Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le monde, depuis dix ans, a changé.

Le rapport de forces s’est renforcé, au détriment de l’impérialisme,

Le conflit actuel, au sud Caucase, en est la démonstration la plus récente. Le gouvernement géorgien, sous tutelle américaine, a voulu tester les capacités de riposte de la Russie en attaquant par surprise l’Ossétie du Sud. . Moscou, en retour, a infligé à l’allié de Washington une défaite écrasante.

Dimitri Medvedev avait prévenu l’Occident, au début de l’été, lors de son voyage d’Etat en Chine, que la Russie était de retour sur la scène mondiale et qu’un ordre international dominé  par les Etats-Unis et l’Union européenne était du domaine du passé..

Les derniers évènements confirment le fait que l’idée d’un monde unipolaire n’avait plus cours.

 

On s’en apercevait déjà tous les jours en Irak et en Afghanistan où l’US Army est embourbée depuis cinq ans.

En Amérique latine, les peuples se libèrent, les uns après les autres, de la tutelle de Washington. Pour ne s’en tenir qu’aux dernières semaines, au Paraguay, le peuple en élisant un président lié aux masses populaires,  a chassé la dictature établie depuis de très nombreuses décennies. Les Boliviens ont confirmé d’une manière spectaculaire leur soutien à Evo Morales, malgré les tentatives de subversion téléguidées par les USA.

Au Proche-Orient, les menaces occidentales visant l’Iran n’ont pas l’effet escompté. Le Népal s’est donné un gouvernement de large coalition, réunissant deux partis se réclamant du communisme.

La Chine poursuit son ascension comme l’une des premières puissances économiques et politiques mondiales, avec l’élévation continue et rapide du niveau de vie de la population, et donc une réduction continue de la pauvreté.

 

Certes, Bush aujourd’hui, Obama ou Mac Cain demain, sont capables de créer des situations les plus dangereuses pour la paix du monde et la liberté des peuples. Mais nous ne sommes plus dans les années 90, après l’effondrement de l’Union soviétique, période noire où les philosophes ‘aux ordres’ déclaraient « la fin de l’histoire » et célébraient la domination unilatérale des Etats-Unis sur tous les continents.

Sur le nôtre, l’idée d’Europe politique se heurte de plus en plus à l’hostilité des nations. L’Union européenne est contestée, voire rejetée par l’opinion publique, non seulement des Etats qui ont répondu Non aux projets de constitution, mais également dans de nombreux autres pays. Leurs dirigeants, confrontés à une crise économique sans précédent, n’osent plus user de pratiques démocratiques ; ils rejettent l’idée même de consultation populaire.

 

Certes, malheureusement, il n’existe pas encore, en Europe et en France en particulier, de forces organisées de masse pour, d’abord reconquérir le terrain idéologique perdu depuis les années 80, ensuite pour proposer et préparer le nécessaire changement de société qui s’impose.

Ce vide politique est extrêmement préjudiciable pour la cause de la Révolution. Il laisse, malheureusement, en pointillé l’avenir incertain et dangereux.

Il n’en reste pas moins que le monde a profondément changé depuis les années 2000. Cette analyse doit permettre aux communistes d’engager et de développer leur lutte pour un changement de société dans des conditions bien plus favorables.

C’est une nouvelle donne qu’il faut prendre en compte.

Tag(s) : #Contre l'impérialisme

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :