Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Face à Emmanuel Macron..."Le Figaro" sonne l'alarme...L'oligarchie se fissure-t-elle ? Par Jean LEVY

 

«Pouvoir sous surveillance»

L’éditorial du Figaro par Yves Thréard.

Vendredi 16 octobre 2020

Quel sera le prix à payer pour sortir de cette crise sanitaire ?

Les semaines et les mois passent. Emmanuel Macron luimême ne voit pas le bout du tunnel avant l’été 2021. En fait, il n’en sait pas plus que tout un chacun. Après avoir déclaré la guerre, il implore donc notre patience. Le confinement n’était qu’une première bataille. La deuxième commence tout juste avec le couvrefeu. Les Français, dans leur grande majorité, sont bons soldats. Ils acceptent. Les sondages le disent.

Mais combien de temps encore ?

Les milliards déversés pour sauver l’économie n’empêcheront pas les faillites et le chômage. Ils ne répareront pas les dégâts causés par la scolarisation chaotique des jeunes. Ils ne remonteront pas le moral d’une nation qui, plus cela va, sait de moins en moins où elle va.

Privée de certaines de ses libertés les plus élémentaires, la société vit aujourd’hui sous cloche, surprotégée, hyper-administrée.

Mais sa résilience actuelle ne présume pas de son humeur future. Un jour viendra où elle pourrait demander des comptes, qui ne seront pas seulement financiers.

Emmanuel Macron en a conscience : il joue à quitte ou double.

Si, après le couvre-feu, la vie ne reprend pas un tant soit peu ses droits, le consensus pourrait voler en éclats.

Déjà, le pouvoir exécutif est sous surveillance. Saisie de dizaines de plaintes d’associations et de particuliers, la justice traque d’éventuels manquements de plusieurs ministres dans la gestion de la crise. Des perquisitions ont été lancées. Le souvenir de l’affaire du sang contaminé hante les esprits. Avec cette phrase, gravée dans les mémoires : responsable, mais pas coupable…

S’applique-t-elle à la rocambolesque histoire des masques, à l’échec du dépistage et du traçage, aux capacités insuffisantes des services de réanimation ?

Si ce n’est la justice, ce sont, de toute façon, les Français qui jugeront.

Maîtrisé ou pas, le coronavirus sera, dans moins de dix-huit mois, au rendez-vous de l’élection présidentielle.

Dans un pays en quel état ?

Ça n'empêche pas Nicolas                    Ça n'empêche pas Nicolas
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Que le quotidien du milliardaire Dassault publie un tel éditorial, peu tendre avec le banquier choisi en 2017 par l'oligarchie pour "présider" notre République, en dit long sur l'inquiétude qui saisit la caste au pouvoir.
 
Sensible au vent de colère qui s'empare de notre peuple, le cercle des donneurs d'ordre, ou tout au moins certains d'entre eux, sonnent l'alarme...Ils mesurent les failles qui menacent l'ensemble de l'édifice sur lequel ils sont installés. Et qu'ils veulent conserver.  
L'éditorial du Figaro est symptomatique à cet égard.
 
 
 
 
 
 
 
 
Nos concitoyens en querelle ouverte  avec le président de la République, doivent savoir qu'au-delà de sa personne, c'est la classe des super-riches, celle des financiers et industriels du CAC 40, qui a pris la France en otage pour son plus grand profit.
Avec ou sans Macron.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean LEVY
 
 
 
 
 
 
 
 
Tag(s) : #Oligarchie "Le Figaro" Macron

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :