Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Primaire  : Valls ou Hamon, les deux doivent renoncer !  Tribune d’un partisan de Jean-Luc Mélenchon

CAUSEUR.fr

Chacun le reconnaît. « Les primaires » de la « Belle alliance populaire » (sic) n’auront eu qu’un très faible intérêt démocratique. Alors que l’idéal républicain est profondément asséché, les citoyens ont assisté à des débats d’une inquiétante vacuité, menés par des personnalités sans charisme, ni hauteur. À l’instar de ce président dont l’un des rares mérites aura été de ne pas se représenter, le candidat issu des primaires devrait, lui aussi, renoncer à l’élection présidentielle.

L’offre politique est complète. Marine Le Pen à l’extrême droite. François Fillon à la droite extrême. Emmanuel Macron à droite. Yannick Jadot pour les écologistes. Et Jean-Luc Mélenchon à gauche. Car, n’en déplaise à nombre de ses opposants, son programme s’inscrit dans la droite ligne de ce qu’a toujours défendu la gauche socialiste en France. Les citoyens aspirent à un débat démocratique de qualité, sur des orientations de fond. Ils ne supportent plus ces querelles de pacotille dont l’objectif est de savoir qui est le mieux « taillé pour le costume ». Cette situation est dramatique. Et le Parti socialiste français finira, dans ces conditions, comme le Pasok. À 5 %.

La vraie gauche républicaine, c’est Mélenchon

Comment pourrait-il en être autrement après tant d’échecs et de renoncements ? Qui peut croire que la promesse d’un revenu universel ou les incantations laïques sans contenu pourront, demain, répondre aux vrais enjeux de notre société ? Ces hommes ne méritent-ils pas d’être mis à grande distance du pouvoir ?

« La France insoumise » est le seul mouvement politique qui propose une orientation républicaine de gauche au pays. Dans un contexte de crise démocratique, européenne, écologique et sociale profonde, sur fond de menace terroriste, Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat à l’élection présidentielle qui propose de refonder nos institutions sur des bases infiniment plus démocratiques. Aucune autre force politique ne propose le référendum révocatoire à partir de la mi-mandat pour les élus. Il est le seul candidat qui propose d’appliquer réellement et d’étendre la laïcité à l’ensemble du territoire, avec tout ce que cela implique : fin du Concordat et abrogation de la ruineuse loi Debré1 (50 milliards d’euros par quinquennat) [ndlr : en 2014, l’enseignement public a coûté 34,5 milliards d’euros de plus que l’enseignement privé], entre autres. Il est le seul candidat qui défend le progrès social à travers des mesures phares en termes de salaire et de temps de travail que le Parti socialiste, il n’y a pas si longtemps, n’aurait jamais trouvé extravagantes. Et pendant que Manuel Valls, qui prétend lutter sans relâche contre l’islam radical, entend continuer à commercer respectueusement avec les barbares et les tortureurs du Golfe à qui son gouvernement décerne des Légions d’honneur, ce qui est une ignominie, la France insoumise entend clairement marginaliser ces régimes théocratiques.

Valls, un laïc alternatif

Dans ce monde où il était impossible que Donald Trump soit élu, que le Brexit l’emporte, que le Mouvement Cinq étoiles progresse en Italie, que Podemos soit aux portes du pouvoir en Espagne, que la présidentielle autrichienne se joue entre l’extrême droite et les Verts ou que Syriza remporte les élections en Grèce, certains continuent de croire que l’élection présidentielle de 2017 opposera Les Républicains au Parti socialiste.

Que toutes celles et ceux qui se réclament de Manuel Valls ne se cachent pas derrière ses incantations laïques sans contenu programmatique et endossent pleinement la ligne politique qu’il défend, et que les citoyens ont vu à l’œuvre pendant plus de deux ans. Le plus emblématique étant la loi El Khomri, imposée de force aux français et qui, comme le souligne le philosophe Henri Peña-Ruiz, « vient de raturer deux siècles de luttes ouvrières ». Voilà qui est concret, solide, tangible.

Enfin, à toutes celles et ceux qui nous serinent que Manuel Valls est fondamentalement hostile à toutes formes de communautarisme et de clientélisme électoral, rappelons qu’il est l’homme qui, en 2011, pour séduire l’électorat homosexuel, s’est prononcé en faveur de l’ouverture et de l’encadrement des procréations médicalement assistées pour les couples de même sexe, dans le mensuel Têtu. Une fois au pouvoir, il resta les bras ballants. Pis, il se ravisa en reniant ses engagements depuis le Vatican. Voilà ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler, en France, la « gauche crédible ».

Tous les français, quels que soient leurs origines et leurs conditions, ayant des aspirations démocratiques, sociales, laïques et écologistes authentiques doivent voter en toute connaissance de cause.

  1. La loi Debré de 1959 instaure un système de contrats entre l’État et les écoles privées qui le souhaitent. L’État leur accorde une aide mais en contrepartie, les programmes doivent être les mêmes que dans l’enseignement public. 
Tag(s) : #Politique française

Partager cet article

Repost 0