ;

__les aides pour la lutte contre la pauvreté, principalement le revenu de solidarité active (RSA) mais aussi la prime d’activité et l’allocation spécifique de solidarité (17,7 milliards d’euros en 2014).

M. Hamon n’a pas détaillé quelles aides pourraient disparaître au profit du revenu universel, mais cela pourrait représenter une enveloppe de l’ordre de 90 milliards d’euros à déduire de son coût. Resterait donc, tout de même, autour de 380 milliards d’euros à trouver, soit l’équivalent peu ou prou du budget actuel de l’Etat (387 milliards d’euros de dépenses prévus en 2017)." 

Comme on le voit, il n'y a rien de nouveau, quant au fond, par rapport à nos premières estimations, qui se basaient sur la totalité de la population, et non sur les "plus de 18 ans", sinon une confirmation, en réalité, du pire, en raison même de cette "surestimation", de notre part... !

Une autre étude économique, venant corroborer la validité de notre propos, est celle d'un journal réputé incontestablement pour son sérieux en la matière... En effet, elle se trouve sur le site des "Echos", et relève les mêmes absurdités et contradictions, qui font de ce projet, soit une antithèse de ses prétensions "sociales", soit un boulet fiscal ingérable pour le système, dans sa crise actuelle, en tout état de causes.

Tag(s) : #PS

Partager cet article

Repost 0