Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Image=d-20161115-GC5LWU_high

L'UNION

L’entreprise Chemery, située rue Voltaire, ferme ses portes. La société laonnoise qui avait fêté son centenaire voilà trois ans, était en difficulté depuis plusieurs mois. Placé en redressement judiciaire en juillet 2016, Chemery semblait remonter la pente en décembre, lorsque le tribunal de commerce de Saint-Quentin lui avait donné un nouveau sursis. Le dirigeant, Jean-Paul Berthet, assurait alors avoir trouvé un repreneur. Mais cet investisseur mystérieux n’a finalement pas donné de suite à une éventuelle reprise, laissant à son triste sort l’entreprise spécialisée dans les installations électriques.

Alors que la société comptait encore 29 salariés en septembre 2016, dernièrement ils n’étaient plus que 19. Des licenciements, ainsi que des démissions, des départs volontaires et un départ en retraite avaient largement diminué les effectifs depuis novembre 2016.

Le tribunal de commerce de Saint-Quentin qui a étudié une nouvelle fois la situation de l’entreprise le 19 mai dernier, a finalement estimé que l’entreprise n’était plus viable et a procédé à sa liquidation judiciaire. Les 19 salariés restants, dont certains comptaient plus de 30 ans d’ancienneté dans l’entreprise, sont encore sous le choc. «  C’est un beau gâchis  », souffle Laurence, ancienne assistante de direction.

Tag(s) : #Lutte de classes