Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De Villiers «les yeux dans les yeux» à Macron : «Emmanuel, je suis populiste et je ne me soigne pas»© Bertrand GUAY Source: AFP
Philippe de Villiers
 
"Ca n'empêche pas, Nicolas":

Philippe de Villiers n'est point de nos amis.Il est même un adversaire farouche de nos thèses jacobines. En clair, c'est un 'chouan'pour qui les adversaires sont toujours des "Bleus", comme pendant la guerre de Vendée. Cependant l'attachement à son terroir et à la France le conduit à dénoncer les tenants du mondialisme, les fervents de l'Europe, qui jettent aux orties tout sentiment national, et parmi eux, et en premier, Emmanuel Macron.

D'où cette diatribe à l'encontre du Président de la République.

Nous reproduisons ses propos qui, sur ce plan, rejoignent nos colères.

Et nous regrettons fort que dans " la gauche" aucune voix ne s'exprime avec la même vigueur contre celui qui mène notre pays au chaos.

Ce qui laisse entières nos divergences politiques avec Philippe de Villiers.

Faut-il rappeler qu'à Londres, autour du général de Gaulle, des membres de l'organisation  terroriste d'extrême-droite, la Cagoule, occupaient des postes stratégiques, alors que d'autres  se vautraient dans la Collaboration. 

Ceci étant, il est clair que nous ne faisons pas nôtres les propos de Philippe de Villiers qui expriment un sentiment xénophobe.

RT France

Réagissant à la politique menée par Emmanuel Macron, Philippe de Villiers a lancé plusieurs diatribes contre le président sur BFMTV. «Si Emmanuel Macron ne veut pas s'occuper de la question identitaire, il sera balayé», a-t-il notamment affirmé.

Philippe de Villiers est remonté ! Alors qu'on avait vu l'ancien candidat à la présidentielle de 1995 et de 2007 afficher publiquement sa proximité avec Emmanuel Macron jusqu'en juin 2018, depuis, tout a basculé. Le souverainiste de droite a été déçu par plusieurs comportements du chef de l'Etat et l'a dit avec ardeur sur le plateau de BFMTV le 11 octobre. Il a expliqué pourquoi sa position sur Emmanuel Macron avait changé de la sorte : «Au début, il reçoit Poutine et Trump, se comporte comme un chef d’Etat un peu gaullien en disant "je ne m’occupe pas des régimes je m’occupe des Etats". Et puis patatras, la Fête de la musiquele doigt d’honneurla lèpre populiste...»

Il y a aujourd'hui des gens qui ont fait sécession mentalement et qui le jour venu nous feront comprendre que c'est nous les étrangers

Alors qu'il espérait beaucoup d'Emmanuel Macron dans une sorte d'«espoir naïf» – comme il l'a révélé dans Valeurs actuelles cette semaine – Philippe de Villiers a notamment déploré qu'Emmanuel Macron ne s'attaque pas à «régler le problème identitaire». «Si Emmanuel Macron ne veut pas s'occuper de la question identitaire, il sera balayé», a-t-il asséné, s'appuyant notamment sur le discours du 3 octobre de Gérard Collomb lors de son départ du ministère de l'Intérieur, qui évoquait des quartiers «aux situations très dégradées» où «la loi du plus fort s'impose». «Nous avons installé deux sociétés face-à-face. Il y a aujourd'hui une contre-société avec des gens qui ont fait sécession mentalement et qui le jour venu nous feront comprendre que c'est nous les étrangers», dénonce par ailleurs le président historique du Mouvement pour la France (MPF).

«Si on ne rétablit pas en France et en Europe, l'idée de la frontière, au sens géographique mais aussi anthropologique, notre civilisation va partir par le fond», prévient-il également. Assumant une opposition frontale sur le sujet avec Emmanuel Macron – qui évoquait le 22 juin «la lèpre qui mont[ait] en Europe» en parlant du «nationalisme» ou «de la frontière fermée que certains proposent» – Philippe de Villiers s'affirme comme «un populiste» :

                          «Moi je lui dis les yeux dans les yeux,

                             Emmanuel, moi je suis populiste.

   D'ailleurs, il parle de lèpre populiste, donc moi je suis lépreux,       

                         j'ai ma petite crécelle et je ne me soigne pas

                        parce que le populisme, c'est le cri des peuples

                                 qui ne veulent pas  mourir

 

Tag(s) : #Politique française, #Macron
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :