Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Morning Star, journal quotidien "de la voie britannique vers le socialisme et du programme du Parti communiste britannique", a su devenir, par son ouverture intellectuelle et sa référence au marxisme, la voix de la gauche syndicale et politique.
Son contenu d'une grande qualité bénéficie aussi de contributions de dirigeants syndicaux de lutte et l'aile gauche du travaillisme comme Jeremy Corbyn qui déclarait en 2015 " le Morning Star est la voix la plus précieuse et la seule que nous ayons dans les médias quotidiens". 
 
Nous publions aujourd'hui un article du 8 janvier 2020 du MS sur le thème du patriotisme.

Il n'y a pas de contradiction entre patriotisme et socialisme

Nous devons articuler le patriotisme socialiste un véritable amour de notre pays et de son peuple en opposition au militarisme et à l'impérialisme, écrit Matt Widdowson.

L'appel de Rebecca Long Bailey* à "raviver le patriotisme progressiste" (Guardian, 29 décembre 2019) a semblé être accueilli avec horreur par "Left Twitter". Bien que l'article de Long Bailey ne se soit pas étendu davantage sur ce qu'elle entendait par " patriotisme progressiste " ou sur les politiques qui seraient guidées par ce slogan, c'est le mot même de " patriotisme " qui semblait si choquant.

Les médias sociaux étaient inondés d'un mélange de mépris libéral (principalement de la part de ceux qui ont des drapeaux de l'UE dans leurs comptes Twitter - apparemment, tous les drapeaux ne sont pas mauvais -) et des plaintes typiques des ultra-gauchistes sur le " socialisme dans un seul pays ".

La vérité est que le patriotisme peut être compatible avec le socialisme et l'internationalisme - en fait, à l'époque actuelle des États-nations, il est nécessaire pour atteindre le socialisme. Rejeter complètement toute forme de patriotisme, c'est rejeter toute l'histoire de la libération nationale qui a lutté (et, dans certains cas, lutte encore) pour renverser le régime colonial de puissances impérialistes comme la Grande-Bretagne.

Le rejet pur et simple du patriotisme provient également d'un manque d'analyse de classe qui ne parvient pas à discerner la différence entre le nationalisme de la classe dominante et l'histoire et les aspirations cachées de la classe ouvrière.

Peut-être que certains des critiques des médias sociaux de Long Bailey rejettent le patriotisme en raison d'un engagement pour le" socialisme international ". Autant l'idéal du socialisme mondial est souhaitable et une éventuelle nécessité, autant nous vivons encore à une époque où l'Etat-nation reste le seul véhicule réaliste pour les premiers pas vers le socialisme : il n'existe pas d'autre communauté politique capable d'apporter la transformation nécessaire pour instaurer le socialisme ; il n'y a pas de meilleur moyen de défendre le socialisme.

Et, bien que certains puissent se tourner vers des forums internationaux tels que l'ONU pour réformer ou défendre certains droits, le fait est que la lutte spécifique pour le socialisme et la démocratie n'a lieu que dans le cadre de l'Etat - elle reste la "seule possibilité".

Peut-être que les opposants au "patriotisme progressiste" craignent aussi de céder du terrain au nationalisme réactionnaire (en particulier l'ethno-nationalisme de l'extrême droite).

Tag(s) : #Idéologie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :